Les coulisses de la grande distribution

Pas de répit pour les hypermarchés... La journée à peine achevée, la nuit démarre en fanfare pour les employés des grandes surfaces.
5

Ca bruit, ça grouille, les néons brillent, la musique crachote interrompue par les spots publicitaires, les têtes de gondoles étalent leurs produits aux prix alléchants, les odeurs entêtantes envahissent les rayons, les caddies s'entrechoquent, se traînent, se poussent, stationnent un peu partout, les enfants piallent, les parents crient... l'hypermarché le jour, c'est l'usine ! Mais tout cela n'est rien, comparé à l'agitation de la nuit.

Un champ de bataille et ses petits soldats

En effet, c'est très tôt le matin que tout démarre et se prépare dans les hypermarchés. Quelques heures seulement après la fermeture, l'activité reprend très vite, avec les boulangers, les bouchers, les employés des rayons "frais" arrivés en premier, dans un tintamarre de tire-palettes mécaniques ou électriques qui foncent et déboulent à grand renfort de klaxon partout dans les allées encombrées de cartons débordant de marchandises diverses et variées.

À 6/7 h du matin, encore difficile de croire que dans un peu plus d'une heure le sol, qui pour le moment est un véritable champ de bataille, sera vierge de cartons, de papiers, de produits étalés au sol... Car il y a des surprises en remplissant les rayons ! En effet, la veille les clients se sont débarassés en douce du saucisson, de la paire de chaussures, du jouet, du pâté... dont tout compte fait il ne voulait pas vraiment, entre un livre et une revue...

Dans tous les rayons l'agitation est vive. Les employés lève-tôt, uniformes sur le dos, soumis à des rythmes effrénés, toujours suivant le même rituel, sont là pour aller vider les réserves de leurs immenses cartons encombrants, en tirant de lourds transpalettes... Et vite, chacun court à son rayon, muni de son cutter pour délivrer les cartons de leurs produits qui vont passer directement et en bon ordre dans les rayons, et c'est ainsi un va-et-vient incessant de la réserve au rayon, du rayon à la réserve... On déballe, on range, on casse le carton, on le plie, on le range et c'est reparti... et tout ça en cadence, car tout doit être fin prêt pour l'ouverture du magasin et la rentrée des clients pressés qui piétinent devant les portes une bonne demi-heure en avance !

Déballage, remballage, étiquetage, changements de place en fonction des arrivages, des produits phare du moment, des fêtes... autant de conditions difficiles pour des gens soumis à une pression certaine.

Des tonnes et des tonnes de marchandises en réserve Les immenses réserves regorgent de marchandises en tout genre, amenées chaque jour par un incessant ballet de camions à décharger. Et il faut sans cesse faire de la place en réserve, ce qui implique pour le personnel de chaque rayon l'obligation de bouger continuellement de lourdes palettes, pour récupérer celles qui lui appartienne et qui sont cachées derrière les autres ! Et bien sûr il faut remettre en place.

La période des fêtes où tout part à la vitesse grand V demande un remplissage constant des rayons, des changements de place récurrents des marchandises avec le démontage et remontage de tous les éléments des rayons, en fonction des produits qui vont prendre la tête des ventes. Des tonnes de chocolats, gâteaux, foie gras, jouets, décorations, papier cadeau, cadeaux en tous genres passent entre les mains expertes de tous ces employés qui font la nuit des hypers !

Et Noël n'est pas encore là, qu'il va déjà falloir débarrasser vite pour caser "le blanc", les galettes des rois... puis le jardinage et le charbon de bois qui attendent en réserve, fleurant bon le printemps. Ainsi le cycle annuel est reparti qui ne s'arrête jamais, car dans la France commerciale, il y a toujours un événement à fêter.

Beaucoup de métiers se côtoient dans les hypers Ce sont aussi les petites mains, les filles qui passent de façon machinale la serpillère tout au long des rayons et la superficie est immense dans un hyper ! Ce sont des kilomètres enfilés chaque nuit par celle ou celui qui, gruché sur sa machine automatique, fait des tourniquets, à vingt à l'heure, pour nettoyer le pavé et ramasser tout ce qui traîne à terre.

Il y a également les fournisseurs ou les animateurs qui pour les uns viennent remplir et ranger leurs rayons, pour les autres préparer les animations pour la journée qui arrive. Valise en tirette, ils déambulent dans les allées, après être passé sous les fourches caudines des gardiens de sécurité qui ont retenu leur carte d'identité au passage, contre une petite plaquette épinglée au revers de leur veste, qui indiquera qu'ils sont soit fournisseur, représentant, animateur, etc., et le passage se libèrera après avoir rempli le cahier de passage.

Incontournables dans les hypermarchés, les agents de sécurité surveillent en permanence l'extérieur, l'intérieur, les ouvertures, fermetures, toutes les allées et venues, sous l'oeil omniprésent des caméras invisibles qui épient chaque mouvement de tout ce petit monde de la nuit, tant en magasin qu'en réserve.

Lorsque le client pénètre enfin dans le sacro saint lieu, il est loin de s'imaginer toute l'agitation et l'énergie qui vient de s'y déployer depuis de longues heures, afin de lui présenter des rayons impeccables, qu'il va s'empresser de "piller" dans un cycle perpétuel de recommencement !

Sur le même sujet