user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Culture de Daniel Lesueur

Marijuana, hashich, cocaine: drogues dans les paroles de chansons

Que ce soit en français ou en anglais, la défonce a, de tous temps, inspiré les auteurs de chansons populaires

Eric Clapton et J.J. Cale chantent "Cocaine"... De "Tango Stupéfiant" par Marie Dubas à "L.S.D." par les Pretty Things, toutes les formes de drogues, douces ou dures, ont alimenté les paroles de chansons populaires tout au long du 20è siècle. En 1934, par exemple, Sophie Lang chantait "Sweet Marijuana" dans la comédie musicale"Murder at the Vanities". En 1962 Bob Dylan chante "Cocaine", et en 1967, sans le moindre complexe, le chanteur Long Chris l'enregistre copie conforme... mais change le texte, remplaçant le mot "cocaïne" par le mot "Haschich". Quelques autres exemples...

Un éléphant me regarde

En 1966, drogue et sexe cohabitent dans Un éléphant me regarde, titre avec lequel Antoine parvint à se hisser à la septième place du hit-parade sans la moindre interdiction d'antenne, malgré un phrasé, des halètements et des paroles sans équivoque : "La fumée dans les yeux / Un éléphant me regarde / J'ai la tête qui bat / Je veux m'emmêler avec toi / Tes jambes et tes bras et le reste de toi". Mais quatre ans plus tard (en 1970), Jésus-Christ, chanté par Johnny Hallyday sur un texte de Philippe Labro, futur directeur de R.T.L.), déclenche une vaste polémique.

Jésus-Christ

Avait-on le droit de chanter que, si Jésus revenait, il fumerait de la marijuana et qu’il "materait" les filles aux seins nus ? A sa sortie, le 45 tours est interdit d’antenne, et retiré de la vente dans certains grands magasins bien-pensants. Retour du bâton médiatique, le scandale propulse ses ventes !

Substances toxiques ou hallucinogènesou tabac, simplement?

Whisky, cigarettes et p'tites pépées...constitue l'un des plus grands succès de l'année 1958. Le tabac, qui n'était pas diabolisé comme aujourd'hui, inspire de nombreuses chansons à succès, avant et après 1968 : Du gris (Fréhel, 1923), Fume, fume, fume (les Missiles, 1964), Les Gauloises bleues (1972, Yves Simon), Quatorze ans les Gauloises (Eric Charden, 1974), Dieu fumeur de havanes(Serge Gainsbourg.

Jacques Higelin avec Sa dernière cigarette (1970) et Cigarette : "Je suis amoureux d'une cigarette..." (1975). Ce même Higelin dont le texte de La Fille au cœur d'acier sera mal compris par son public qui croit y voir une apologie de la seringue, et donc des drogues dures, que l'on tente d'éradiquer depuis 1845 par l'instauration d'une loi interdisant la vente, l'achat et l'emploi de substances dites vénéneuses.

Cette loi est revue et complétée en 1915et 1916

C'est d'abord le retrait de l'absinthe, véritable fléau, puis l'interdiction de l'usage d'opium, cocaïne et morphine. Les fumeries d'opium, officiellement interdites depuis 1909, sont définitivement fermées.

En souvenir d'une époque qu'elles croyaient révolue, Marie Dubas chante Le Tango stupéfiant, et Fréhel La Coco. Tant que la drogue ne touchait qu'une faible couche de la population adulte, les chansons y faisant référence n'étaient pas rares. Mais lorsque le mal gagna du terrain, particulièrement chez les jeunes dès le milieu des années soixante-dix, les artistes firent l'impasse sur le sujet. Outre Manche, en revanche, la drogue était omniprésente dans les paroles de chansons ; ça avait sérieusement commencé avec "Purple Haze" par Jimi Hendrix (cliquer ICI pour tout savoir sur cette chanson).

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!