Ostéopathie, médecine ou soin anti douleur ?

Une médecine manuelle pour supprimer le mal de dos et autres gênes, vivre mieux sans passer par des médicaments, conserver la forme.
7

Cervicales bloquées, mal au dos, migraines, problème au genou, combien de personnes ont recours aux anti douleurs ou aux anti inflammatoires, sans avoir connaissance des moyens thérapeutiques manuels? L’ostéopathie est un moyen efficace et reconnu pour lever les restrictions de mobilité et permettre ainsi au corps de retrouver son équilibre.

Ostéopathie, fasciathérapie : les thérapies manuelles soignent le corps avec les mains

L’art de soigner avec les mains relève des manipulations exercées sur le corps, la tête, ou le visage. Nous trouvons ainsi plusieurs disciplines qui utilisent cette méthode: la kinésithérapie, la fasciathérapie, la chiropractie et même le yoga. L’ensemble de ces disciplines sont susceptibles de soigner ou soulager, mais ne guérissent absolument pas tout. Dès lors qu’il existe une maladie organique grave infectieuse, une inflammation, cancéreuse ou génétique, ces thérapies sont impuissantes.

Le domaine d’action de l’ostéopathie concerne principalement les troubles musculo-squelettiques (articulations et muscles), mais il peut s’étendre également à la sphère ORL, aux problèmes digestifs, et à certaines migraines. C'est-à-dire que l’ostéopathie peut soulager, voire supprimer, des pathologies dites fonctionnelles, bénignes, mais plus ou moins handicapantes. Trop souvent des personnes victimes de ces maux ont recours à des comprimés.

A l’occasion d’un choc, d’un accident ou d’un faux mouvement, ou bien d’une articulation ou d’un muscle trop sollicités, il peut y avoir un blocage corporel, mécanique. Un petit tracas qui peut rapidement tourner à l’exaspération, ou à une gêne fatigante, car cet incident peut entraîner un phénomène boules de neige. En effet, dès lors qu’un blocage s’installe, il y a une restriction de la mobilité quelque part dans le corps, et cela provoque un déséquilibre qui va engendrer des douleurs et d’autres conséquences.

Taïchi, yoga, natation ou gym douce pourront peut-être vous soulager, ou bien au contraire révéler ces douleurs. Mais l’ostéopathie saura sans doute vous supprimer cette gêne qui peut vite se transformer en calvaire.

L’ostéopathie une méthode de soins, une médecine manuelle

C’est effectivement une alternative à la médecine traditionnelle apparue à la fin du XIXe siècle. Prenons l’exemple d’une personne qui se tord la cheville droite. Afin de soulager la cheville droite endolorie, cette personne va porter le poids de son corps sur la jambe gauche. Avec le temps, il va se créer un déséquilibre au niveau de la hanche, du bassin, puis du dos. Finalement, la motricité s'exerce autrement, au risque de se bloquer le dos, sans pour autant être conscient de la relation originelle avec la cheville endolorie. C’est alors qu’intervient l’ostéopathie.

Le but de l’ostéopathie est de lever ces restrictions de mobilité, pour permettre au corps de retrouver son équilibre. Les ostéopathes utiliseront différentes méthodes selon leur formation.

Il y a ainsi une méthode plus énergique, structurelle, ou bien une façon plus douce d’envisager la remédiation par une ostéopathie dite fonctionnelle, à chacun de définir son choix à l’usage.

Une fois la lésion traitée à travers une série de manipulations physiques, le corps retrouvera progressivement son équilibre et se remettra en place doucement. L’ostéopathe vous indiquera éventuellement quelques gestes ou exercices quotidien à pratiquer chez soi. C’est une mesure d’accompagnement, avant de reprendre une nouvelle séance si cela est nécessaire, sachant que l’intervalle entre les deux est, au minimum, une bonne quinzaine de jours.

En ce qui concerne les maladies graves, nous avons signalé les limites de l’ostéopathie, mais cela est valable aussi pour certains traumatismes de la motricité. Prenons le cas d’un « tennis elbow », le médecin vous proposera plutôt une injection anti inflammatoire répétée à intervalle régulier, qu’une manipulation du kiné souvent peu efficace dans ce cas.

Un corps en bonne santé est doté d’une parfaite mobilité dans les articulations, les os, les muscles, mais aussi dans les nerfs, les tendons, les ligaments, mais encore les fascias, les liquides… c’est pourquoi une ou deux séances annuelles d’ostéopathie à titre préventif sont parfaitement conseillées.

C’est dire l’importance d’entretenir cette mécanique et de faire réparer si besoin cette subtile et belle machine, car les dysfonctionnements sont parfois indolores et souterrains, une médecine manuelle entre soin et prévention est donc bien adaptée et vous permet de retrouver votre bien-être.

Les praticiens, les remboursements, une histoire qui évolue…

Du bébé à la personne âgée, cette discipline est ouverte à tous les âges. Elle aidera l’enfant constipé ou celui qui a des troubles du sommeil. Elle ne fera pas disparaître l’arthrose du grand âge, ou la scoliose en progression, mais pourra s’avérer très efficace pour redonner de la souplesse et du soulagement à un corps en quête de bien-être.

Cette médecine, qui a tardé à être reconnue, devient de plus en plus une double spécialité pour certains généralistes et de plus en plus de mutuelles proposent un forfait annuel d’ostéopathie. Car il est bien évident qu’à long terme, elle représente finalement un moindre coût au patient et à la sécurité sociale qui aujourd’hui réfléchit à la reconnaissance des soins de cette discipline, mais ne la rembourse absolument pas…

Vous trouverez ainsi des ostéopathes kinésithérapeutes, ou généralistes, rhumatologues, psychomotriciens et même dentistes. Sachez aussi qu’elle s’adresse aux animaux et quelques vétérinaires en font déjà une double spécialité. Rappelons cependant deux points majeurs.

D’une part, l’ostéopathie ne doit pas être confondue avec la kinésithérapie, qui propose une rééducation avec un programme en plusieurs séances. Cette dernière est remboursée par la sécurité sociale, mais sous ordonnance.

D’autre part, la formation d’un ostéopathe est d’une durée moyenne de 5 ans et toutes les écoles ne délivrent pas le diplôme d’état (D.O). C’est une formation longue et sérieuse, évitez de choisir un praticien au hasard.

Renseignez-vous auprès de l’Union Fédérale des Ostéopathes de France ou du Syndicat de Médecine Manuelle Ostéopathique.

Sur le même sujet