Johnny Hallyday ce soir sur M6 : "Johnny, c'est notre histoire"

Retour sur plus de cinquante ans d'une carrière phénoménale...
17

A la fin des années 50, Jean-Philippe Smet n'est qu'un jeune et fougueux chanteur belge qui se fait passer pour Américain. Mais il est en route pour la gloire !

Qui s'en douterait ?

Ce remuant jeune homme est en passe de devenir l'Idole des jeunes. Mais pour l'instant, il "court le cachet", bien décidé à trouver un contrat d'enregistrement. De petit concert en petit gala, il survit tant bien que mal. Encore ne doit-il ce statut précaire qu'à l'opiniâtreté de son cousin et agent Lee Halliday.

Johnny avait un alter ego , son premier guitariste

A ses débuts, Johnny se produisait en duo avec Philippe Duval, élément essentiel et indispensable de l’histoire du rock français. Il avait seize ans et Johnny quatorze lorsqu'ils ont débuté. Ils n’avaient même pas de batteur pour les accompagner. Leur chance fut de participer à l'émission “Paris-Cocktail” le 30 décembre 1959.

A la suite de cet événement médiatisé, ils furent engagés au cinéma Marcadet Palace pour faire l’attraction des films qui y passaient. Mais bien que le Marcadet Palace dispose d’une très grande salle d’au moins 800 ou 1 000 personnes, certaines fois il n’y en avait que 150 !

Sans une décision de son manager, Johnny Hallyday, dans l'ombre de son guitariste, ne serait peut-être jamais devenu vedette à part entière

L’aventure, en duo, dura un peu moins de deux ans. Duval partit après que Lee Hallyday lui a demandé d’acheter un costume de scène... Le même que celui de Johnny, certes, mais en mat, tandis que celui de la future Idole était brillant.

Cela signifiait clairement pour Philippe que tout-à-coup, sur décision de leur manager, il devenait simple accompagnateur et non plus co-vedette. Son nom ne serait pas apparu sur l’affiche, bien que les deux continuent à chanter ensemble.

Au début, Johnny passait à l’arrière lorsque Philippe chantait. Désormais, ce serait Johnny qui, en permanence, monopoliserait le devant de la scène : "Ca ne m’enchantait guère. Notre aventure, c’était une histoire de copains. Il n’y avait pas de raison pour que je sois mis dans l’ombre"confie Philippe (interview réalisée par l'auteur du présent article).

Sortie discrète du premier disque

Le 14 mars 1960, Johnny est un inconnu sur qui on n'est pas encore prêt à miser. La preuve, c'est qu'il avait choisi de se nommer Johnny Halliday, avec un i au milieu, et qu'il est devenu Hallyday, avec deux y, simplement parce que l'i mprimeur de la pochette de son disque s'est trompé et qu'on n'a pas jugé utile, ni de rectifier, ni de détruire les exemplaires erronés.

Pendant un mois, les ventes de ce premier 45 tours ont stagné. Contrairement à l'opinion répandue, sa sortie est passée presque inaperçue. Le disque comporte, certes, le tube "T'aimer follement", mais c'est la version de Dalida qui passe le plus fréquemment à la radio. Quant à "Laisse les filles", il n'est jamais diffusé. Seuls ceux qui ont pu applaudir Johnny (notamment au Golf Drouot) ont fait l'acquisition du sympathique vinyle à la pochette en noir et blanc.

L'histoire de Johnny commence réellement le 18 avril

Le véritable détonateur, c'est l'émission de télé « A l'Ecole des vedettes ». Marcel Bluwal, réalisateur de l'émission, s'en souvient encore : "Un petit gars avec une guitare vient me voir. Avec Aimée Mortimer, on l'a trouvé marrant et on a décidé de le passer en début de soirée. Le surlendemain, on recevait quatre mille lettres nous demandant de qui il s'agissait, quel était le titre du disque et pourquoi il avait enregistré un titre macho, "Laisse les filles" ?"

Qui avait donc eu le culot de présenter à Aimée Mortimer, pour qu'elle le programme, un énergumène qui se roule par terre ? Line Renaud en personne. Sans elle, Johnny n'aurait peut-être pas percé aussi vite. Bientôt, la très populaire Jacqueline Joubert l'invitera, elle aussi, dans "Rendez-vous avec….".

Au lendemain de chaque émission, les ventes sont décuplées, preuve de l'énorme impact (déjà !) du petit écran. Les parents ont été horrifiés par ses prestations. Ils n'ont rien compris, les pauvres. Par représailles, leurs enfants vont les traiter de "croulants" !

En route vers la gloire

Pour Johnny, le miracle aura lieu, véritablement, à la fin du printemps : avec "Souvenirs, souvenirs", son deuxième 45 tours paru en juin, Johnny devient l'artiste préféré des jeunes francophones, et ses ventes de disques vont exploser. C'était parti pour un demi-siècle !

(à suivre en cliquant sur tous liens de cet article et également ici )

Sur le même sujet