Les disques de Noël des Beatles : des vinyls très convoités

Du point de vue strictement artistique, ils sont un peu décevants. Mais sur le marché collector, ces éditions de 1963 à 1969 ont aujourd'hui un succès fou
162

Chaque année, durant leur existence en tant que groupe, c'est-à-dire de 1963 à 1970, les Beatles enregistraient un disque inédit. Le groupe s'étant officiellement séparé au printemps 1970, le dernier disque de Noël des Beatles est celui de décembre 1969. Strictement réservés aux membres du fan-club, ces disques sans valeur marchande et envoyés simplement par la Poste, valent aujourd'hui une petite fortune.

Rare... mais musicalement, quelle valeur?

Pour ceux qui, aujourd'hui comme hier, vénèrent les Beatles, ces génies de la composition, l'écoute de ces disques de Noël, constitue, il faut bien l'admettre, une rude épreuve car, musicalement, ils ne sont pas très bons! Ce n'est d'ailleurs qu'à partir de 1970, c'est-à-dire après l'annonce officielle de la séparation du groupe, que les collectionneurs ont commencé à rechercher avec de plus en plus de fébrilité ces petites choses "molles et gratuites".

Pourquoi "choses molles et gratuites"?

A chaque Noël, les membres britanniques du fan club officiel des Beatles recevaient, portée par le facteur, une enveloppe carrée de 18 centimètres de côté qui pesait à peine plus lourd qu'une lettre ordinaire. Car elle contenait ce qu'on appelle un "flexi", c'est-à-dire un 45 tours souple. Une fois posé sur le tourne-disque, le disque tournait une fois ou deux, rarement plus. Car son contenu frisait l'inaudible : il fallait être fan, être VRAIMENT fan pour pouvoir apprécier !

Le premier flexidisc de Noël

La journée du 17 octobre 1963 fut consacrée, en partie, à l'enregistrement de leur premier « flexi ». Traditionnellement, et pendant sept ans, les Beatles enverront un message d'amitié, gage de fidélité à leur fan-club. Il ne s'agit pas d'une chanson inédite, mais d'un montage / collage mêlant musique et dialogues, le tout étant généralement placé sous le signe de l'humour et de la parodie... voire du ricanement bébête ! Un titre générique sera cependant donné à chaque flexi, sans trop véritablement se casser la tête. Le premier s'intitule "The Beatles Christmas Record", le suivant "Another Christmas Record"... jusqu'au septième et dernier, judicieusement baptisé "The Beatles Seventh Christmas Record".

1965

Cette année-là, le flexi de Noël à l'intention du fan-club devait se composer de séances de répétition de la chanson "Think for yourself" (qui, à ce moment précis, s'intitulait encore "Won't be there with you") agrémentées de commentaires prétendument spirituels des quatre Beatles. Donc –miracle !- pour ce troisième flexi les fans auraient eu droit à une vraie chanson. Le dit enregistrement eut lieu le 8 novembre 1965, mais au bout du compte cette session ne s'avéra pas utilisable pour le flexi ; c’est l’époque où les Beatles, principalement John, contrôlaient mal leur consommation de drogue ; bref, l’enregistrement était lamentable. Une journée de travail pour rien. Par acquis de conscience, la bande magnétique fut conservée...et six secondes en furent extraites et sauvegardées pour la bande sonore du dessin animé "Yellow Submarine", commercialisé presque trois ans plus tard. Six secondes sur une journée !

25 novembre 1966 : enregistrement du 4ème disque de Noël

Les Beatles s'autorisent une rapide session dans les locaux de leur éditeur musical, à la Dick James House. La raison de cette escapade ? L'enregistrement du traditionnel flexi de Noël ! Celui-ci se voit gratifié d'un véritable titre : "Pantomime : Everywhere it's Christmas". Cette année-là, ce ne sont pas les seuls vœux qu’ils enregistrent : quelques jours plus tard, mais cette fois dans les studios habituels d’Abbey Road, les Beatles adressent des messages de sympathie et des voeux de bonne année à l'intention des auditeurs des deux principales radios pirates britanniques, Radio Caroline et Radio London. Ces stations existent certes depuis 1964, mais leur souhaiter "bonne chance" fin 1966 a valeur de symbole : au gouvernement, on débat ferme pour réduire au silence ces stations adulées par des millions de jeunes Européens.

28 novembre 1967 : enregistrement du 5ème disque de Noël

Au studio E.M.I. de Londres, pour leur 5ème flexi, les Beatles enregistrent ENFIN une vraie chanson, “Christmas time is here again”. Alors que les précédents flexis, nous l’avons dit, accumulaient bout à bout bribes de mélodies, plaisanteries et bruits divers, nous sommes, fin 1967, en présence d'un titre tout à fait élaboré, d'une durée de plus de 6 minutes et demie. Hélas les fans ne reçoivent qu'un mixage de portions de la chansons, de gags et de messages de leurs idoles. Une minute, à tout casser. Heureusement quelqu’un (qui ?) a subtilisé la bande dans son intégralité et les 6’37 » de « Christmas time is here again » circulent sur disque pirate dès 1968 ; Cet excellent titre aurait mérité une place dans " Anthology vol.2" (chronologiquement, il se serait située entre "Hello, goodbye" et "Lady Madonna").

La mésentente...

Celui de fin 1967 est le dernier disque de Noël à avoir véritablement été enregistré par les quatre Beatles ensemble. Fin 1968, déjà, ils ne peuvent plus supporter de travailler conjointement. Pour les deux derniers Flexis (Noël 1968 et Noël 1969), chaque Beatle enregistrera séparément son message, chez lui. Le tout sera ensuite lié et mixé par le brillant animateur de radio Kenny Everett, aujourd'hui décédé.

Le compte est-il bon ?

Lorsque les fans recevaient ce cadeau à chaque Noël (de 1963 à 1969), le disque était gratuit ou, plus exactement, couvert par les frais d’inscription au club. Après la séparation du groupe, des collectionneurs commencèrent à passer des petites annonces, proposant jusqu’à 5 £ (une somme, en 1970) pour chaque flexi. Et les prix ne cessèrent de monter : 20 £ pièce... puis 150, voire 200 £ pour les 7. Conscient de ce phénomène de marché noir, les Beatles réagirent et publièrent des 33 tours sur lesquels étaient regroupés les 7 enregistrements. Ces deux albums virent le jour en 1970 et s’intitulaient, aux Etats-Unis, « The Beatles Christmas Album » (référence Apple SBC 100), en Grande-Bretagne « From Then To You” (référence Apple LYN 2153/4). Ces deux albums hors commerce sont aujourd’hui extraordinairement rares et se négocient chacun jusqu’à 1 000 €. Méfiez-vous des copies pirates qui sont très nombreuses et presque impossibles à déceler : lorsqu’un disque vaut si cher, les contrefacteurs font l’effort de réaliser des copies parfaites !

En conclusion...

Nostalgie de leur période Beatles ? Toujours est-il que deux Beatles, ensuite, enregistrèrent des 45 tours de Noël : en 1972, John Lennon et Yoko Ono « Happy Xmas » sur vinyl vert... en 1979, Paul McCartney, "Wonderful christmastime".

Sur le même sujet