Faut-il enterrer Lénine?

Un député vient de relancer la polémique sur la légitimité de conserver le corps de Lénine dans un mausolée.
8

Vladimir Medinski, député du parti au pouvoir Russie unie, vient aujourd’hui de relancer une polémique qui ressurgit régulièrement chaque année dans le pays. A la veille du 87e anniversaire de la disparition de Lénine, il a en effet proposé que l’on enterre une fois pour toutes le corps du « guide du prolétariat mondial ». Embaumé à sa mort, ce dernier repose encore dans le fameux mausolée en marbre qui attire toujours autant de visiteurs sur la Place rouge à Moscou. « Lénine est une figure politique particulièrement contestable, et sa présence en tant que figure centrale d’une nécropole située au cœur de notre pays est une absurdité totale, n’a pas hésité à déclarer Vladimir Medinski . De toutes façons, les spécialistes savent très bien que l’on n'a conservé que 10% du corps de Lénine, et que le reste s’est détérioré et a été remplacé depuis longtemps ».

La place de Lénine est-elle encore dans un mausolée ?

Des mots très durs, derrière lesquels se posent deux questions majeures. Celle de la légitimité qu’il peut y avoir à célébrer aujourd’hui le culte de Lénine. Et celle de la conservation du corps, qui inévitablement est de plus en plus dure à assurer chaque année.

Concernant la première question, d’ordre plutôt politique, les avis sont partagés, comme le montre un article de Kommersant , daté de 2004. Certains, comme l’écrivaine Tatiana Tolstaya, considéraient alors qu’il était « grand temps d’oublier Lénine et de se débarrasser de ce corps qui n’a pas sa place dans un mausolée». Un avis qu’était loin de partager Alexandre Zinoviev, autre écrivain, qui voyait en Lénine le « plus grand homme du XXe siècle » et pour qui enlever le mausolée de la Place rouge signifierait le « début de la fin de l’Etat russe ». En cela, il résumait bien l’opinion du Parti communiste russe, toujours farouchement opposé à un déplacement du corps de Lénine. Le service de presse du parti a d’ailleurs immédiatement réagi à la proposition de Vladimir Medinski, accusant ce dernier de « satanisme et de nécrophilie ».

La difficile conservation d’un corps embaumé depuis 87 ans

Outre ces considérations politiques, la conservation du corps du leader bolchévique pose de plus en plus de problèmes d’un point de vue scientifique. Lorsqu’il fut décidé d’embaumer Lénine en 1924, la science ne disposait évidemment pas de méthodes très adaptées, ainsi que l’expliquait un article du Figaro paru en mars 2010. Le corps ne pouvait conserver un aspect vivant que quelques mois seulement. Les techniques ancestrales, utilisées dans l’Egypte ancienne, ne permettaient pas de préserver « l’illusion de vie ». De fait, au bout de quelques mois les premiers signes de décomposition furent constatés.

Depuis, tous les stratagèmes ont été utilisés pour garder tant bien que mal le corps dans son état initial. Tous les dix-huit mois, des scientifiques procèdent à toutes sortes d’opérations prophylactiques sur la dépouille de Lénine, de façon à la restaurer au mieux. Mais cela ne pourra pas durer éternellement.

Lénine voulait être enterré à St Petersbourg

De plus, en évoquant les problèmes politiques et scientifiques posés par le Mausolée de Lénine, Vladimir Medinski a oublié de mentionner l’aspect historique de la question. Il est en effet établi que Lénine lui-même voulait être enterré aux cotés de sa mère à St Petersbourg. Sa veuve, Nadezhda Kroupskaïa, s’était fermement opposée à l’embaumement de son mari, tout comme elle ne voulait pas des funérailles luxueuses qui ont été organisées en l’honneur du « guide la Révolution ». Mais les dirigeants bolchéviques en ont décidé autrement, et ont érigé Lénine en véritable dieu. Le caractère impérissable d’un corps est en effet synonyme de sainteté dans la religion orthodoxe. Un non-sens total du point de vue de l’idéologie communiste, rigoureusement athéiste, mais une démarche aisément compréhensible lorsque l’on sait que Staline s’est toujours présenté comme le successeur légitime de Lénine. En érigeant ce dernier au rang de saint ou de dieu, son pouvoir n’en était que plus incontestable.

Les faits donnent donc en grande partie raison à Vladimir Medinski : le Mausolée de Lénine n’a plus vraiment de raison d’être dans la Russie d’aujourd’hui, 20 ans après la chute de l’URSS. Cependant, certaines personnalités de premier plan se montrent moins catégoriques que le député de Russie unie. C’est le cas de Vladimir Poutine, qui estimait il y a peu que la « question de l’enterrement du corps de Lénine serait résolue en son temps, quand le peuple russe le déciderait ». Une opinion que partage aussi Mikhaïl Gorbatchev. Le dernier président de l’URSS demande de « ne pas se précipiter » sur cette question. Gennadi Raïkov, président du Parti du peuple, en appelle pour sa part à la sagesse : « Lénine sera oublié lorsque ceux qui croient et vivent ses idées s’en iront. Ce ne sera pas avant une génération. Pourquoi énerver les personnes d’un certain âge ? Lénine ne dérange personne. Il est devenu depuis longtemps une relique historique, et on ne détruit pas les statues ».

CONT12

Sur le même sujet