Télévision: soirée Serge Gainsbourg dimanche sur France 2

Le timide pianiste-accompagnateur des années 50 se transforma en prince du show business en moins de dix ans. La mue, en seulement quelques chansons

Antenne 2 va consacrer la plus grande partie de sa soirée de dimanche à Serge Gainsbourg, disparu il y a 21 ans. Ce personnage, à ses débuts timide et mystérieux, prit de l'assurance en voyant enfler son compte en banque après seulement quelques chansons ("Le poinçonneur des lilas", "Poupée de cire, poupée de son", "Les sucettes", etc.) : " J'ai retourné ma veste après m'être aperçu qu'elle était doublée de vison ", affirme-t-il.

Revenons sur quelques unes de ses plus belles réussites (à rechercher, pourquoi pas, en édition originale : nous vous indiquons la référence des vinyles d'époque).

La Javanaise, par Gainsbourg en personne (EP Philips 432 862)

Cette chanson a été connue grâce à la version de Juliette Gréco. Mais il faut signaler celle, beaucoup plus rare, de Honor Blackman, première partenaire de Patrick McNee dans “Chapeau Melon Et Bottes De Cuir”, et de Sean Connery dans le film de James Bond “Goldfinger”. La traduction est éloquente, bien qu’éloignée du texte original : "Men Will Deceive You". On est déjà bien loin du style rive gauche de ses débuts.

Anna Karina : Sous Le Soleil Exactement (EP Philips 437 279)

L'actrice Hanne Karin, rebaptisée Anna Karina par Coco Chanel, est née à Copenhague en 1940, épousa Jean-Luc Godard et fut la vedette de « Pierrot Le Fou »en 1965 ; elle tourna dans plus d'une vingtaine de films, chanta dans la plupart et passa même à la réalisation. « Sous Le Soleil Exactement » est extrait de la bande originale du film « Anna » diffusé à la télévision le 13 janvier 1967. Eddy Mitchell, Marianne Faithfull et Jean-Claude Brialy figurent au générique de cette comédie musicale composée par Serge, qui, d’ailleurs, l’enregistrera ultérieurement pour son propre compte. Quelques années plus tard, Gainsbourg évoquera à nouveau ces plages ensoleillées avec « Sea, Sex And Sun », nettement plus coquin.

Serge Gainsbourg & Jane Birkin : Je T'Aime... Moi Non Plus (SP Disc’AZ SG 113)

C'est certainement le 45 tours français culte des années soixante, mais l'on croit à tort que son succès fut immédiat : en réalité, il fut enregistré une première fois en 1967 par Brigitte Bardot, puis en 1969 par Jane Birkin (le nom de Gainsbourg n'apparaît pas sur la pochette). Commercialisé fin janvier, le 45 tours ne put véritablement être considéré comme un hit avant le mois de juin. Pendant six mois, il fallut manipuler avec des pincettes une chanson autrement plus hardie que "Les Sucettes" !

" Ecris-moi la plus belle chanson d'amour ", avait demandé en 1967 Bardot à Gainsbourg. Ce fameux et fumeux enregistrement se trouva bouclé dans un coffre-fort pour une durée d'un peu moins de vingt ans (la version avec Brigitte Bardot est sortie en 1986). Gainsbourg ne savait pas qu'il allait rencontrer Jane Birkin ! Bien qu'elle n'ait jamais chanté, Jane accompagne Serge à Londres en décembre 1968 pour enregistrer une nouvelle version de " Je T'Aime... Moi Non Plus ". Lorsqu'il rentre à Paris, Gainsbourg fait écouter le résultat au directeur de sa maison de disques, qui réfléchit : " Vous et moi risquons la prison... Alors autant prendre le risque pour un 33 T complet plutôt que juste pour un 45 T... Filez à Londres enregistrer la suite !" Le succès démarre d'abord en Angleterre, par le circuit des boîtes de nuit (car le disque est interdit à la radio) et, en quelques semaines, la chanson se retrouve au sommet du hit-parade. Le Vatican demande l’interdiction du disque, le directeur artistique italien est mis en prison. Le film « Je t’aime, moi non plus », réalisé par Serge, n'est sur les écrans qu'en 1976. C'est un quasi-échec commercial.

Françoise Hardy : Comment Te Dire Adieu (EP Vogue EPL 8652)

Mai 68... Les "idoles" ont du plomb dans l'aile : Johnny Hallyday et Richard Anthony vendent moins de disques. Adamo reste discret. Bardot n'a pas sorti de disque depuis janvier, France Gall a disparu du hit-parade, Dick Rivers également. Christophe et Hervé Vilard ont plié bagages : ils sont désormais plus populaires en Amérique du Sud que dans leur propre pays. Eddy Mitchell s'accroche encore un peu avant la traversée du désert. Les mauvaises langues disent que c'est "le début de la fin", par référence au titre de son petit succès de 1967. Heureusement toutes ne sont pas logées à la même enseigne. Françoise Hardy, par exemple, se maintient fort bien. Du fait qu'elle n'est jamais n°1, les médias ne peuvent l'accuser d'être sur le déclin. Ses publications sont régulières et ses disques se vendent certainement autant que ceux de ses concurrent(e)s, mais, les siens, sur la durée : une chanson qu'on aurait crue jetable comme un Kleenex (n°3 en mars 1969) est aujourd'hui incontournable : "Comment Te Dire Adieu"signé Gainsbourg, au sujet de laquelle Géant Vert écrit dans Rock & Folk (hors-série n°20) :

- Sortie à l’époque des évènements du Quartier latin, les historiens de la musique n’ont jamais réussi à trancher : était-elle dédiée au général de Gaulle ou à une personne de moindre importance (Jean-Marie Périer par exemple) ?

Serge Gainsbourg : Requiem Pour Un C… (SP Philips 370 617)

Le film avec Jean Gabin "Le Pacha", un excellent polar, est devenu un classique. Oh surprise, on y rencontre Serge Gainsbourg en séance d'enregistrement du « Requiem Pour Un C… ». Avec un titre pareil, même avec des points de suspension, il n'avait guère de chance de passer beaucoup à la radio, en 1968. Il faudra attendre 1991 pour véritablement se mettre le morceau dans l'oreille, remixé, et portant son titre complet. Hasard des dates, Gainsbourg mourut trois jours avant la date prévue pour la réédition de son Requiem . Sa maison de disque eut le tact de différer l'événement de deux semaines.

Serge Gainsbourg : Initials B.B. (EP Philips 437 431)

Gainsbourg était un grand séducteur, et la conquête de Brigitte Bardot fut le coup de maître de sa carrière de dragueur. L' Homme à la tête de chou fut réellement effondré lorsqu'elle le quitta, allant passer quelques jours dans un petit coin du sud de l’Espagne, à Almeria très exactement, pour le tournage du film de Louis Malle, « Viva Maria ». C'est cette séparation que Serge relate dans sa chanson "Initials B.B".

Pour en savoir plus sur les débuts de Gainsbourg, c'est en cliquant ICI . En revanche, pour en savoir plus sur les chansons qu'il a écrites pour de nombreuses actrices et chanteuses, cliquer ICI et ICI .

Sur le même sujet