La coopération franco-russe se renforce

François Fillon s'est rendu cette semaine à Moscou, où de nouveaux accords ont été signés entre les deux pays.
8

L’année de la Russie en France et de la France en Russie se termine. La cérémonie de clôture avait lieu le 8 décembre à Moscou, au Théâtre Bolchoï. François Fillon devait s’y rendre, mais les conditions climatiques parisiennes l’en ont empêché. Devant cette situation originale, Vladimir Poutine a invité son homologue à revenir à Moscou une fois que la restauration de la scène la plus prestigieuse de la capitale russe, qui a lieu en ce moment, serait terminée.

Coopération dans plusieurs domaines, dont… le football !

Outre ces questions très protocolaires, la rencontre entre Vladimir Poutine et François Fillon, qui a finalement eu lieu avec un peu de retard le 9 décembre à Moscou, a eu pour effet de renforcer la coopération entre les deux pays dans plusieurs domaines. Dix documents auraient ainsi été signés, ainsi que le révèle le journal russe Nezavissimaya gazeta , définissant des projets communs en matière de transport, d’énergie, de construction et d’éducation. La Russie aurait également sollicité l’aide de la France en ce qui concerne l’organisation de la Coupe du monde de football 2018. Une idée qui, toujours selon ce journal, aurait beaucoup plu à François Fillon. Il est vrai que cette compétition peut être une source d’investissements rentables pour les entreprises françaises.

La France, 6e plus gros investisseur direct en Russie

Les entreprises françaises sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses en Russie, comme en témoignent l’ouverture cette année d’une usine Peugeot/Citroën (en collaboration avec Mitsubishi) à Kalouga, et celle prévue prochainement d’une usine L’Oréal, toujours dans cette même ville. La collaboration économique entre la France et la Russie a retrouvé cette année le niveau qu’elle avait atteint avant la crise, et devrait même le dépasser. « Alstom a signé des accords stratégiques avec la Russie », annonce le site capital.fr. « Suez environnement multiplie les contrats avec la Russie », peut-on lire sur investir.fr . Tout cela témoigne d’un partenariat privilégié : en 2010, la France est le 6e plus gros investisseur en Russie.

Développer l’export russe

Les Russes entendent aujourd’hui « équilibrer la balance » en augmentant le niveau de leurs investissements en France. François Fillon a promis de l’aide en matière de développement des structures commerciales, de manière à favoriser les exportations russes, notamment vers l’Hexagone. Pour le moment, celles-ci demeurent très faibles, et surtout trop peu diversifiées. Plus de 85% des exportations russes concernent en effet le secteur des matières premières, principalement des hydrocarbures. Pour développer le commerce, une nouvelle école qui se veut innovatrice et élitiste a d’ailleurs vu le jour en 2006, à Skolkovo, dans la banlieue ouest de Moscou. Banlieue qui, dans les années à venir, doit devenir la « Silicon valley russe » , avec la création prévue d’une technopole, en association avec de très grosses entreprises internationales.

Tout cela s’inscrit dans le cadre de la modernisation de la Russie, voulue et défendue par le président Medvedev. La France entend bien accompagner la Russie dans cette modernisation, ainsi que l’annonçait Nicolas Sarkozy en octobre, à l’occasion d’une rencontre France-Russie-Allemagne.

Sur le même sujet