Les incroyables souvenirs de Claude Villers

Dans "Paroles de rêveur", le célèbre homme de radio revient sur une carrière riche en évènements

Claude Villers, de son vrai nom Claude Marx, a commencé sa carrière en 1962... pas derrière un micro, comme on pourrait le croire, mais la plume à la main pour un excellent hebdomadaire intitulé "Radio Magazine". Mais ensuite il passa le plus clair de sa vie à France Inter.

Infidélité à Radio France

En 1981, il intègre RMC en tant que directeur des programmes. En juillet 1986, passionné de voyages et d'aventures, il fonde Pacific FM, « la radio voyage » comme il aime le dire dans son émission matinale. Ses souvenirs, passionnants et parfois étonnants, sont consignés dans Parole de rêveur , édition Le Pré aux Clercs, 2004. Un livre sous-titré "40 ans de radio" et dans lequel on apprend une histoire totalement ahurissante... bien que véridique.

Retour à l'esprit des années 70

Au mi-temps des années 70, sur France Inter, Comme on fait sa nuit, on se couche , émission d’investigation autant que de divertissement placée sous la houlette de Claude Villers, est à l’origine du démantèlement des Enfants de Dieu, secte pourtant puissante et structurée au point d’être parvenue à enrôler des rock stars tout aussi aisément que des anonymes déboussolés :

- "Pour la gloire du Dieu dont ils se réclamaient, ces drôles de paroissiens donnaient leurs économies ou le fruit de leur travail à leur maître à penser. Ils avaient même constitué une chorale, enregistré des disques et été invités dans de nombreuses émissions de variétés".

Place à l'investigation

"Le phénomène devenant inquiétant", écrit Villers, "nous ouvrîmes une enquête. Deux reporters s’y consacrèrent. L’une infiltra la bande en se prétendant convaincue, l’autre tenta plus classiquement d’interviewer fidèles et dirigeants. En quelques jours, ils furent édifiés. Ils apportèrent la preuve que, pour récolter plus d’argent, les grands-prêtres incitaient leurs jeunes adhérentes – certaines mineures – à se prostituer et à leur reverser les sommes obtenues."

La saisie de documents compromettants

"Nous possédions des formulaires très explicites ainsi que le témoignage d’un inspecteur de police dévoilant même le numéro de compte en Suisse où étaient versés les produits de cette exploitation, ainsi que les filières de leurs dépôts" continue-t-on à lire. "Le Parquet fit saisir nos enregistrements et procéda à des interpellations par la Brigade des mineurs et la Police judiciaire. Après plusieurs descentes dans les communautés, les autorités mirent fin à ces agissements, procédant à des arrestations dont celle du gourou, inculpé entre autres de détournement de mineurs".

Sur le même sujet