On aurait peut-être retrouvé la jambe de Sarah Bernhardt

Plus de 90 ans après l'opération, le membre amputé, qui avait disparu en 2000, refait surface. Sauf qu'il ne s'agit peut-être pas de la bonne jambe...
84

Repartons près d’un siècle en arrière… A 60 ans passés, la “divine Sarah” se blesse au genou droit en sautant du parapet dans la scène finale de Tosca. Et il ne s’agit en rien d’une première chute. La gangrène s’installe… Le 12 mars 1915 très précisément, l’actrice est amputée. Elle affrontera l’opération avec un rare courage et après son amputation n’hésitera pas à se rendre au front pour rendre visite aux poilus. Elle refusera également de laisser son handicap mettre fin à sa carrière: la mort la surprend en 1923, en plein tournage d’un film.

L’opération

La comédienne de renommée internationale ( en 1910, elle se produisait aux Etats-Unis ) est amputée de la jambe droite à la clinique Saint-Augustin de Bordeaux. Fait étrange, peut-être parce qu’il s’agissait d’une célébrité de premier rang, sa jambe fut conservée dans un bocal de formol au laboratoire d’anatomopathologie de la faculté de médecine. Mais elle allait continuer à courir…

Une proposition à considérer…

Pendant sa convalescence, la comédienne aurait reçu un message du directeur du cirque Barnum à San Francisco lui proposant la somme de 100 000 livres en échange du droit d’exposer sa jambe amputée... Sarah Bernhardt eut peut-être mieux fait d’accepter car après être restée des décennies dans les placards du laboratoire d’anatomopathologie de la faculté de médecine, place de la Victoire, à Bordeaux, le membre disparut en 2000 à l’occasion d’un déménagement à Carreire, comme beaucoup d’instruments de physique et de matériel médical.

2008, premier coup de théâtre (normal, pour Sarah Bernhardt)

Un photographe bordelais, Richard Zéboulon, passionné par sa ville et les histoires insolites ( Bordeaux secret et insolite , éditions Parigramme, 2006), ainsi que le neurobiologiste Jean-Didier Vincent remuent ciel et terre pour retrouver la relique. Et miraculeusement ils frappent à la bonne porte: celle de Jean-Georges Duthoit, responsable des bâtiments à la faculté de médecine Bordeaux 2 Victor-Segalen. Bientôt, le quotidien Sud-Ouest annonce fièrement la nouvelle: on a retrouvé la jambe de Sarah Bernhardt dont elle avait été amputée en 1915. Un responsable des bâtiments a retrouvé le divin bocal par hasard... Son contenu, jaunâtre et gonflé de liquide comme on peut l'imaginer, fait le bonheur de tous:

-«C’est Jean-Georges Duthoit, qui est le « redécouvreur » de la jambe de Sarah Bernhardt dans des locaux antérieurement occupés par le service de médecine légale. Une sorte de cabinet de curiosités où l’on conservait les bizarreries anatomiques et objets issus de faits divers - un vrai musée des horreurs - (cordes de pendus, foetus de siamois, fusils et autres pièces à conviction qui avaient servi à des meurtres horribles)». Sauf que…

Le Canard enchaîné se demande: "la jambe de Sarah Bernhardt, prétendument retrouvée en décembre dernier, était-elle la bonne ? Pas si sûr... Après leur annonce spectaculaire, nos confrères de Sud-Ouest ont freiné des quatre fers... c’est le cas de le dire! Le quotidien local a en effet publié dernièrement un article intitulé: 'Etait-ce la bonne jambe de Sarah Bernhardt?'."

Est-ce la bonne jambe ?

Un ancien médecin légiste de Bordeaux a en effet affirmé que la relique retrouvée est une jambe... gauche, de surcroît amputée sous le genou, alors que celle de Sarah Bernhardt avait été coupée au dessus du genou! Selon lui, la bonne jambe aurait été jetée en 1977... "Seules des analyses ADN effectuées sur des descendants de la petite-fille de Sarah pourraient nous éclairer définitivement". Il faudra donc attendre un peu avant de voir la précieuse pièce rejoindre la vitrine d'un musée.

Sur le même sujet