Il y a 50 ans George Martin découvrait les Beatles

9 mai 1962, date historique : Brian Epstein fait écouter des acétates des Beatles au producteur George Martin...
18

Après le cuisant échec, le 1er janvier 1962, de ses poulains auprès de la firme de disques Decca, Brian Epstein, manager des Beatles (jusqu'à son décès durant l'été 1967 - pour en savoir plus sur Epstein, cliquer ici ) réclame les enregistrements de cette audition et juge qu'il serait plus convenable, dans le futur, de les présenter sur disque plutôt que sur bande magnétique.

8 mai 1962 : le transfert sur disque

Afin de transférer les chansons sur acétate, Epstein se rend le 8 mai 1962 à la boutique "H.M.V." (" His Master's Voice "). L'ingénieur du son se demandant s'il n'y avait pas lieu de faire payer des droits d'auteur à Brian, il téléphone à son supérieur, Sidney Coleman, qui travaille en collaboration avec la firme E.M.I.

Le destin était au rendez-vous !

Coleman conseille à Epstein de contacter George Martin, chez Parlophone, la firme, en effet, recherchant de nouveaux talents. Le lendemain, Epstein et Martin se rencontrent. Rendez-vous est pris pour le mois suivant...

6 juin 1962 : audition pour la firme Parlophone

Six mois après l'échec chez Decca, les Beatles se voient à nouveau offrir la chance d'être écoutés (entre-temps, Brian Epstein n'avait pas chômé, tirant les sonnettes de toutes les maisons de disques... en vain). Replaçons les évènements dans leur contexte... Parlophone, la firme qui va leur offrir la renommée internationale, est, en 1962, une petite boîte ; ce n'est qu'ultérieurement que les rôles seront inversés et que Parlophone deviendra plus importante que Decca. C'est avec et grâce aux Beatles que Parlophone sort de l'ornière.

La liste complète des titres interprétés le 6 juin n'est pas établie

On n'est sûrs que de 4 chansons : Besame mucho / Love me do / P.S. I love you / Ask me why. les autres titres interprétés nous sont inconnus. Y en eut-il autant que chez Decca six mois plus tôt ? A la différence de leur concurrente, Parlophone n'a pas enregistré l'intégralité de la séance, mais quatre titres seulement, nous laissant définitivement dans le doute.

En ce 6 juin 1962, l'équipe prit-elle bien soin de ne pas proposer des ringardises comme chez Decca ? Hormis "Besame mucho", les seuls autres identifiés sont révélateurs du "style Beatles": "P.S. I love you", "Love me do" et "Ask me why", en effet, feront tous trois partie de leur premier album (les versions "demo" de "Love me do" et de "Besame mucho", par miracle, feront surface 33 ans plus tard sur "Anthology vol.1").

A l'issue des sessions, George Martin prend à part certains Beatles

Il leur explique qu'il n'aime pas leur batteur Pete Best. Bien plus tard, Paul admettra que Pete ne s'était jamais vraiment intégré au groupe, qu'il était dans un monde à part. John, quant à lui, semblait jaloux du succès que Pete remportait auprès des filles. Paul reconnaîtra qu'ils se conduisirent comme des lâches, laissant à Brian Epstein la responsabilité d'annoncer à Pete qu'il était viré.

Pendant quelques temps, de véritables bagarres affronteront les fans des uns et de l'autre dans les rues de Liverpool.

L'histoire n'allait pas s'arrêter là...

Un peu plus tard, Martin annonce aux Beatles rescapés qu'il n' est pas satisfait non plus de Ringo Starr ! Cette fois, nos amis montreront un peu plus de détermination. Ringo, en effet, s'avèrera être un pivot capital dans l'articulation du groupe : hormis d'évidentes qualités humaines -c'est le type même du "bon copain plein d'humour" qui sait détendre l'atmosphère quand il le faut ; imaginez la tension qui a pu régner au sein du groupe lors des tournées- c'est en outre un excellent batteur au jeu sobre et efficace. Lorsque sa participation au groupe devint définitive, il sut éviter le piège des sempiternels solos de batterie, lourdingues et trop longs, qui caractérise l'époque. Les quatre Beatles détestaient les solos de batterie (pour en savoir plus, cliquer ici ).

Sur le même sujet