Miss Ronde : encore une Miss étonnante et détonante

Geneviève de Fontenay va fulminer : les critères qu'elle s'est efforcée d'imposer depuis des lustres sont de plus en plus foulés au pied

La "Miss nationale" de Geneviève de Fontenay n'est pas la première à se démarquer des Miss France. Ni la dernière. Aujourd’hui la couronne se pose sur la tête altière de Marion Bogaert, plantureuse jeune femme de 19 ans originaire de la Roche-sur-Yon (Vendée).

A elle seule, elle en vaut presque deux

Depuis vendredi soir (10 décembre), Marion est la nouvelle "Miss Ronde France". Elle n’est point la première et son diadème ainsi que l'écharpe de dentelle floquée d'argent lui furent remis par la Miss ronde précédente, Sabine Jazmati, Strasbourgeoise de 31 ans (78 kilos pour 1,62m). Sabine, près de Marion, semble fluette: Marion Bogaert mesure 1,70m et pèse 95 kilos. Comme disait Coluche, «Quand on part faire du camping avec elle, on n’a pas l’impression de dormir dans l’herbe».

Ronde et fière de l’être

«Je suis très fière de représenter les rondes, a-t-elle déclaré. C'est un grand honneur pour moi. J'espère toute l'année de mon règne être à la hauteur de ma couronne».

L’origine de Miss Ronde

Les Miss « en marge » n'existent peut-être pas depuis la nuit des temps, mais au moins depuis plus d’un demi-siècle.

On avait auparavant connu Miss Timidité, Miss Jukebox, Miss P.T.T. (Postes, Télégraphe et Téléphone), Miss plein Air, Miss Salon Nautique, Miss Automobile, la Minimiss, Super Mamie, Miss S.D.F. et… la Reine de l'Ail.

La géniale idée d’un psychothérapeute

Ce concours amateur a été créé par Thierry Frézard, un psychothérapeute de Calais qui a longtemps reçu des femmes rondes en consultation. Le concours «permet aux candidates de mieux se sentir dans leur peau. Au départ, j'ai fait ça pour ma femme (3e dauphine de la première édition), pour lui montrer qu'elle pouvait plaire», explique-t-il élégamment. «Il permet aux candidates de mieux se sentir dans leur peau, certaines retrouvent même la confiance nécessaire pour occuper un emploi», affirme Thierry Frézard. En clair, veut-il dire qu'il y a davantage de grosses que de maigres au chômage?

Définition de la "ronde"

Ah qu’on est loin de La Ronde de Max Ophuls. Miss Ronde, «la jeune femme aux rondeurs les plus agréables» (sic) existe depuis 2005. Mais difficile de juger au premier coup d’œil qui possède les rondeurs les plus agréables. Surtout quand elles sont nombreuses. Du cheptel de 50 puis de 22 finalistes, pour en extraire une, il fallut au jury quatre heures de délibération. Le troupeau défila «sur un podium agrémenté d'amaryllis et d'orchidées, en robe ou jupe et hauts à amples décolletés». Rien que ça, ça fait rêver ! Mais il restait le meilleur à venir, comme l’explique 20.minutes : «Encouragées par la musique d'Amel Bent («Je n'ai qu'une philosophie, être acceptée comme je suis»), certaines ont poussé l'audace jusqu'à l'effeuillage et se sont présentées à la centaine de spectateurs en corset et bas résille».

C’est vrai que la musique d’Amel Bent donne instantanément une irrépressible envie de se trémousser en corset et bas résille. On n’ose penser ce que donnerait le défilé militaire du 14 Juillet sur les Champs-Elysées si un saboteur remplaçait la Marseillaise par un disque d’Amel Bent.

D’où viennent-elles majoritairement, les rondes ?

On le sait enfin, toujours grâce à 20.minutes : «Agées de 20 à 40 ans en moyenne, les candidates de l'édition 2011 venaient d'Alsace, de Bretagne, du Puy-de-Dôme ou encore de Paris. La majorité d'entre elles résident dans l'Est de la France, mais la Normandie monte en puissance, selon les organisateurs».

La Normandie monte en puissance… Ca, c’est un scoop.

Bientôt la Ronde Pride ?

«Je n'ai qu'une philosophie, être acceptée comme je suis», répète la nouvelle Miss Ronde pour encourager les femmes dont le poids est d'au moins six kilos supérieur à leur taille (56 kilos pour 1,50 m, par exemple). La plus ronde des prétendantes au titre de Miss Ronde 2011 affichait cette année un «surpoids» de plus de 40 kilos. C'est sans doute sa fierté... mais elle n'a pas gagné.

Du rififi chez les Miss Rondes

Seule note discordante de la soirée: une candidate parisienne, Marie Baux, 28 ans, a dénoncé au moment de se présenter au public ce qu'elle a qualifié de «foire aux bestiaux». «Les femmes valent mieux que ce concours. Nous méritons des jurés professionnels et une élection digne des autres Miss. Il faut arrêter de prendre les rondes pour des bêtes de foire», a-t-elle déclaré à l'AFP. Encore une empêcheuse de danser en… ronde.

Sur le même sujet