">
user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Culture de Daniel Lesueur

Fin 1968, diffusion du "Rock'n'roll Circus" des Rolling Stones

C'était le moment rêvé, pour les Rolling Stones, de redorer leur blason... Ce show télévisé fut une fausse note dans la carrière du groupe de Mick Jagger

A l'instar des Beatles qui s'étaient plantés un an plus tôt avec leur film télévisé "Magical Mystery Tour", les Stones allaient se planter, eux aussi, avec un show télévisé, le Rock’n’roll Circus ; l’année 1967 avait été catastrophique (voir article : cliquer ICI). Ils devaient regagner le titre de plus grand groupe de rock du moment, ce Rock’n’roll Circus ne pouvant que conforter les ventes de leur album du moment, « Beggar’s banquet ».

C’est bien d’un circus qu’il s’agissait

Entre les groupes de rock allaient défiler des trapézistes, des clowns et des cracheurs de feu. Dans la partie à proprement parler rock’n’roll, on verrait le groupe anglais Jethro Tull, le bluesman noir Taj Mahal, le Plastic Ono Band de John Lennon (avec les participations exceptionnelles d’Eric Clapton, Mitch Mitchell et Keith Richards), la divine Marianne Faithfull, et les Who, artistes qui tous interpréteraient un titre avant de laisser place à un mini-concert des Stones.

Les quatre Who étaient dans une forme éblouissante

Ce que les Stones n’avaient pas prévu, c’est qu’ils se feraient voler la vedette par les Who, en super forme (ce qui n’était pas le cas du groupe de Mick Jagger). Ils jouèrent dans son intégralité (plus de six minutes) leur mini-opéra « A Quick One » dans une interprétation mille fois meilleure que celle à Monterey un an et demi auparavant. Les Who furent filmés en début de soirée alors que les Stones le furent après deux heures du matin et leur prestation dura cinq heures. En conséquence, les gars étaient épuisés et leur performance fut assez irrégulière.

Dernière apparition de Brian Jones

Une semaine après la sortie de « Beggar’s Banquet », Brian Jones réalisait son dernier enregistrement vidéo en compagnie des Stones, ce mythique Rock’n’roll Circus. L’enregistrement du show eut lieu les 10 et 11 décembre dans les studios Intertel de Wembley où avaient été tournées toutes les éditions de Radio Steady Go ! sous les caméras de Michael Lindsay-Hogg :

- J’avais déjà filmé « Hey Jude » et « Revolution » pour les Beatles. Mick, un jour, me demanda « Qu’est-ce que tu penserais d’un show télé entier ? ». C’était moi qui l’aurais dirigé, et tout serait organisé par des gens du monde du rock. Tout à fait à l’opposé de ces trucs où ce sont des sociétés qui mettent le fric sur la table et qui, en contrepartie, veulent tirer toutes les ficelles. Après l’appel de Mick, je dansais d’un pied sur l’autre. Après réflexion, j’émis l’idée de créer un cirque. Un vrai spectacle de cirque… mais rock. Je rappelais Mick, lui suggérai l’idée. Le projet évolua en quelques semaines.

La tension était perceptible

Il y avait beaucoup de stress dans le groupe. Brian s’était blessé au poignet durant son voyage au Maroc. C’était encore sensible et il souffrait lorsqu’il jouait. Mais il n’y avait pas que cela. La première nuit de tournage, Brian téléphona au producteur de l'émission pour le prévenir qu’il ne viendrait certainement pas le second jour, il était à bout de nerfs. Plus Brian se plaignait du comportement de Mick et Keith, et plus ceux-ci en rajoutaient dans l'agressivité envers lui.

D’autres musiciens, à cette occasion, le remarquèrent. Ian Anderson, leader du groupe Jethro Tull, qui était loin d’être un intime des Stones, se rendit compte que ça ne tournait pas rond et détecta, comme tout simple spectateur attentif, que Brian semblait très mal à l’aise :

- Il avait l’air étranger au groupe, par moments comme ostracisé, aussi bien musicalement que socialement, par moments comme spectateur. Nul doute que, rétrospectivement, les Stones ressentent, de cette période, de la tristesse et peut-être une certaine dose de culpabilité.

Et après ?

Après son unique diffusion à la télévision, le document disparut totalement durant plus d’un quart de siècle (28 ans précisément). Il y a à cela plusieurs raisons. Mais la principale est que les Stones avaient trouvé la performance des Who meilleure que la leur (Pour en savoir plus, cliquer ICI.

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!