Sortie en librairie du "Dictionnaire des Tubes en France"

L'auteur-compilateur Yannick Suiveng propose, en plus de 300 pages, un nombre impressionnant de chanteurs, chanteuses et groupes (3644 exactement)
11

En soixante ans de hit-parades, pour peu que l'on se penche sur la liste détaillée des titres qui y ont figuré, on découvre que certaines chansons ont la peau dure. Médaille d'or, évidemment, au célèbre "Petit Papa Noël" de Tino Rossi qui est réédité presque chaque année. Mais là, c'est trop facile ! Concentrons-nous avec un peu plus d'attention sur le livre de Yannick Suiveng pour un rapide survol de ce que nous pourrions qualifier de hits récurrents…

L’exemple type est évidemment « My Way » / « Comme d’habitude »… Mais nombreuses sont les chansons qui ont connu une seconde, voire une troisième carrière grâce à une ré-interprétation.

I got you babe

Premier tube en 1965 d'un duo bien sympathique : Sonny and Cher . Cher est le diminutif de Cherryl La Piere, ou encore de Cherilyn Sarkisian, selon les sources consultées ; la belle aurait, paraît-il, dans les veines, du sang indien Cherokee. Le duo avait auparavant enregistré sous le nom de “Caesar and Cleo”.

"I got you babe" passe une bonne dizaine de fois dans le film "Un jour sans fin" ("Groundhog day") chaque matin, au réveil du héros Bill Murray. En France, la VO a eu tant de succès qu’elle en a partiellement occulté l’adaptation française, “Je t’aime trop, toi” par Claude François. La chanson connaît une seconde jeunesse lorsque Cryssie Hynde, chanteuse des Pretenders, la ré-enregistre avec le groupe U.B.40.

Yesterday

Paul McCartney s'était éveillé un matin, la mélodie de "Yesterday" lui trottant dans sa tête. Dans la série documentaire Anthology , il raconte comment la chanson lui est venue en rêve, probablement à l'hôtel Georges V, à Paris, en tournée (il y avait en effet un piano à sa disposition). Il l’a finalement enregistrée en juin 1965, alors qu'il l'avait écrite en janvier 1964. Le succès fut immédiat et colossal. Hugues Aufray l'adapta sous le titre "Je croyais". Ray Charles en refit un tube en 1968 ; Depuis, on estime, en gros, à 3500 le nombre de versions existant (estimation plausible : le dernier comptage rigoureux effectué en 1997, à l'occasion de sa reprise par Wet Wet Wet, était de 2 600). Au début des années 90, on a d'ailleurs estimé que "Yesterday"avait été, au total, diffusé cinq millions de fois sur les radios américaines!

Never Can Say Goodbye

Gloria Gaynor, jusqu'alors, n'avait enregistré qu'un seul single, "Honey bee", qui avait correctement marché dans son pays, les Etats-Unis. Mais ailleurs, elle était inconnue. Un comble, un crime de lèse-majesté ! En Europe, Gloria Gaynor, en 1975, obtient davantage de succès avec cette chanson, que leurs créateurs, les Jackson Five, qui n'étaient parvenus qu'à la 33e place en Angleterre alors qu'ils étaient montés à la 2e place aux States. Du coup, pourquoi ne pas essayer de l'enregistrer une troisième fois ? Ce que firent les Communards, (9e en France, 4e en Grande-Bretagne) en février 1988. Et une quatrième, alors. Yazz tente le coup début 1997.

Stand by me

Il s’agit d’un des titres-phares de la seconde moitié du 20e siècle. A tel point qu’il apparaît incroyable qu’il ne soit pas parvenu à pénétrer dans le hit-parade anglais au moment de sa sortie, en 1961, dans la fabuleuse version de ben E. King ! En France, on a plus volontiers écouté la version italienne d’Adriano Celentano, elle aussi en 1961 (“Preghero”) ou les versions françaises de Dalida, et, accessoirement, de Rosy Armen (“Tu Croiras”). Deux ans plus tard (1963), alors au sommet de sa gloire en tant que boxeur mondialement respecté, Cassius Clay, qui ne se fait pas encore appeler Muhamed Ali, enregistre une version avec punch. John Lennon, quant à lui, aidera à redécouvrir ce titre merveilleux sur son album “Rock’n’roll” de 1975. Sans oublier plusieurs films à succès qui ont utilisé le thème pour leur bande originale. Johnny Hallyday l'enregistra en français ("Reste ici") en 1983, sans toutefois le publier immédiatement. En 1998 on note la version de 4 The Cause.

Derniers baisers (Sealed with a kiss)

Un tube qui a la peau dure ! La V.O. par Bryan Hyland grimpe à la troisième place des hit-parades anglais et américain en 1963 avant de devenir, en français, le plus gros succès des Chats Sauvages. Le titre apparaît dans la bande sonore du film "Le Gentleman de Cocody" avec Jean Marais. Fin 1986, C.Jérôme, reprenant "Derniers baisers", se bat en duel, au hit-parade, avec Emmanuelle qui chante "Premier baiser". En 1989, retour de la version anglaise par Jason Donovan, acteur australien de 20 ans.

Sur le même sujet