Aissatou Thiam, comédienne en colère

L'actrice vient de se voir retirer un rôle sur lequel elle travaillait depuis des mois...
97

"Les acteurs ont de la chance", pense l’homme de la rue : "ils sont riches, adulés et n’ont pas de souci". Faux ! Eux aussi ont leur lot de déceptions. Aissatou Thiam, actrice et ex-mannequin, vient d'être "débarquée" d'un rôle sur lequel elle travaillait depuis des mois. Son expérience malheureuse mérite d’être communiquée...

Le rôle qui lui échappe

C'est celui de Marilyn, dans une lecture créole de la tragédie d’Œdipe Roi vue par l'écrivain, philosophe, dramaturge et scénariste guadeloupéen, Alain Foix :

Marilyn est une prostituée guadeloupéenne de la Rue Saint Denis. Lors d’un malaise, elle croise le chemin d’un jeune étudiant guadeloupéen qui lui prête assistance. Cela fait grand bruit dans le petit monde de la Rue Saint Denis. Un vieil homme à sa fenêtre, secrètement amoureux de la jeune femme est pris de vive inquiétude quant à la santé de celle-ci.

L’incident

C’est par un mail à ses amis, admirateurs et contacts professionnels qu’Aissatou nous révèle l’histoire qui suit.. Message auquel nous ne changeons pas un mot pour rester fidèles aux propos de l’actrice :

« Après avoir travaillé (gratos) depuis juillet 2010, répété depuis novembre 2010, pensé, sué, joué (en Guadeloupe) et pleuré les larmes de mon corps pour l'accouchement difficile de "Marylin", mon personnage, Mr Alain Foix (auteur, dramaturge et..."metteur en scène, directeur d'acteurs", ha ha ha) a décidé de façon arbitraire de me déposséder de ma création ( sans m'en avertir directement et légalement) et de me priver de mes représentations parisiennes!!! Vous ne me verrez donc pas, désolée, à "L'Epée de bois" du 24 mars au 17 avril, cependant sachez que je vais en justice et vous tiendrai informés des avancements de cette histoire...Les comédiens en ont marre de se faire balader enfin, du moins ceux qui ne sont pas pleutres... »

(En contrepartie, on pourra la voir le 8 mars, pour la Journée de la Femme, Aissatou Thiam sera sur la scène 'interprétant "La dernière Petite Fille" de Kay Adshead, où, explique-t-elle, « j'ai le bonheur d'évoluer entre cinq personnages... »).

Qui est Aïssatou Thiam ?

Le mieux, évidemment, pour la connaître, consiste à lire son autobiographie, " Un grand éclat de rire" (éditions Pascal Galodé, 2008) dans laquelle elle se définit comme Noire, Blanche, Asiatique, Américaine, Indienne, mais aussi métisse de par ses gênes et sa culture du monde qui lui sont entrés droit dans la peau.Elle ne recherche ni la gloire ni la fortune mais le bonheur de se glisser dans diverses peaux, la curiosité, la découverte humaine.

Elle commença sa carrière en tant que mannequin. Cumulant rôles au cinéma et dans des téléfilms, c’est, au total, dans une vingtaine d’œuvres que l’on peut, depuis 1993, l’admirer sur petit ou grand écran. Avec un rôle marquant dès son premier film, « L’Irrésolu », au côté de Vincent Lindon (1994), jusqu'à plus récemment auprès de Jean-Marie Bigard dans "Le Missionnaire".

Merveilleusement « world »

Elle est née à Dakar en 1966, nous apprend le site http://www.au-senegal.com/Aissatou-Thiam.html , d’un père sénégalais et d’une mère française d’origine antillaise. Elle a quitté à l’âge d’un an et demi le quartier de Reubeuss pour Marseille. Le monde allait ensuite lui offrir un destin incroyable. De New York à Milan, de Londres à Johannesburg, de Pékin à Abidjan, elle découvre les difficultés de s’imposer quand on est une femme noire dans une société où la diversité et le métissage ont du mal à être reconnus comme une richesse.

(voir aussi l'article " Beautés d'Afrique ")

Sur le même sujet