Sheryl Crow devenue star grâce aux hamburgers McDonald

Celle que l'on surnomme l'Eric Clapton au féminin avait suffisamment galéré comme choriste. Elle loua ses cordes vocales à la chaîne de restauration rapide
26

S’il y en a une qui sut jouer de ses charmes, c’est bien Sheryl Crow, superbe Américaine née en 1963. Et ces efforts se montrèrent payants puisqu’elle frise aujourd’hui les 40 millions de disques vendus de par le monde. Pourtant, au départ, elle semblait bien condamnée à rester humble choriste.

Comment gagna-t-elle 42 000 $ en seulement une heure?

Ce n’est pas parce qu’elle fréquenta la même école que Brad Pitt qu’on la connaît aujourd’hui, mais bien parce que Ronald McDonald la choisit parmi beaucoup d’autres pour chanter un jingle publicitaire vantant les mérites de ses hamburgers. Et comme Sheryl n’a pas sa voix dans sa poche, une heure dans un studio d’enregistrement lui permit d’empocher la coquette somme de 42 000 dollars ; mais quand on est jeune, les tentations sont nombreuses et la somme rondelette fit long feu. Au bout de quelques mois seulement, Sheryl se retrouva serveuse dans un restaurant… avec en tête l’idée de vivre, certes pour la musique, mais également par la musique.

Son talent n'est pas reconnu

Elle se mit d’abord à composer des chansons qu’elle envoyait à tous ceux, toutes celles qui voudraient bien les chanter… mais personne ne voulait les chanter : on ne faisait pas attention à elle, sa carte de visite et son CV étaient consternants… mis à part son jingle publicitaire. C’est justement sur ces quelques secondes qu’elle allait miser. Idée de génie associée à un culot fou, sans le moindre complexe elle proposa ses services de choriste aux plus grands noms de la pop et du rock : « Pourquoi aurais-je eu des complexes ? Je n’avais rien à perdre ! ».

Dans l'ombre des stars

Elle se retrouva à vocaliser auprès de Rod Stewart, Stevie Wonder et Eric Clapton avec qui elle eut une brève liaison. Mais le top du top fut son duo avec Michael Jackson, comme elle l’expliqua au magazine Q :

- Le plus facile, ce fut l’audition. Michael n’était pas présent, aucune raison, donc, d’avoir le trac. Les filles étaient filmées. J’ai simplement dit « Salut Mike, c’est Sheryl, du Missouri… ça me plairait vachement de chanter avec toi » et ensuite les vidéos ont été envoyées chez lui, dans son ranch de Neverland. Il a dû se dire « Qu’est-ce que c’est que cette bouseuse ? Une conductrice de camion ou quoi ? »

N’empêche qu’elle fut engagée...

Elle se retrouva sur scène avec Bambi, chantant « I just can’t stop loving you » avec lui ; et le magazine National Enquirer la présenta comme sa nouvelle petite amie. Tout ce battage faisait monter les enchères : on la vit aux claviers accompagnant Sinéad O’Connor, on la vit choriste de Chrissie Hynde des Pretenders. Mais Sheryl louchait toujours vers une carrière en solo, et, hélas, aucune compagnie n’envisageait de la signer en tant qu’artiste.

Une aide extérieure devenait indispensable

C’est Don Henley, un membre des Eagles, qui lui apporta la solution miracle au sortir d’une séance d’enregistrement : il lui fit comprendre que, pour devenir vedette à part entière, elle devait définitivement renoncer à faire la choriste et qu’en outre, au lieu d’envoyer ses chansons à des gens qui l’ignoraient, elle devait les conserver pour elle-même. Sheryl suivit son conseil et commença à concocter son premier album. Il fallait aller vite, elle aurait bientôt 30 ans.

La firme A&M lui fait confiance

La compagnie discographique avance 250 000 dollars pour les musiciens et le studio… et enterre le disque. «Sheryl Crow» premier chapitre n’atterrirait jamais chez les disquaires ! Elle-même, aujourd’hui, a conscience de la vacuité de cette première tentative : « C’était trop…comment dire ? Adulte . Derrière le micro, il y aurait pu y avoir n‘importe qui… ou même personne ! ». Mais ce premier disque n’était pas perdu pour tout le monde. Quelqu’un (qui ?) en avait conservé un enregistrement. En 1992, ça ne valait pas un cent . Deux ou trois ans plus tard, ça valait une fortune, et le disque allait trouver son chemin dans le milieu collector via les vendeurs de disques pirates (à suivre)

Sur le même sujet