Dick Rivers : un nouveau CD pour célébrer 50 ans de carrière

Avec « Mister D » (proncez "di"!), Dick Rivers célèbre 50 ans de carrière. Celle-ci est riche, éclectique, et passionnante. Avec ou sans Chats Sauvages !

Le Jour J. c'est le 12 mai 1961 mais c'est aussi le titre de l'une des premières chansons de Dick Rivers et des Chats Sauvages. Date historique !

Le Jour J.

Le premier disque des Chats est commercialisé Il semble que leur nom a été suggéré par un certain Henri Marchal qui avait assisté, en novembre 1960, à la première séance d'enregistrement des Five Rocks (Chaussettes Noires). Le groupe avait interprété Wild Cat (littéralement, chat sauvage ) de Gene Vincent. Marchal avait pu constater que les jeunes gens ressemblaient à des chats sauvages, et cette évocation avait continué à lui trotter dans la tête. Les deux premiers titres qu'ils aient jamais enregistrés (et, malheureusement, non publiés) étaient Yeah Yeah Yeah de Colin Hicks, et La Couille à Ralph , maquette gravée durant l'été 1960 à Nice, la ville natale de Dick et des frères Roboly. Sous le nom de Jerry Joyce and the Joycemen, ils se produisent en Italie. Ils profitent de l'occasion pour auditionner pour la firme Ricordi basée à Milan. Peu emballés, les directeurs artistiques leurs conseillent d'essayer de "monter" à Paris. Ce qu'ils s'empressent de faire.

C'était il y a 50 ans...

Ma petite amie est vache, je n'vous dis que ça... Avec "Ma p'tite amie est vache", en 1961, les Chats Sauvages faisaient une entrée fracassante dans le monde du disque du rock français qui, jusqu'alors, reposait sans partage sur les épaules de Johnny Hallyday et d'Eddy Mitchell, alors leader des Chaussettes Noires.

Twist à Saint-Tropez puis partout ailleurs

Cette fois, avec Johnny et Eddy, ils étaient trois et les tubes allaient s'enchaîner : "C'est pas sérieux", "Les genoux qui craquent" mais surtout "Twist à Saint-Tropez". Cinquante ans plus tard, Dick, Eddy et Johnny sont toujours là.

L’homme sans âge, l’est bel et bien

Ce nouvel album vous donnera le frisson tel un « bloody movie » empreint de fumée bleue, de bayous, de derricks, et de rock… La majorité des textes sont signés Jean Fauque, souvenir et fidélité de la belle et longue aventure commune vécue entre Alain Bashung et Mister D, dans les seventies.

Sans compromis, sans complaisance, sans filet, et avec l’enthousiasme d’un novice, à l’image de la relation aussi fructueuse que houleuse entre Dick et Oli Le Baron, compositeur, musicien et producteur de cet opus novateur et surprenant.

Un nouvel album avec des auteurs de référence

Grâce à des auteurs qui ont pour noms Jean Fauque et Joseh d’Anvers, Dick a réussi, mieux que quiconque, à nous transmettre et à orchestrer son amour d’une Amérique certes cabossée, mais perpétuellement mythique. Ce n’est pas rien pour un homme du sud (il est niçois).

Le rocker reprend la route

Dick sera en tournée française entre l’automne 2011 et le printemps 2012, avec une halte au Casino de Paris le 21 novembre, avant un périple canadien, pays ou, avec ou sans les Chats sauvages, il a toujours eu énormément de succès). Simultanément, une biographie sans fard, en collaboration avec Sam Bernett sera publiée aux Editions Florent Massot, courant octobre 2011, ainsi qu’une compilation DVD de clips, scopitones aux Editions Montparnasse.

En parallèle, un programme de réédition en CD/Vinyl replica du back catalogue de Dick Rivers verra le jour en même temps que la commercialisation, au 31 octobre 2011 de « Mister D ».

Un concours

Chaque lundi, rendez-vous sur Facebook pour tenter de gagner un album dédicacé ou une place de concert. Une question est posée sur Facebook http://www.facebook.com/DickRiversofficiel , la réponse se trouve sur le site de Dick Rivers www.dick-rivers.com

Sur le même sujet