Décès de Gérard Rinaldi, membre fondateur des Charlots

Disques, films, téléfilms, radio... Gérard Rinaldi et sa bande firent les belles heures des années 70 et 80. Mais les Charlots existaient déjà avant.

Gérard Rinaldi et ses camarades commencèrent leur carrière en 1965 au sein de groupes de rock mais connurent la notoriété en pratiquant la parodie à outrance... Selon les époques, la formation évolue avec trois, quatre ou cinq membres, dont deux seulement laisseront une trace : Luis Rego et Gérard Rinaldi. Au Golf Drouot, en 1965, ils se produisent, en amateurs, sous le nom des Tarés. Ils rencontrent Antoine, qui les engage comme accompagnateurs sous le nom des Problèmes. Ils ont pas mal bourlingué, ils savent jouer, c'est indiscutable. Le chanteur chevelu aux chemises fleuries leur fait confiance. Ce sont leurs premiers pas vers la gloire.

Les Problèmes ont des problèmes...

Luis Rego, de nationalité portugaise, passe quelques mois en prison au pays pour raisons politiques. Ses camarades lui dédient une chanson au titre explicite : Ballade à Luis Rego, prisonnier politique (super 45 tours Vogue EPL 8437 publié en avril 1966). A son retour quelques mois plus tard, les Problèmes seront devenus les Charlots, car entre-temps ils ont abandonné Antoine.

Les Problèmes, victimes d'un gag

Leur carrière est née d'un gag auquel nul ne croyait :au printemps 1967, ils avaient enregistré un 45 tours parodique, Chauffe Marcel , dont ils ne s'attendaient pas à ce qu'il grimpe au hit-parade. Chauffe Marcel , c'est la formule que le grand public a retenu. En réalité, la chanson s'intitule Je dis n'importe quoi, je fais tout ce qu'on me dit et il s'agissait d'une décalque d'un succès de leur patron Antoine, Je dis ce que je pense, je vis comme je veux . Quant à la formule "Chauffe Marcel", elle s'adresse à leur accordéoniste surnommé Marcel... Formule empruntée à Dupont et Pondu, deux fantaisistes aujourd'hui totalement oubliés. A son tour Jacques Brel lui-même, deux ans plus tard, reprendra "chauffe Marcel" dans Vesoul . Cet hommage de la part du grand Jacques n’était certes pas gratuit, puisque l’accordéoniste qui l’accompagnait sur Vesoul n’était autre que Marcel Azzola.

Dépassés par le succès

N'allez pas croire que le chanteur Antoine et ses accompagnateurs sont fâchés, au contraire (d'ailleurs, à l'occasion d'une escale, lorsque le navigateur décide de reprendre sa guitare comme c'est le cas en 1988 à l'Olympia, l'équipe se retrouve au grand complet). Les Charlots ont tout simplement été piégés par leur humour... Et nul ne saurait s'en plaindre. Ils reprennent alors à leur sauce le tube Hey Joe , transformé en Hey Max . Les succès s'enchaînent à partir de Paulette, la reine des paupiettes -sans doute le seul hit culinaire de toute la chanson française- , Merci patron qui colle si bien à l'esprit de mai 68 , Derrière chez moi.. . Et puis Il était une fois dans le Sud , parodie de L'Homme à l'harmonica , musique du film Il était une fois dans l'Ouest . Car les Charlots sont un groupe visuel. Leur jeu de scène s'inspire librement de celui des Brutos, groupe peu connu dans lequel s'illustra Aldo Maccione avant qu'il ne se tourne vers le cinéma. Et justement, à leur tour, les Charlots ne vont pas tarder à faire un malheur au box-office.

La parodie à outrance commence à leur peser

Pour éviter de rapidement tourner en rond en parodiant systématiquement les tubes du moment, les Charlots enregistrent en 1968 un album de vieilles chansons françaises à peine remises au goût du jour. Contre toute attente, La Route de Pen'zac et Cache ton piano connaissent le succès ; il est vrai qu'à l'époque, la France s'enflamme pour Riquita par Georgette Plana, autre artiste de la maison de disques Vogue qui dépoussiérait des chansons du début du vingtième siècle.

Luis Rego se tourne vers le café-théâtre et la radio ( Le Tribunal des flagrants délires , avec Claude Villers sur France Inter). A son départ, les Charlots ne sont plus que quatre et tournent, de 1970 à 1984, une dizaine de films à succès : Les Fous du stade (plus de cinq millions d'entrée en 1972), Le Grand Bazar , Les Bidasses en folie , Quatre Charlots mousquetaires , Les Bidasses s'en vont en guerre , Les Charlots en délire , Les Charlots contre Dracula , etc. puis à trois ils animent une série d'émissions télévisées.

1986, retour à la case départ

Une chute de popularité les oblige à avoir à nouveau recours à la parodie de tubes du moment, puisant dans les répertoires de Jeanne Mas, Marc Lavoine, Michel Jonasz... mais leur grande époque est révolue. Luis Rego restera fidèle au théâtre, Gérard Rinaldi fera une belle carrière d'acteur de télé jusqu'à ce qu'il tombe malade. Son décès en ce début de mois de mars 2012 met un point final à une belle carrière.

Sur le même sujet