La politique a-t-elle une influence sur les ventes de disques?

La récente affaire Sylvie Vartan-Carla Bruni conduit à se poser la question
12

Sylvie Vartan a chanté du Carla Bruni et elle pense qu’on le lui a fait payer en ne diffusant pas son disque à la radio. Pourtant, avant elle, Jean Ferrat, Michel Delpech et Gilbert Bécaud (entre autres) s’étaient engagés en politique et en chanson et cela n’avait pas eu une grande influence sur leur impact sur le grand public. Alors, une question… Les temps ont-ils changé ou bien simplement le disque de Sylvie n’a su séduire ni les programmateurs, ni l’homme de la rue ?

Qu’est-ce qui fait pleurer la blonde ?

20 000 exemplaires de «Toutes peines confondues», le dernier album de Sylvie Vartan sorti en 2009, ont été vendus. On est vraiment loin du million de CD vendus par son ex-mari Johnny Hallyday à chaque nouvelle parution. L’ex-madame Smet a trouvé une explication… une explication politique.

C’est la faute à Carla

Sylvie est persuadée que sa chanson «Je chante le blues» (celle sur laquelle elle comptait le plus, soit dit en passant) aurait été boycottée par les programmateurs de radio. La radio, passage incontournable pour promouvoir un CD ; et pourquoi donc, demanderez-vous. Parce que la chanson a été écrite par Carla Bruni :

- «[Je suis] déçue par le parti pris des radios qui n'ont pas voulu diffuser «Je chante le blues», le titre que m'avait écrit Carla Bruni-Sarkozy», dit-elle dans Télé 7 jours. «Je ne comprends pas cette façon de penser : à la sortie de son premier album, cette artiste était encensée par les gens de tous bords et maintenant, on la traite comme si son talent s'était évaporé en devenant la femme du président de la République !», ajoute-t-elle.

Que penser d’une telle interprétation de l’échec d’un disque ? S’agit-il de mettre en avant le comportement inhabituel des médias ? Inhabituel, vraiment ? Retour sur des précédents…

La campagne présidentielle de 1965

Elle s'avéra délicate à traiter, non seulement sur le plan politique, mais sur le contenu des programmes de variétés. Pouvait-on diffuser Suzanne Gabriello dans "Pourtant que sa campagne est belle", sa version parodique du succès de Jean Ferrat ("La Montagne") détournée à l'intention du Général de Gaulle ?

Et pouvait-on diffuser Gilbert Bécaud, qui publiait, sur des paroles de Pierre Delanoë, un disque ouvertement favorable à la réélection du Général ? Son titre, "Tu le regretteras", ne pourrait être plus explicite.

- "La voix, drôle de voix / Profonde et saccadée / La voix qu'on écoutait tout bas / Les portes bien fermées / La voix qui racontait une France à ton goût / Quand elle va se taire / Je te parie cent sous... / Que tu le regretteras "

Journalistes et programmateurs, en 1965, étaient très, très ennuyés. Et divisés ! Maurice Siegel, sur Europe 1, considère qu'on ne peut sanctionner le talent, et que le disque sera diffusé si le public manifeste son intérêt (et le goût des auditeurs varie d'une radio à l'autre). Certains de ses collègues préconisent en revanche la censure, de la chanson mais pas de l'artiste, diffusant un autre titre du même disque, "Quand il est mort le poète", en hommage à Jean Cocteau décédé deux ans auparavant.

Et Jean Ferrat ?

Ce n’est pas un scoop : à partir de 1966, à cause de la chanson «Potemkine » qui le plaça nettement à gauche sur l'échiquier politique, Jean Ferrat, sympathisant du parti communiste sans jamais avoir pris sa carte de membre, sera ensuite rarement invité dans des émissions de variétés de la radio d'Etat de peur qu'il n'y exprime ses opinions politiques. Qu’à cela ne tienne ! après un voyage à Cuba, Ferrat enfonce le clou avec «A Santiago de Cuba» et «Ma France» (1969). Pourtant ses ventes de disques ne s’en resentirent pas.

Et Michel Delpech ?

Lui non plus ne fut pas censuré, malgré le texte de sa chanson de 1972, «Que Marianne était jolie » :

- "Marianne a cinq enfants / Quatre fils qu'elle a perdus / Le cinquième à présent / Qu'elle ne reconnaît plus".

Bref, on n’a pas fini de se poser la question : Vartan , censure ou désintérêt du public ?

Sur le même sujet