Radio Nanteuil, station pirate des années 60

Cette station fort peu connue est véritablement l'ancêtre des radios locales privées officialisées au début des années 80... Elle avait vingt ans d'avance

Bien des années après la fermeture de la sympathique station de radio, son créateur Raymond Brothier en contait la génèse : "Depuis mon plus jeune âge et surtout après avoir appris le métier de constructeur Radio qui me passionnait, une seule idée obsédait ma pensée : Construire un émetteur privé en petites ondes et en animer les émissions de variété".

Vous connaissez Nanteuil ?

Cette vallée au nord de la Charente a voulu s’adapter aux temps modernes et c’est ainsi qu’un soir de novembre 1959 des phrases et airs joyeux furent lancés sur les antennes de la "Radio des Vallées" ce qui a encore augmenté la renommée de ce petit coin de la Charente.

Première émission

"Ah qu'il est doux de vivre dans ce pays de tranquillité, parmi ses vieilles maisons, à l'ombre de cette belle Abbaye que Charlemagne aimait venir visiter", annonça, sur la longueur d'ondes de 251 mètres, une voix connue des habitants de la commune.

Parisiens, Méridionaux, Bretons, Savoyards, parlez de Nanteuil devant eux ! Ils répondront à l’interloculeur avec le sourire "Ah ! oui... la Radio des vallées de Nanteuil!". Radio-Nanteuil-en-Vallée a été pendant plusieurs mois le poste de la joie et de la bonne humeur.

"Cette station était captée en Afrique en ondes courtes, comme l’atteste l’important courrier reçu, et le fait d’avoir émis sur une aussi grande distance est sans doute pour quelque chose dans la décision d’arrêter ma station", continue Raymond Brothier .

Et, brusquement, cet émetteur s’est tu

La raison de ce silence nous est expliqué dans l'hebdomadaire Radio Magazine, d'abord dans son édition du 20 mai 1962:

La R.T.F. n’aime pas les bricoleurs

Les transistors se sont tus à Nanteuil-en-Vallée (Charente).

L’autre semaine encore, ils "donnaient" à fond, chaque mercredi, à 19h, chaque samedi, à 19h30. Toute la région était branchée sur 251 mètres. Sur la "Radio des Vallées de Nanteuil".

"De très bonnes émissions, soupire le curé, l’abbé Bourdier. Disques excellents et messages personnels spirituels. Et puis, hein! pour une fois, chacun savait de qui on parlait, à "La Tribune des Auditeurs".

Mais la R.T.F. s’est fâchée. Cette Radio des Vallées, d’une grande portée, c’était une concurrente et clandestine. Et, par les temps qui courent, la clandestinité...

Radio-amateur, Raymond Brothier répondra de son forfait en justice.

Les Nanteuillais déconfits - ils s’amusaient follement - ont tourné le bouton de leur poste. Au jour du jugement, ils seront tous auprès de Raymond Brothier, directeur-producteur-réalisateur-speaker. Solidaires et prêts à se cotiser pour payer son amende.

"En attendant, disent-ils, on fait la grève. Personne n’écoute plus la radio nationale".

Suite et fin le 30 juin 1962...

Un mois après "l’Affaire", Radio-Nanteuil est muet... mais pas ses Ex-Auditeurs!

Voici maintenant près d’un mois que Raymond Brothier, l’électronicien charentais, qui animait depuis quelque temps un émetteur clandestin dans son village, s’est entendu condamner, à Angoulême, à verser à la R.T.F. 1 F pour concurrence illicite (que de nombreux sympathisants se sont d’ailleurs empressés de lui envoyer sous forme de timbres !).

Radio-Nanteuil-en-Vallée est donc muet

Il est vrai que, pour les "plaignants", les émissions condamnées étaient particulièrement dangereuses deux fois par semaine, Raymond Brothier diffusait des chansons et des "disques des auditeurs", Il eut même l’audace de retransmettre en direct un bal avec J. Ségurel. "Je trouverai bien le moyen légal de recommencer, affirme-t-il. Ma vie est à mon micro".

Maintenant que les passions sont apaisées, voici des opinions recueillies parmi les chers auditeurs frustrés. A les lire, on se demande si la R.T.F. a regagné un seul client.

Mme Brothier, et sa fille Dominique, étaient les meilleures auditrices de Radio-Nanteuil-en-Vallée. Elle connaît l'homme qui les a dénoncés.

Le Maire de Nanteuil, M. Fillon, est le seul à garder la tête froide: "Tout cela fait de la publicité à notre village et c'est finalement regrettable; nous n'avons pas d’équipement hôtelier".

L’abbé Bourdier, le curé de Nanteuil, est navré de la publicité faite à son paroissien: "J’étais l’un de ses auditeurs les plus fervents", nous a-t-il glissé à l’oreille.

Mme Thorin, la patronne du café, a enlevé ses lunettes pour se laisser photographier: "M. Brothier est bien gentil, dit-elle, et je ne manquais pas une de ses émissions. C'est une grave injustice, à mon avis".

Mme Robin est sans doute, à quatre-vingt-dix ans, la plus jeune centenaire de France: "C'est honteux ce qu'on fait à ce jeune homme, dit-elle. J'ai vu naître la radio: c’était la première fois que je riais en l’écoutant".

M. Daniel Hainaud est l’un des nombreux auditeurs de Radio-Nanteuil-en-Vallée:

"M. Brothier est un brave garçon, déclare-t-il. Il ne risquait pas de faire du mal à une mouche".

Sur le même sujet