Acheter des vaches laitières: investissement solidaire & rentable

Comment investir dans un troupeau à louer pour un rendement annuel de 4 à 5%, supérieur à celui d'un placement euros: combien de vaches, pour quelle durée?
46

Investir dans un troupeau de vaches laitières est une entreprise de longue haleine. La meilleure rentabilité s'obtient au bout de 15 ans pour un investisseur particulier. Quant à l'éleveur, il bénéficie d'assouplissements comptables et fiscaux, en utilisant le système de location de vaches.

Pourquoi acheter des vaches laitières de race Holstein ou Montbéliardes?

La commercialisation du lait, associée à celle des génisses (les jeunes vaches qui n'ont pas encore porté de veaux) permet d'obtenir un rendement moyen de 4,2% nets par an. Et les vaches Holstein sont réputées être les meilleures vaches laitières en France.

Où sont élevées vos vaches et leurs veaux?

Il ne s'agit pas de réserver une partie de votre jardin à votre élevage! Vous confiez les bêtes que vous avez achetées à un régisseur (Elevage et Patrimoine SA, basée à Meyzieu, dans le département du Rhône), qui les loue à un ou des éleveurs, par l'intermédiaire d'une régie spécialisée ( Société Gestel ). Il s'agit actuellement de la seule firme pratiquant ce type d'investissement en France.

Plus de 1.100 propriétaires, membres de l' AFIC (Association Française d'Investissement en Cheptel), ont déjà investi dans 18.000 vaches en location, intégrées dans 880 troupeaux. Sachant que quatre millions de vaches sont élevées en France, cet investissement sur 18.000 vaches, auquel on ajoutera 12.000 génisses, représenterait donc moins d'un pour cent du cheptel français.

Investissement solidaire et écologique en hausse pour une diversification du patrimoine

Après la crise, l'AFIC a vu exploser le nombre de demandes de renseignements, et la quantité de vaches achetées a augmenté de 2% depuis début 2009. Cet investissement historique -qui remonte à Richard Coeur de Lion- revêt aujourd'hui une connotation solidaire et écologique. Il s'agit d'un placement traditionnel de long terme, basé sur une ressource renouvelable, qui permet à la fois aux investisseurs et aux éleveurs de développer une richesse naturelle.

Exemple d'investissement-type

S'il est possible d'acheter une seule vache pour environ 1.250 euros, il est plus intéressant d'investir dès le départ sur un petit troupeau d'une vingtaine de têtes, puis de compléter si possible chaque année cet investissement de base avec l'achat de trois ou quatre nouvelles bêtes. En effet, le taux annuel de natalité avoisine 86%, et on dénombre un peu plus de naissances de veaux mâles. Contractuellement, l'éleveur conserve les mâles, et attribue l'équivalent de 5 à 6% de génisses à l'investisseur... en nature! Ces futures vaches demeureront en général dans le troupeau, et seront ainsi réinvesties. Or, l'équivalent de 5% du troupeau initial de 20 vaches représente une nouvelle génisse par an.

Percevoir une rente annuelle sans écorner son capital bovin

Ainsi, au bout de quinze années, en cumulant achats et naissances chaque année, l'investisseur possèdera environ une centaine de bêtes. Il pourra alors envisager d'en revendre quatre à cinq par an afin de percevoir une rente régulière, sans pour autant diminuer son capital.

Et lorsqu'on sait que l'étymologie de "cheptel" et de "capital" est similaire ( capitalis ), ce retour à nos racines paysannes n'est-il pas de bon augure?

Sources : Courrier International (07/05/2009) et sites de l'AFIC et de Gestel.

Sur le même sujet