Top 10 des sites les plus morbides à visiter dans le monde

Top 10 des sites les plus morbides à voir dans le monde : châteaux hantés, musées d'horreur, catacombes, camps de concentration, centre de torture.
267

Voici le Top 10 des endroits les plus macabres à voir dans le monde, selon un classement subjectif qui n'engage que l'auteur de cet article. Tout est là : camps de concentration, lieux hantés, musées, etc. Certains fans de film d'horreur et d’histoire partent en voyage afin de visiter spécifiquement ce genre de lieux et de musées. C’est ce qu’on appelle le tourisme noir.

1. Camp de concentration Auschwitz-Birkenau (Pologne)

Le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, à Oswiecim, a servi aux nazis lors de l’Holocauste, durant la Seconde Guerre mondiale. Entre 1942 et 1944, plus d’un million de personnes, majoritairement des juifs, y ont été tués par les nazis , sous les ordres du dictateur Hitler. Ce camp de concentration est divisé en deux parties : Auschwitz et Birkenau. Cette dernière a d’ailleurs reçu jusqu’à 100 000 prisonniers en 1944.

Les touristes peuvent visiter le Bloc numéro 11, où les expériences médicales se déroulaient, les ruines des chambres à gaz, les fours crématoires, les logis des prisonniers, les cellules et les cellules d’isolation.

Il faut en tout trois heures afin de visiter les deux camps. Il existe aussi des tours guidés publics et privés. De plus en plus populaire, le camp Auschwitz-Birkenau attire aujourd’hui plus d’un million de visiteurs par année.

2. Le Musée du Goulag à Perm-36 (Russie)

Le camp Perm-36 (aussi appelé camp ITK-6), dans la région de Perm, est le pire camp du goulag de l’Union soviétique. Ces camps servaient à enfermer des prisonniers « politiques » sous le régime communiste et répressif du dictateur Staline , un des plus grands assassins du XXe siècle.

Les quelque 1 000 prisonniers étaient forcés à travailler dans des conditions de vie atroces : maladies, malpropreté, famine… Plusieurs en sont morts.

Après le décès de Staline, le camp a été transformé en prison pour les militants contre la répression soviétique ainsi que ceux défendant les droits humains.

Le camp a été fermé en 1987. En 1996, on le transforma en musée et depuis ce temps, c’est le seul camp de ce genre qui existe en Russie. Aujourd’hui, les touristes peuvent visiter une baraque en bois, qui servait de logis, l’infirmerie, le « bloc de détention spécial » de haute sécurité et les cachots.

3. Musée du généocide de Tuol Sleng (S21) (Cambodge)

Vers 1975, sous le régime des khmers rouges de Pol Pot , une ancienne école a été transformée en centre de détention et de torture nommée Security Prison (S21). C’est dans cette prison, située à Phnom Penh, qu’environ 15 000 Cambodgiens, incluant des enfants, ont été torturés et tués entre 1975 et 1979. La majorité de ces victimes ont été exécutées et enterrées dans les charniers du camp d'éxécution de Choeung Ek. Il y avait 129 charniers à cette époque. Aujourd'hui, il n'en que reste 43 intacts.

Le site du centre de torture a été renommé Tuol sleng Museum of Genocide et on y retrouve les photos de milliers de prisonniers, des salles d’interrogatoires ainsi que des textes de confessions obtenues sous la torture.

500 personnes par jour franchissent les portes de ce musée.

4. Le « village » Jonestown (Guyane)

En 1974, le révérend Jim Jones a fait construire un « village » en pleine jungle dans la partie de la Guyanne anglaise afin d’y loger ses fidèles, adhérents de la secte du Temple du Peuple. Il interdisait tout accès ou sortie du village, soumettait ses fidèles aux travaux forcés, aux châtiments corporels, surveillait les faits et gestes de chacun et leur fournissait très peu de nourriture.

En 1978, Jones, persuadé qu’il y aurait une apocalypse nucléaire, planifie un suicide collectif et somme les membres de sa secte d'ingurgiter une boisson au cyanure. Environ 914 de ces fidèles meurent et quelques-uns réussissent à s’enfuir.

De plus, le gouvernement de la Guyane aimerait faire de ce lieu un site touristique afin d’honorer la mémoire des défunts.

Des visites guidées sont disponibles à partir de Port Kaituma. Par contre, il faut trouver un guide privé sur place.

5. Les Catacombes de Paris (France)

Les Catacombes de Paris, c'est un parcours de 2km situé à 20 mètres sous terre. On y retrouve les ossements et les crânes de six millions de Parisiens morts dans les années 1700 dont ceux du poète Jean de La Fontaine.

Pendant une heure, les visiteurs parcourent d'étroits corridors tout en découvrant des galeries plongées dans l'obscurité et l’humidité. Il faut dire que ces ossuaires sont aménagés dans les galeries d’anciennes carrières.

En 2010, plus de 250 000 personnes ont exploré les Catacombes de Paris .

6. Le Musée de la mort (États-Unis)

Les visiteurs du Musée de la mort, situé à Hollywood, en Californie, franchiront les portes d’une ancienne morgue.

Selon le site web du musée , les visiteurs y retrouveront la plus grande collection au monde d’oeuvres d’art faites par des meurtriers, des photos originales des scènes de crime de Charles Manson, la guillotine qui a servi à couper la tête de Barbe Bleue, des répliques grandeur nature d’appareils d’exécutions ainsi que des vidéos informatifs sur quelques-uns des pires meurtrier en série de l'époque contemporaine.

7. Le Musée de la torture (Pays-Bas)

Parmi la multitude de petits musées insolites à Amsterdam, on retrouve le Musée de la torture.

Ce musée raconte l’histoire de la torture au Moyen Âge. Dans un décor de donjon médiéval et à l’aide de nombreuses photographies, peintures et textes qui nous mettent dans le contexte de l’époque, on découvre comment les instruments de torture étaient utilisés. Parmi les instruments de tortures présentés, qui proviennent de partout dans le monde, on retrouve une guillotine, une chaise de clous et une table de torture.

8. Le Musée des meurtriers en série (Italie)

Ce musée , situé à Florence, nous fait découvrir 10 des plus grands meurtriers en série de tous les temps d’Élizabeth Bathory (XVIe siècle-Hongrie) à Ted Bundy (années 1970-États-Unis).

Plusieurs appareils d’exécution, comme une table à injection mortelle, y sont exposés. Dans une des salles, on invite même les visiteurs à s’asseoir sur une chaise électrique (non fonctionnelle) en écoutant l’histoire d’Albert Fish à l’aide d’écouteurs tout en faisant face à la statue de cire de Charles Manson.

9. La ville d’Édimbourg (Écosse)

On dit que la ville d’Édimbourg, capitale de l’Écosse, est la ville le plus hantée de l’Europe. Les endroits hantés inclus le château d’Édimbourg, les voûtes du pont Sud, la chapelle de Rosslyn et la ruelle Mary King’s Close. Cette dernière serait hantée par des personnes mortes de la peste, dans les années 1300.

Pour ce qui est du château d’Édimbourg, des visiteurs auraient, entre autres, aperçu un joueur de tambour sans tête et un joueur de cornemuse. En plus, on y organise des tours guidés « spécial fantômes ». Le château est le site le plus touristique de cette ville. En effet, 300 000 personnes le visitent chaque année.

On dit que des fantômes de moines se promènent encore aujourd’hui dans la chapelle de Rosslyn.

10. Le château de Muncaster (Angleterre)

Le château de Muncaster, datant de 1208 et situé près de Ravenglass, est un des châteaux les plus hantés en Angleterre. Des chercheurs sur le paranormal y réalisent des recherches sur les fantômes qui « l’habitent »

La majorité des phénomènes paranormaux à Muncaster se produisent dans le salon des tapisseries. Des visiteurs auraient, entre autres, entendu des bruits de pas, vu la poignée de porte tourner toute seule ou encore la porte s’ouvrir d’elle-même. En outre, dans cette pièce, certains ont eu froid sans aucune raison apparente.

On raconte aussi que le fantôme de Muncaster Boggle et de Mary Bragg, une jeune fille assassinée en 1800, se promènerait dans les jardins et sur les routes à proximité du château.

Enfin, les plus courageux peuvent passer une nuit dans la salle des tapisseries, s’ils y arrivent…

Le château et ses jardins attirent aujourd’hui plus de 80 000 visiteurs par année.

Sur le même sujet