La disparition d'Agatha Christie durant onze jours de 1926

La romancière venait enfin de devenir célèbre. Elle sortit de chez elle pour, en théorie, quelques instants... et ne revint que 11 jours plus tard.
38

Aujourd'hui encore, ses lecteurs et admirateurs continuent de se demander ce que bien pu faire Agatha Christie entre le 3 et le 13 décembre 1926. Elle-même n'a jamais pu parler. Jamais pu répondre... et pour cause, clament ceux qui pensent avoir percé son secret.

L'étrange disparition d'Agatha Christie

En 1926, Agatha Christie devient célèbre avec la publication de son premier roman à succès « Le Meurtre de Roger Ackroyd ». Le 13 décembre 1926, les journaux anglais annoncent sa disparition et cela depuis dix jours.

Le soir du 3 décembre 1926, un vendredi, elle dit à sa secrétaire qu’elle va se promener en voiture. Vers 21h45, sans prévenir quiconque, elle quitte son domicile après être montée embrasser sa fille Rosalind qui dormait. Elle ne rentre pas à sa maison du Berkshire. On retrouve sa voiture dans le Sussex près d’un lac où un des personnages de ses romans se noie. A l’intérieur, ses papiers d’identité et la plupart de ses vêtements.

Un suicide?

Possible : elle venait de traverser une période noire. Elle vient de perdre sa mère qu’elle chérissait. Elle vient aussi de découvrir que son mari, le colonel Archibald Christie (nom qu’elle adopte pour signer ses romans) la trompe avec une autre femme : il est d’ailleurs chez des « amis » ce week-end. Elle lui a écrit des lettres faisant craindre un début de folie. Elle a en outre envoyé une lettre à la police disant qu’elle craignait pour sa propre vie. C’est donc des rumeurs de meurtre, de suicide qui circulent.

S'agit-il d’un coup médiatique ?

Les spéculations étaient telles que le Ministre de l'Intérieur de l'époque, William Joynson-Hicks, empressa la police d'accélérer l'enquête. Sir Arthur Conan Doyle, le célèbre père de Sherlock Holmes, et Dorothy L Sayers, l'auteur des histoires de Lord Peter Wimsey, essayaient également de comprendre et de dénouer cette énigme.

Même Sherlock Holmes y perd son latin

Conan Doyle, qui s'intéressait aux sciences occultes, confia un gant ayant appartenu à Agatha, à un médium, tandis que Sayers visitait le lieu de sa disparition, ce qui lui inspira plus tard son roman « Mort non naturelle ».

Douze jours après sa disparition, on la retrouve dans une maison de santé

Elle y séjournait, à Harrogate, sous un nom d’emprunt: Teresa Neele, qui serait celui de la maîtresse de son mari... Mari qu'elle comme s’il était son frère ! Elle se dit alors amnésique.

Elle divorcera deux ans plus tard et se remariera à un archéologue, Sir Max Mallowan.

Une piste...

Alors qu'on en est encore au stade des questions mais certainement pas des certitudes (Est-ce un complot de son mari ? Agatha Christie a-t-elle frayé avec les services secrets ou a-t-elle tout simplement organisé avec brio son propre escamotage, à l’instar des héros de ses plus célèbres romans ?), le critique littéraire et romancier François Rivière, sur le site Agora.vox Ce grand spécialiste de romans policiers, a reconstitué l’emploi du temps d’Agatha Christie, le célèbre auteur de Dix petits nègres et du Meurtre de Roger Ackroyd. Celle-ci a mystérieusement disparu en 1926. En limier digne de Sherlock Holmes, il a minutieusement analysé les faits relatifs à la disparition d’Agatha Christie qui aurait été prise d’une soudaine crise d’amnésie.

Plusieurs théories possibles ont été privilégiées et mises en concurrence depuis des années

Le biographe Andrew Norman pense être le premier à avoir trouvé une théorie qui élucide enfin cette affaire. Norman utilise des cas médicaux pour démontrer qu'Agatha Christie était sous l'emprise d'une pathologie mentale rare mais de mieux en mieux connue depuis, appelée « absence mnésique », c'est-à-dire une période d'amnésie temporaire provoquée par le stress. L'écrivain était en réalité dans une sorte d'état de transe mnésique pendant plusieurs jours. Norman, un ancien médecin, croît que l'écrivain a eu une « absence mnésique » ou pour être plus technique, une amnésie psychogène, qui se rencontre dans le cadre des fugues survenant fréquemment après une relation ayant entraîné un choc émotif.

Ce cas d'absence mnésique est mieux connu de nos jours

Il correspond bien aux symptômes que, selon Norman, Christie montra durant son séjour à Harrogate. Dans son ouvrage, « le portrait achevé », Norman déclare que l'adoption de la nouvelle personnalité d'Agatha – elle prit le nom de Teresa Neele – et le fait de ne pas s'être reconnue sur les photos des journaux, sont des signes probants qu'elle a subi cette absence mnésique après une période de dépression nerveuse.

- « Je crois qu'elle était suicidaire » dit Norman. « Son esprit était au plus bas et elle le décrit à travers le personnage de Célia dans son roman autobiographique, « Le portrait inachevé ».

Sur le même sujet