Mettre nos enfants au lit: une solution gagnant-gagnant

Envoyer ses enfants au lit et les aider à y rester: voilà probablement l'une des choses que les parents affrontent avec le plus de difficulté. Solutions.
49

Quand les enfants sont encore bébés, ils n'ont pas d'organisation du sommeil fixe, mais dès après six mois, ils dorment plusieurs fois par jour et un rythme s'installe. Lorsqu'ils entrent en primaire, ils vont généraliser ce rythme et se coucher pour la nuit. Toutefois, certains enfants ne vont pas au lit volontiers. Ils se battent contre le sommeil et se lèvent encore et encore. Ils deviennent irritables, et nous rendent irritables, départ bien connu d'une crise ou d'une catastrophe.

Voici quatre conseils pour aider les enfants à rester au lit.

Le sommeil n'est pas une punition

Si les enfants pensent que le sommeil est une punition, c'est qu'ils l'ont appris, et ils l'ont appris le plus souvent de nous. Cet enfant qui semble si éveillé, déambulant dans le couloir, posant des questions réputées essentielles, réclamant un verre d'eau est en fait épuisé, au bord des bras de Morphée. Spectateurs de cette lutte stupide, nous nous énervons. Le ton alors monte, c'est celui de la coercition et le discours négatif surgit. L'enfant repère une dévalorisation du sommeil. Il associe sommeil et punition. Or, les enfants s'épanouissent grâce à la pensée positive. Le sommeil doit être présenté comme une des bonnes choses de la vie.

Le sommeil est une fête

Nous oublions facilement que nos enfants restent des enfants et nous nous habituons trop vite aux mauvais comportements. Afin de retrouver le chemin des bonnes habitudes, organisez le calme dans la maison comme lorsqu'ils étaient bébés, en rangeant les jouets, éteignant les lumières, baissant le son de la télé. Ce qui était frustration devient, par la promotion de ce calme un instant de bien être. Ce cérémonial de séparation de l'espace temps sera une brique pour toujours de l'édifice éducatif.

Le sommeil gagne toujours

Dans de nombreux arts martiaux, lorsque quelqu'un vous attaque, l'idée est de tirer cette attaque vers vous et d'en utiliser l'énergie. Cette technique peut être utilisée pour mettre nos enfants au lit. Devant un enfant qui lutte contre le sommeil, on l'accompagnera et on le tirera vers le sommeil. Au lieu de débiter des sermons sur la nécessité de dormir, on le gardera encore un peu, en lisant ou en jouant avec lui. Mais, on le fera dans sa chambre, épuisant cette dernière énergie qui lutte contre le sommeil afin de le fatiguer.

Le sommeil est une hygiène de vie

En tant que parent, nous exigeons de nos enfants qu'ils se brossent les dents, se lavent les mains, se mouchent. Les enfants apprennent de nous les bonnes habitudes d'hygiène. Ils peuvent aussi apprendre l'hygiène du sommeil. Les règles d'hygiène du sommeil sont simples: se mettre au lit à la même heure tous les soirs; suivre le même cérémonial chaque soir (par exemple, bain, pyjama, histoire, lit); maintenir la chambre sombre et calme; s'engager dans une relaxation avant de dormir. Emmener nos enfants vers le sommeil devient ainsi une leçon de vie pour toujours.

La verbalisation des émotions

D'autres problèmes peuvent être rencontrés. Parfois, les problèmes de sommeil peuvent être le signe d'autre chose. Tristesse, inquiétudes, peuvent amener un enfant à rester éveillé ou à se réveiller trop tôt. Le Trouble Déficit de l'Attention Hyperactivité (TDAH) peut être à l'origine ou le résultat d'une difficulté à s'endormir. La pratique d'un sport pourra aider l'enfant mais la voie royale sera toujours d'ouvrir droit à l'enfant à parler de ses émotions et de ses sentiments. Un psychothérapeute sera souvent nécessaire.

Le sommeil est un bonheur

Qui n'a pas connu ce plaisir sans fin de voir un enfant dormir, sourire aux lèvres. Un enfant n'a pas encore cloisonné son univers mental avec l'univers qui l'entoure. Il est plus connecté que l'adulte à sa vie imaginaire. Il sombrera avec plaisir et enthousiasme dans le sommeil, porte ouverte devant son imaginaire onirique.

Peut être ces humbles conseils nous auraient évité les mots de Jean-Michel Jarre chantés par le non moins inévitable Patrick Juvet : "quand revient la nuit, j'ai toujours peur comme un enfant qui n'aurait pas appris à s'endormir."

Sur le même sujet