Jimi Hendrix dimanche soir sur Arte

La chaîne franco-allemande revient sur le parcours stupéfiant et l'héritage artistique du dieu de la guitare mort il y a 42 ans
19

Encore et toujours, au 21è siècle, guitare = Hendrix. pourtant Jimi n'avait véritablement enregistré que quatre albums de son vivant.On considère que l’œuvre d’Hendrix génère chaque année un chiffre d'affaire de 4 millions de dollars, en droits directs et droits dérivés relatifs aux diffusions radiophoniques, partitions musicales, disques , vidéos, films, cassettes, CD, DVD et bandes magnétiques, posters, T. shirts et autres souvenirs à son image.

Rien qu'en disques, on estime entre 2 et 3 millions le nombre d'albums vendus chaque année .

Les chiffres cités témoignent, à la fois, de l'intérêt permanent qu'on porte à l'idole, et de la plus-value acquise par la rock music.

L'exemple le plus fréquemment cité est celui des Beatles : en 1963, ils avaient enregistré leur premier 33 tours en quelques heures, dans l'indifférence quasi-générale ; quatre ans plus tard, ils avaient disposé de plusieurs mois pour enregistrer l'album Sergeant Peppers Lonely H earts Club Band. De 1963 à 1967, la "valeur" intrinsèque des jeunes Anglais de Liverpool avait été multipliée par cent, par mille (la reine d'Angleterre elle-même les avait décorés, en remerciement des services rendus à l'économie britannique).

Les mêmes rapports, encore décuplés, affectent le cas Hendrix

Il faut, certes, relativiser ces proportions, les véritables rentrées financières étant principalement celles dont la comptabilité est établie : les droits d'auteurs, les ventes de disques, de vidéos en concert, de songbooks (partitions musicales destinées aux guitaristes qui veulent apprendre à jouer les titres de Jimi), etc. En revanche, la vente de disques pirates ne rapporte pas un centime... pas plus, d'ailleurs, que le marché collector : lorsqu'un collectionneur paye 200 € ou 250 $ un disque vinyle des années soixante, le Jimi Hendrix Estate qui gère la patrimoine de l’artiste n'est pas concerné.

Des cotes délirantes…

Plus encore que ses disques (que l'on arrive assez facilement à localiser, à condition d'y mettre le prix), ce sont les affiches de concerts, les costumes de scène et surtout les guitares ayant appartenu à Jimi qui font monter les enchères, prouvant, si besoin est, qu'il est vraiment resté présent dans les mémoires. Beaucoup ont fait leur apparition... avant qu'on ait pu rapidement prouver qu'elles étaient fausses. On estime à 20 ou 25 le nombre de guitares, véritablement authentifiées, ayant appartenu à Jimi et apparues sur le marché

L'une d'entre elles connut un curieux destin...

Mike Cox, guitariste du groupe Eire Apparent qui eut le privilège de faire diverses "premières parties" de concerts de Jimi (qui, d'ailleurs, produisit leur unique 33 tours), se vit offrir une superbe Gibson Flying V que Jimi avait lui-même décorée de motifs et couleurs psychédéliques. Sans doute peu sensible à cet art révolutionnaire, Mike Cox la repeint en noir avant de l'offrir au guitariste du groupe britannique Uriah Heep, qui, lui-même, s'en séparera rapidement. Au fil des ans, l'objet-culte dont on avait oublié l'origine ne cessa de changer de mains. Ce n'est que grâce à son numéro de série qu'on redécouvrit, en 1995, qu'elle avait appartenu à Hendrix, et fut alors mise à prix à 80 000 livres par Sotheby's.

Cinq ans plus tard…

A l'automne 2000, étaient vendues aux enchères la Stratocaster qu'il utilisait en 1967. D'autres guitares de Jimi sont doublement historiques : Frank Zappa possédait celle qu'il brûla au festival pop de Miami... Billy Gibbons, de ZZ Top, en possède une, également... deux ont été acquises pour être exposées dans des Hard Rock Cafés.

En 1969, Hendrix offrait à son batteur Mitch Mitchell la guitare blanche, de marque Stratocaster, avec laquelle il avait joué à Woodstock; vingt ans plus tard, Mitch décida de s'en séparer, et, afin d'en obtenir le meilleur prix, la placer en enchères chez Sotheby's. Les responsables de la célèbre galerie indiquèrent qu'ils comptaient bien en tirer 50 000 dollars...

Ils étaient loin de la réalité

Le légendaire instrument trouva preneur pour la somme de 330 000 dollars (jusqu'alors, le record était de 27 000 dollars pour une guitare ayant appartenu à Elvis). Celle de Jimi fut donc vendue douze fois plus cher. Considérant que, dans le commerce, une Stratocaster se négocie aux alentours de 3 000 dollars, on en déduit que le fait d'être passée entre les mains de Jimi multiplie par cent sa valeur (pour en savoir plus, cliquer ici )

Sur le même sujet