Trouble de l'alimentation chez l'enfant

En cas de désordre alimentaire, nous savons aujourd'hui mobiliser les familles dans le traitement.
15

Votre enfant a un trouble de l'alimentation: êtes-vous fautif? Faites-vous ou avez-vous fait quelque chose de mal?

En cas de désordre alimentaire, nous savons aujourd'hui mobiliser les familles dans le traitement. Mais nous savons aussi qu'il est extrêmement dangereux et contre-productif de blâmer les parents pour le trouble de l'alimentation de leur enfant.

La famille, lieu d'amour donc d'exigence

Cependant que les reproches sont inutiles, la prise en compte du groupe familial est nécessaire. Il est incontournable de s'interroger sur le rôle de l'environnement familial dès que le symptôme apparait. Chaque famille doit développer un sens critique à l'égard de son fonctionnement afin d'offrir à chacun de ses membres une individuation psychique indispensable à son développement. Même dans une famille avec un enfant schizophrène ou un enfant autiste, il y a beaucoup de choses qui peuvent être entreprises pour aider la famille à fonctionner plus efficacement. Il ne s'agit pas ici d'ouvrir le droit à blâmer ou à condamner, juste l'occasion d'aider les familles à examiner ce qui pourrait changer pour mieux répondre aux besoins de chacun.

L'important n'est pas de gagner mais de participer

C'est dans cet esprit que la participation des parents est essentielle lorsque l'enfant ou l'adolescent connait un trouble alimentaire. Le propos est de regarder ce qui se passe mal et ce qui pourrait être réparé. Les parents discuteront avec leurs enfants sur les troubles alimentaires. Pour certains enfants ou adolescents, cela n'aura aucun effet sur le développement du trouble de l'alimentation. Pour d'autres, cela permettra un dialogue ouvert qui pourra effectivement influer sur la façon dont la nourriture est utilisée pour faire face aux émotions.

Si ce n'était pas déjà le cas, pourquoi parlerions-nous à nos enfants de drogues et d'alcool? Les parents doivent parler à leurs enfants des dangers de la boisson alors que parler n'empêchera peut être pas ces enfants de devenir alcooliques. Toutefois, on observe, en contraposée, que l'alcoolisme, déguisé souvent en œnologie, se transmet de parents à enfants.

Cela aidera tout le monde? Absolument pas.

L'un n'empêche pas l'autre.

Les parents peuvent participer activement, de façon réfléchie et impliqués dans la vie de leurs enfants, de guider, de diriger, d'encourager. Cela n'a rien à voir avec la faute, avec ce fameux sentiment de culpabilité si galvaudé. C'est juste une bonne parentalité. Parler à ses enfants ne fera pas obstacle à un trouble du développement. La vie est rude et beaucoup de choses se produisent hors de notre contrôle.

Le hasard et la nécessité.

Mais négliger le risque de la culpabilité, adhérer à une exigence personnelle, morale, philosophique, politique pour attraper cette chance et ce courage d'influer sur nos enfants est la posture responsable. Dans un monde où tout peut se produire, c'est le mieux que nous puissions faire.

Sur le même sujet