Eddy Mitchell sur scène : désormais une denrée rare

C'est décidé, Eddy Mitchell passe l'éponge et fait ses adieux à la scène... mais il nous reste les CD, voire les vinyles qui grattent !

Automne 2010- printemps 2011 : ce sera pour nous la dernière occasion de voir « Schmoll » en concert… sa dernière séance, en quelque sorte. Ensuite, il faudra vous replonger dans sa discographie live. Et elle n’est pas inintéressante, loin de là !

La dernière séance

Les années 90 apportèrent un soulagement aux collectionneurs de disques : pour la première fois, le CD permettait un survol quasiment exhaustif de la discographie de Eddy, enrichie de titres rares et / ou inédits, avec, en 1994, une intégrale en concert, "Sur scène 64-90".

Retour sur quelques concerts mémorables d’Eddy, avec ou sans chaussettes… pardon, avec ou sans Chaussettes Noires, son premier groupe.

24 février 1961

Premier concert mammouth devant des milliers de jeunes Parisiens, à l'occasion du premier festival de rock'n'roll. En vedette, évidemment, Johnny Hallyday ! Les Chaussettes Noires sont filmés subrepticement par la caméra de François Reichenbach, pour les besoins du court-métrage "A la mémoire du rock". Après ce premier bain de foule officiel, il faut se faire connaître en province, ainsi qu'à l'étranger (Bruxelles les 20 et 21 mai... Le 31 mai à Genève). A Metz, le concert tourne à l'émeute : voyant des jeunes gens danser dans ce théâtre où, généralement, on reste assis bien sagement pour écouter , le préfet de police prend la décision de cesser la représentation et faire baisser le rideau.

La gaffe suprême !

La salle, évidemment, fut dévastée, des poubelles et quelques voitures renversées ; des barricades furent même érigées en pleine rue. Conséquence inattendue : il sera de plus en plus difficile pour les Chaussettes Noires de trouver des chambres d'hôtel à l'intérieur desquelles les fans pénètrent en force pour dérober, en souvenir de leur passage, qui un bouton de porte, qui un oreiller ou une lampe de chevet. Rapidement, d'ailleurs, les cinq amis prendront peur, car la passion de leurs admirateurs devenait dangereuse, au point de pouvoir retourner leur véhicule si, d'aventure, ils pouvaient les localiser.

1962-1963

Tant qu'aucune séparation n'est officiellement annoncée (ce sera fait le 31 / 12 / 1963), on ne sait plus bien qui est avec qui ! Cette confusion, il faut l'expliquer clairement, n'est pas du fait, volontaire, de nos amis artistes, bien au contraire. En réalité, les Chaussettes sont tombées victimes, à des dates différentes, de leur appel sous les drapeaux. Les plus jeunes, d’ailleurs, n’ont pas hésité à devancer l’appel pour que tous se retrouvent, si possible en même temps, 21 mois plus tard. Ceci prouve, si besoin était, qu’à cet instant il n’est nullement question d’envisager la séparation du groupe.

En tout état de cause, il est presque impossible d'envisager la moindre tournée du groupe, au complet, ensemble, avec Eddy (une exception, en janvier 1963).

La presse titre “Les Chaussettes ont des trous !”

Il est également très difficile de prévoir des séances d'enregistrement, ou même de répétition, en raison des "perm" (permissions) qui tombent rarement aux mêmes dates pour eux tous... sans parler de celles qui peuvent sauter, à la moindre incartade : Schmoll aurait, paraît-il, fait quelques jours de prison militaire, pour port de chaussettes (noires) non règlementaires. En revanche, nos amis feront leur possible pour honorer certains contrats signés avant leur incorporation. C'est le cas d'un mémorable concert à l'A.B.C. où Eddy, en tenue militaire, rocke et twiste à rouler par terre, ce qui lui vaudra quinze jours de prison supplémentaires pour manque de respect envers le costume de l'armée française.

Sur scène, les musiciens se remplacent sans cesse les uns les autres

Pour s'y retrouver dans cette période confuse, il faut savoir que Eddy enregistrera avec et sans les Chaussettes et que les Chaussettes enregistreront avec et sans Eddy.

31 décembre 1963...

C'est la séparation. Elle a lieu à l'issue d'un concert... Jean Fernandez, qui généralement n'assiste jamais aux galas, est, ce soir-là, exceptionnellement présent. Quelques instants plus tard, les Chaussettes ont compris pourquoi.

D'autant qu'une série de concerts à Bobino était prévue début 1964 ( à suivre ).

Sur le même sujet