Le défilé des nationalistes laisse place aux prières de l'Aïd

En trois jours, la Russie a vécu au rythme des célébrations patriotiques et religieuses. L'occasion de mesurer le caractère pluriethnique de ce pays.

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas à Moscou. Vendredi, les nationalistes défilaient dans les rues de la capitale. Deux jours après, ce sont les musulmans qui s’y réunissaient par dizaines de milliers pour prier.

Les musulmans représentent 15% de la population russe

Les fidèles de l’Islam en Russie sont estimés à un peu plus de 20 millions, soit 15% de la population. Certains d’entre eux sont issus des différents peuples qui composent la Fédération de Russie (Tatars, Bachkirs, Tchétchènes…), d’autres sont des immigrés des anciennes Républiques soviétiques (Azéris, Kazakhs, Tadjiks, Turkmènes…). Ce dimanche, cette part importante du pays célébrait l’Aïd el Kebir, la Fête du sacrifice. Dans les Républiques majoritairement musulmanes, notamment celles du Caucase du nord ( Tchétchénie , Ingouchie, Daghestan …), les autorités avaient décrété le jour férié.

170 000 musulmans réunis à Moscou pour célébrer l’Aïd el Kebir

A Moscou, 170 000 Musulmans étaient réunis pour prier dans les rues. Plusieurs voies avaient été bloquées pour l’occasion, et les itinéraires des transports en commun avaient été modifiés dans certains cas. Comme l’explique le site lifenews.ru , les sacrifices d’animaux avaient par contre été interdits par la Mairie de Moscou, « en raison du mécontentement qu’ils suscitent chez les écologistes et les citoyens ordinaires ». Les croyants avaient la possibilité d’effectuer ce rite dans des lieux spécialement prévus pour, en banlieue moscovite.

Poutine souligne l’importance de la communauté musulmane en Russie

Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine n’ont pas manqué de souhaiter une bonne fête à tous les Musulmans de Russie. Le Président a ainsi déclaré : « cette fête très ancienne ramène les croyants aux sources spirituelles de l’Islam. Elle participe à la propagation des idéaux humanistes de la religion : le bien, la miséricorde et la justice ». Le Premier ministre a souligné de son coté « l’apport considérable de la communauté musulmane dans le perfectionnement de l’éducation spirituelle et morale de la jeunesse, et dans le développement du dialogue interconfessionnel ». Vladimir Poutine a ajouté que la communauté musulmane jouait un rôle essentiel dans le maintien de la paix entre les différentes nationalités qui composent la Fédération de Russie, et dans le consensus national.

Deux jours plus tôt, 7000 nationalistes défilaient dans la capitale

C’est justement de ce consensus dont il était question cette semaine. On célébrait en effet le 4 novembre dernier la Journée de l’unité du peuple russe. A l’occasion de cette fête , créée il y a six ans par Vladimir Poutine, des défilés ont eu lieu dans toutes les grandes villes du pays. Ainsi, à Moscou, les nationalistes qui constituent une force politique majeure comme l’ont notamment montré les émeutes de la Place du Manège en décembre 2010, ont comme chaque année organisé une “Marche russe”. Le défilé aurait rassemblé dans la capitale environ 7000 activistes selon la police ( 25000 selon les organisateurs ), arborant les couleurs de la Russie impériale et scandant leurs slogans habituels : ”la Russie aux Russes”, “le pouvoir aux Blancs”, ou encore ”nourrir le Caucase, ça suffit !”.

Les Nachis célèbrent le multiculturalisme de la Russie

Dans le même temps, les Nachis, jeunes partisans du parti au pouvoir Russie unie, organisaient eux aussi une manifestation à laquelle ils avaient choisi de donner le même nom : la Marche russe. L’occasion de montrer que les mouvements pro-Poutine sont décidés à reconquérir le terrain gagné par les nationalistes, et à montrer que le pays n’appartient pas seulement aux ”Russes blancs” mais à « tous ceux qui ont un passeport de citoyen russe, qui connaissent la langue russe, respectent les lois du pays, aiment la Russie et veulent y vivre, indépendamment de leur nationalité ».

Medvedev évoque l’harmonie entre les différentes nationalités de la Fédération

Pour symboliser cette célébration du multiculturalisme russe, un carnaval était organisé, où tous les représentants des diverses nationalités de la Fédération étaient invités à faire découvrir leurs danses et leurs plats traditionnels. Dmitri Medvedev, qui était à Nijni-Novgorod en compagnie de Vladimir Poutine avec qui il a déposé une gerbe devant le monument dédié à Minine et Pojarski, a déclaré à cette occasion que la Russie avait « un avantage énorme : l’harmonie entre les différentes nationalités de son territoire, que (ses) ancêtres ont façonnée et préservée à travers le temps ».

Une question au cœur du débat politique

Si les dirigeants russes sont accusés par les nationalistes de ”livrer le pays à des hordes d’étrangers”, ils sont aussi pointés du doigt par l’opposition démocrate qui leur reproche de favoriser les organisations nationalistes. Les démocrates remarquent, notamment, qu’il est plus facile d’organiser à Moscou une manifestation aux slogans néo-nazis qu’une marche des mécontents critiquant le pouvoir. Cette semaine encore, le projet de loi concernant l’apprentissage obligatoire du Russe par les nouveaux arrivants a été dénoncé par cette partie de l’opposition.

La Journée de l’unité du peuple, ainsi que la Fête du sacrifice qui a rappelé que les Musulmans constituaient une part importante du pays, ont de nouveau montré que, comme l’assurent les politologues , le thème des relations interethniques et celui du nationalisme seront encore au centre des prochaines élections de 2012.

Sur le même sujet