On a retrouvé la tête d'Henri IV !

Le souverain, mort il y a 400 ans, avait perdu la tête en 1793. Pour lui, ça ne changeait plus grand-chose. Mais les historiens, eux aussi, la perdaient.
11

La Révolution, en 1793, avait achevé le boulot commencé par Ravaillac en 1610. Sous la Terreur, les sans-culotte avaient décapité la dépouille du monarque. En 1817, sous la Restauration, un quart de siècle après les profanations, Louis XVIII ordonna de retrouver les corps jetés dans la fosse commune, pour redonner à ses ancêtres une sépulture digne de leur rang. Au bout des pioches et des pelles, des os. Mais une chose a surpris les commissaires de l’époque: «Trois corps sont retrouvés sans leurs parties supérieures.» Autrement dit, sans leur tête. On a donc bel et bien volé des têtes de rois à Saint-Denis. Alors pourquoi pas celle d’Henri IV?

Une tête sans cervelle qui se déplaçait au gré de l’humeur du temps

Des pérégrinations rocambolesques, dixit Libé : 1610… 1793… 1919… 1955 puis aujourd’hui enfin. Le site de Libération nous apprend que des scientifiques ont identifié la dépouille du roi chez un retraité. La tête, perdue puis retrouvée, est en bon état quoique «légèrement brunie avec les yeux à demi clos et la bouche ouverte » . Elle comporte des cheveux et des restes de barbe, souligne une étude du British Medical Journal (BMJ). Elle porte plusieurs signes distinctifs: «une petite tache sombre de 11 mm de long juste au-dessus de la narine droite, un trou attestant du port d'une boucle d'oreille dans le lobe droit, comme c'était la mode à la cour des Valois, et une lésion osseuse au-dessus de la lèvre supérieure gauche, trace d'une estafilade faite au roi lors d'une tentative de meurtre le 27 décembre 1594".

"L'Indiana Jones des cimetières"

C’est ainsi qu’on surnomme le docteur Philippe Charlier qui a procédé avec son équipe à l’étude de la relique en collaboration avec l'un des historiens d'Henri IV les plus connus, Jean-Pierre Babelon. C’est ce dernier qui avait retrouvé une lettre dans ses archives: un certain Jacques Bellanger, il y a plusieurs années, lui a demandé des informations sur la prétendue tête d’Henri IV... A l’époque, Paris Match avait pris contact avec l’expéditeur de la missive. Au bout du fil, l’homme s’était montré embarrassé, expliquait l’hebdomadaire: les journalistes cherchaient la tête pour la faire authentifier. Après quelques courriers, Jacques Bellanger finit par admettre: «Oui, c’est moi qui l’ai.»

«Incroyable. Nous avons localisé la momie!» titre Paris Match

Le rendez-vous eut lieu le 22 janvier 2010. Dans le grenier de sa maison de province, Jacques Bellanger a entreposé ses souvenirs et ses secrets. Lui et sa femme cachent dans une armoire celui qu’ils appellent affectueusement «le monarque». Le reportage de Paris Match est passionnant.

Avec précaution, le vieil homme se saisit d’une petite caisse en bois. «Personne n’était au courant, pas même nos enfants. Ce n’est pas facile d’avoir chez soi une tête humaine. Cela fait au moins vingt ans que je ne l’ai pas sortie de ce meuble. C’est émouvant.»

Il ouvre la caisse. Apparaît alors la tête momifiée, parcheminée mais incroyablement bien conservée. Son visage est à la fois expressif et terrifiant.

«Je l’ai achetée à la sœur de Joseph-Emile Bourdais en 1955, dans cette caisse, entourée de cette serviette-éponge. Je l’ai payée 5 000 francs de l’époque. Je ne l’ai manipulée que trois ou quatre fois en cinquante ans.»

Rendre à César…

Jacques Bellanger demande aux journalistes de Paris Match de la remettre au descendant direct d’Henri IV, l’aîné des Capétiens, le prince Louis de Bourbon, afin que la famille et l’Etat puissent l’inhumer dignement à Saint-Denis. Mais entre-temps, la relique est passée entre les mains de 19 experts qui l’ont authentifiée. De retour dans la capitale, la tête subit un check-up complet: toxicologie, reconstitution faciale, génétique, datation, microscopie, loupe binoculaire, scanner... Ces mêmes scientifiques ajoutent que leur méthode pourrait permettre d'identifier d'autres restes royaux enterrés dans la fosse commune et les restituer à leurs caveaux d'origine.

Conclusion le 16 décembre 2010

Les circonstances précises dans lesquelles la tête du roi Henri IV a été retrouvée ainsi que les résultats complets des analyses scientifiques qui ont permis de l'authentifier doivent être présentés jeudi 16 décembre à Paris lors d'une conférence de presse. Et pour ceux qui voudront en savoir plus, l'étude a été filmée par deux journalistes documentaristes et sera diffusée en février à la télévision, selon leur société de production, Galaxie Presse.

Sur le même sujet