Les principaux transferts du mercato d'hiver 2010-2011

Retour sur les principaux mouvements de joueurs enregistrés cet hiver dans les clubs européens.
9

Si, en France, le marché a été relativement calme et peu spectaculaire, en dehors des mini-scandales provoqués par Payet et Sességnon, les autres championnats européens ont connu des bouleversements d’une ampleur plus importante. Certains grands clubs ont une nouvelle fois mis la main à la poche.

Abramovitch s’offre Torres

C’est en Angleterre qu’ont eu lieu les transferts les plus conséquents. Et notamment à Chelsea, où le magnat russe Roman Abramovitch a une nouvelle fois dégainé son carnet de chèques. Il faut dire que les Blues, après un début de saison tonitruant où tout le monde les voyait conserver leur titre, ont ensuite enchainé leur pire série depuis 1999: deux mois sans victoire et une chute au classement qui sera désormais difficile à rattraper. Leader avec quatre points d’avance sur son dauphin au soir de la 12e journée, Chelsea en compte aujourd’hui dix de retard sur Manchester United! Il fallait donc réagir et c’est ce qu’a fait le club londonien en déboursant plus de 58 millions d’euros pour Fernando Torres et 30 millions pour le défenseur brésilien du Benfica Lisbonne David Luiz.

Liverpool veut sauver sa saison et débourse 67 millions pour Suarez et Carroll

Liverpool a donc perdu sa star espagnole, mais s’est aussi considérablement renforcé en s’offrant les services de l’Uruguayen Luis Suarez pour 26,5 millions d’euros. Pour épauler le désormais ex-buteur de l’Ajax (81 buts en championnat sur trois saisons et demi), les Reds ont mis pas moins de 41 millions d’euros sur la table pour le buteur de Newcastle Andy Carroll. Un prix énorme pour un attaquant méconnu, auteur tout de même de onze buts en Premier League depuis le début de saison.

Manchester city: Dzeko arrive, Adebayor s’en va pour le Real

Actuel troisième du championnat, Manchester city s’est pour sa part offert Edin Dzeko. Le Bosniaque, auteur de 66 buts en Bundesliga en trois saisons et demie passées à Wolfsbourg, était convoité par tous les grands clubs. Mais les Citizens se sont comme à leur habitude montrés les plus généreux: 35 millions d’euros. Dzeko vient renforcer une attaque au sein de laquelle n’évoluera plus Emmanuel Adebayor. Le Togolais, qui n’était que remplaçant à City, a été prêté avec option d’achat au Real Madrid. Il pallie ainsi l’absence longue durée de Gonzalo Higuain.

Le Real, le Barça et… Malaga

Hormis cette arrivée significative, l’Espagne est loin d’avoir connu un mercato agité. Tout au plus note-t-on la signature au FC Barcelone d’Ibrahim Affelay. Arraché au PSV Eindhoven pour 3 millions d’euros, l’international néerlandais vient rajouter, s’il en était besoin, un peu plus de talent à l’effectif catalan. À 24 ans, il pourrait changer son statut d’espoir qui tarde à confirmer pour celui de superstar. En dehors du Real et du Barça, c’est sans doute la lanterne rouge Malaga, entraînée par Manuel Pellegrini, qui enregistre les renforts les plus significatifs, avec les arrivées notamment de Julio Baptista, Martin Demichelis et Vicenzo Maresca. Mais la Liga sera restée, dans l’ensemble, très calme. Ce n’est pas le cas de l’Angleterre, où il faut ajouter aux gros coups réalisés par Chelsea, Liverpool et Manchester City le transfert de Darren Bent de Sunderland à Aston Villa, pour plus de 20 millions d’euros. Ce n’est pas le cas non plus de l’Italie, où l’hiver a été particulièrement agité, surtout en Lombardie.

Milan et l’Inter, les plus actifs en Italie

Le Milan AC, qui n’a plus été champion depuis 2004, semble ainsi décidé à conserver jusqu’au bout son fauteuil de leader. En témoigne le recrutement conséquent et intelligent réalisé par le club lombard. Pas moins de cinq joueurs sont venus renforcer l’effectif rossonero: les très expérimentés Mark Van Bommel, Nicola Legrottaglie et Antonio Cassano, mais aussi deux jeunes latéraux gauches, l’Espagnol Didac Vila (en provenance de l’Espanyol Barcelone) et le Néerlandais Urby Emanuelson (venu de l'Ajax Amsterdam, celui-ci peut aussi jouer milieu). En revanche, après deux saisons et demie à Milan, Ronaldinho retourne au Brésil, où il a signé un contrat de trois ans et demi avec Flamengo. L’éternel rival interiste n’est pas en reste sur le marché des transferts. Les Nerazzurri, revenus dans le trio de tête depuis l’arrivée de Leonardo, enregistrent les arrivées du défenseur central Andrea Ranocchia, du milieu de terrain marocain Houssine Kharja (tous deux en provenance du Genoa) et de l’attaquant Gianpaolo Pazzini (8 buts cette saison avec la Sampdoria).

Peu de mouvement en France

La France, pour sa part, est loin d’enregistrer des mouvements aussi spectaculaires. Tout au plus remarque-t-on l’arrivée à Monaco de Mahamadou Diarra, en provenance du Real Madrid. Le club de la Principauté, avant-dernier du championnat, a d’ailleurs été le club français le plus actif, avec pas moins de six arrivées. Outre celle de Diarra, on note le retour de Feindouno en Ligue 1 et les signatures de Maazou, G. Lacombe, Moukandjo, et Welcome. Il faudra aussi surveiller de près le jeune Brésilien André. Prêté par le Dynamo de Kiev à Bordeaux, cet attaquant qui compte 3 sélections en équipe nationale est peut-être la bonne trouvaille de ce mercato.

Un mercato qui, dans l'Hexahone, a surtout été le théâtre d’histoires rocambolesques: Stéphane Sességnon, au terme d’un bras de fer avec son club, a finalement quitté le PSG pour Sunderland. Et le club parisien, après avoir dénoncé le comportement de son joueur, a ensuite jeté son dévolu sur Dimitri Payet, qui a lui aussi entamé un bras de fer avec son club de Saint-Étienne. Mais les dirigeants stéphanois sont restés inflexibles et l’espoir du début de saison, qui n’a plus marqué avec les Verts depuis le mois d’octobre, s’en est retourné tête basse à Geoffroy-Guichard où le public stéphanois lui réserve sans doute un accueil particulier.

Sur le même sujet