L'allaitement maternel ou le biberon, que choisir?

Chaque mère veut ce qu'il y a de meilleur pour son bébé, mais comment être sûre? Comment être confiante pour assurer un allaitement sans souci?

Y a-t-il un bon ou un mauvais choix? Une mère sait ce qu'il y a de bon pour son enfant, et le choix doit être naturel. Il ne faut pas forcer à l'allaitement, cela risque de mal se passer pour la maman et le bébé. Vous ne serez pas une mauvaise mère si vous n'allaitez pas votre bébé. Mais contrairement aux idées reçues, l'allaitement ne fatigue pas plus que le biberon. Pour les mamans, allaiter vous donnera certains avantages, comme perdre plus vite du poids (car vous avez plus de besoins énergétiques)!

Le biberon

Le biberon est sans doute ce qu'il y a de plus facile pour les mères. Certes, il faut préparer le lait et stériliser les biberons, jusqu'à 4 mois (selon les recommandations des pédiatres). Le lait, d'abord appelé lait infantile (leur composition étant proche du lait maternel), ensuite lait de suite (ou lait 2e âge) de 5/6 mois à 1 an. Donner le biberon à son bébé permet aussi à la maman d’être plus libre (pour son travail, pour les tâches ménagères,..). Surtout, il y a toujours la possibilité de partager la tâche... ce qui est vraiment bien quand la fatigue se fait sentir et que se lever du lit relève de l'exploit physique.

L’allaitement au sein

L'allaitement n'est pas une solution de facilité, plusieurs conditions sont difficiles à remplir:

1. Mettre les nouveau-nés en contact peau à peau avec leur mère immédiatement à la naissance et pendant au moins une heure, ce qui va encourager les mères à reconnaître quand leur bébé est prêt à téter. Attention aux sages-femmes qui viennent toucher ou coller leurs yeux sur vos seins, cela peut générer du stress et s'avérer mauvais pour l’allaitement.

2. Indiquer aux mères comment pratiquer l'allaitement au sein et comment entretenir la lactation même si elles se trouvent séparées de leur nourrisson. Souvent, le rôle de la sage-femme est déterminant. Veillez à bien vous entourer.

3. Encourager l'allaitement au sein à la demande de l'enfant. Que veut dire allaitement à la demande? En fait, il s'agit de ne pas instaurer des heures fixes pour la tétée. Quand le bébé pleure, il est mis au sein. Il peut boire, ou alors il peut s'agir d'"une tétée câlin". Une récente étude souligne que l’allaitement maternel apprendrait à bébé à gérer sa satiété. Contrairement au biberon, quand bébé tète, il décide quand arrêter et contrôle tout seul sa faim.

Les apports en nutriments

Les apports nutritifs sont complets autant avec le lait maternel qu'avec le lait en poudre (vitamines, fer et calcium).Le lait maternel contient ce qu’il faut en sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses et protéines. La vitamine D, ou la vitamine soleil, peut être prescrite en plus par le pédiatre (celle-ci a un rôle essentiel dans le métabolisme du calcium dans l’organisme). Si le bébé est alimenté uniquement avec du lait infantile, de la vitamine K sera prescrite par le pédiatre.

Les anticorps produits par la maman passent dans le lait, et bébé se défend plus facilement par rapport aux infections environnementales. Le lait de suite est enrichi en acide linoléique, en fer, en calcium et en vitamines. Quand le bébé a atteint sa première année, il faut passer au lait de croissance (enrichi en fer et en acide gras essentiel). Si la mère allaite toujours, elle peut alterner avec ce lait (voir allaitement mixte). A l'accouchement (et même pendant la grossesse), les seins fabriquent du colostrum, un liquide d'une couleur blanc jaunâtre, que le lait remplace après 3 jours. Le lait maternel, et le colostrum, apportent exactement ce dont bébé a besoin.

Allaitement mixte, un compromis

Qu'est-ce que c'est? En fait, il s'agit d'alterner le biberon et le sein. Il ne faut pas commencer trop tôt. L'allaitement mixte commence au moment où la maman introduit un biberon de lait artificiel dans l'alimentation de son bébé. Attention, il ne faut pas confondre avec le lait maternel donné au biberon (par exemple, quand la maman travaille et qu'elle tire son lait avec un tire-lait).

En résumé, il faut avoir la possibilité de pouvoir (et aussi savoir) allaiter, des pauses d'allaitement sont possibles si vous travaillez. Pour cela, vous devez vous renseigner auprès du personnel des ressources humaines de votre entreprise. L'allaitement n'est pas favorisé par la société actuelle en général, car peut-être plus compliquée (souvent pour des raisons professionnelles). Mais c'est bel et bien la méthode la plus naturelle et celle qui vous rapprochera le plus de votre bébé.

Sources: Doctissimo.fr, le magazine Parents , One (office national de l'enfance), info-allaitement, clinique St Vincent de Rocourt, INPES ( http://www.inpes.sante.fr/10000/campcom/nutrition/img/guide_nut_pro.pdf )

Sur le même sujet