Amy Winehouse et Keith Moon, morts d'avoir voulu guérir...

Le livre ROCK DEGLINGUE (édition CAMION BLANC) passe en revue les vies torturées des rockers dézingués
84

Amy Winehouse et Keith Moon, deux noms qui ont fait couler beaucoup d'encre, et plus souvent pour leurs frasques que pour leurs disques : Amy n'en a publié que deux, et Keith Moon un seul en solo, si l'on ne tient pas compte de sa carrière de batteur au sein des Who, de 1964 à 1978. Tous deux souffraient de leur terrible dépendance (drogue, alcool) ; tous deux sont morts d'avoir voulu s'en libérer.

Amy Winehouse victime du Librium

Son père nous l'apprend aujourd'hui, "sa fille avait bel et bien pris de la drogue le fameux soir du 23 juillet... Mais Mitch Winehouse insiste, il ne s'agissait pas de drogues illégales telles le crack ou l'héroïne dont Amy Winehouse fut grande consommatrice, mais de Librium, un médicament censé aider dans le processus de désintoxication de l'alcool" (information communiquée par le site Closer.fr). "Un médicament que, selon son père, la chanteuse prenait quotidiennement et qui avait pour but de prévenir des attaques liées au manque. Pour Mitch, c'est évident : le Librium n'a tout simplement pas eu l'effet escompté.

Keith Moon victime de l'Hémineurine

Moon était à la Une de tous les journaux du vendredi 8 septembre 1978. La veille il avait fait une overdose. Une overdose de médicaments.L’organisme de Keith ne contenait aucune trace de cocaïne, mais, par contre, un peu d’alcool et une quantité phénoménale d’hémineurine (32 comprimés).

Qu'est donc l'hémineurine ?

L’hémineurine est un produit de substitution à l’alcool. Hélas extrêmement puissant.

« Quand un produit vous est donné par un médecin, vous n’imaginez pas qu’il puisse être toxique. Ni à Keith ni à moi on a dit que l’usage de ce médicament pouvait présenter des cas de contre-indications », dira sa petite amie Annette.

En théorie, ce traitement devait convenir parfaitement à Keith... s'il avait été sous surveillance médicale, à l'occasion, par exemple, d'une cure de désintoxication. Mais si Keith avait vraiment l’intention de guérir de ses dépendances, il refusait catégoriquement de le faire dans un hôpital. Et comme il n'avait pas son pareil pour "blouser" quiconque, il n'eut certainement aucun mal à berner son toubib pour se faire délivrer une ordonnance conséquente : il avait à sa disposition un flacon de 100 cachets. Or l’hémineurine peut se montrer très dangereuse, notamment si le patient conjugue son utilisation avec la consommation d'alcool. Dans ce cas précis, il risque, entre autres, une insuffisance respiratoire ; la circulation sanguine risque également d'être affectée. On ne peut que blâmer le médecin de Keith Moon d'avoir prescrit cette médication à domicile, alors qu'elle aurait dû se faire sous surveillance médicale.

Au matin de sa mort, il avala une poignée de comprimés d'hémineurine pour pouvoir retourner faire la sieste rapidement.

Une bonne grosse poignée...

L'autopsie révélerait que son estomac contenait 32 pastilles du produit, dont 26 n'étaient pas encore dissoutes par les sucs. Or, comme son médecin lui avait dit, "avec deux comprimés en même temps, vous risquez de mourir" (à suivre, en cliquant ICI pour Amy Winehouse, en cliquant ICI pour Keith Moon)..

Sur le même sujet