Randonnée en forêt et écologie: respecter la faune et la flore

Une promenade, avec ou sans chien, dans le massif forestier français, privé ou public, peut coûter cher en amendes, en cas d'infraction à la nature.

Promenons-nous dans les bois... Qui ne s'est pas trouvé, un jour de balade en forêt, à se demander en premier lieu s'il avait le droit d'y être, et en second lieu ce qu'il avait le droit d'y faire?

Le massif forestier: forêt privée et forêt publique

Composée à 64% de feuillus et à 36% de conifères, la forêt française métropolitaine relève de la propriété privée pour environ 3/4 de sa surface. Le quart restant appartient pour environ 15% aux collectivités locales (communes, départements, régions) et pour 10% à l'Etat.

  • La forêt privée est très fractionnée, puisque 3,5 millions de propriétaires possèdent en moyenne 2,6 hectares (dans ces 3,5 millions de propriétaires forestiers, 2,6 millions ont moins de un hectare).
  • Les forêts domaniales proviennent généralement d'anciennes forêts royales, d'anciens domaines de chasse ou de rente, du clergé. Elles sont gérées par l'ONF (Office National des Forêts), sauf pour les forêts militaires qui appartiennent au Ministère de la Défense.

Panneaux privés, balisage de la FFRP et de l'ONF, règlement intérieur de domaine forestier

Certains propriétaires privés interdisent l'accès à leurs parcelles en installant des barrières et des panneaux «Forêt privée, défense d'entrer». D'autres propriétaires accordent des droits de passage. Le randonneur sera donc bien avisé de suivre les sentiers balisés, qui sont conçus pour accueillir du public. Le balisage, souvent géré par la FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre) ou par certaines communes, sera matérialisé par des marques de peinture sur des arbres, panneaux, poteaux, etc.

Quant à l'ONF, il peut interdire l'accès à certains secteurs des forêts domaniales, pour des raisons de sécurité (après une tempête, notamment) ou de travaux d'exploitation de la forêt, et ses agents sont habilités à verbaliser.

Certaines régions ont édicté un règlement intérieur souvent disponible en ligne. Celui de l' Agence des espaces verts de l'Ile de France est particulièrement rigoureux.

Se déplacer en forêt à pied, à cheval, en voiture... Attention aux jours de chasse!

En règle générale, il est interdit de circuler en forêt publique avec sa voiture ou tout autre véhicule motorisé, qu'il faut ainsi garer à l'extérieur de la forêt, en laissant libres les emplacements devant les barrières. Seuls les véhicules des agents d'entretien de la forêt, de police ou de secours sont autorisés à circuler sur les voies de circulation.

Hormis dans les allées cavalières où toutes les allures sont autorisées, les chevaux doivent progresser au pas dès qu'ils en sortent, afin de ne pas abimer la végétation et de ne pas effrayer la faune sauvage. L'allure au pas doit être systématique lors de croisements avec d'autres usagers. Les cavaliers éviteront également de traverser des cours d'eau en période de frai des poissons (octobre à février).

Pour sa sécurité, le promeneur à pied évitera les jours de chasse (période de septembre à février), inscrits au calendrier communal, parfois accessible sur Internet selon les zones. Des renseignements pourront également être obtenus auprès des Maisons Forestières ou de l' ONF .

Se promener en forêt avec son chien

Certaines zones sont expressément interdites aux chiens (Art. L331-7 Code Forestier, amende de 3.750 euros). L'accès aux propriétés régionales est interdit aux chiens classés «chiens d'attaque». Les «chiens de garde et de défense», quant à eux, doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure.

Généralement, en période de reproduction de la faune sauvage, soit du 15 mars au 15 juillet, tous les chiens doivent être tenus en laisse et ne circuler que sur les chemins. En hiver, il faudra éviter que le chien ne poursuive les animaux de la forêt, afin qu'ils ne s'épuisent pas inutilement. Enfin, les déjections du chien devront être ramassées par son propriétaire près des aires de détente, ainsi bien entendu que tout déchet de consommation humaine.

Règles de bonne conduite du randonneur en forêt: attention au feu et à la cueillette des fleurs et des fruits

On ne le rappellera jamais assez: le feu est le premier ennemi de la forêt, et un simple mégot de cigarette mal éteint peut provoquer un incendie dramatique. Dans certains massifs du sud-est de la France, fumer est d'ailleurs formellement interdit.

Le respect de la nature commence par celui de son singulier silence: les bruits intempestifs seront donc évités.

Les plants arrachés (le muguet, notamment) ne repoussent pas. Cette infraction de cinquième classe peut donner lieu à une amende de 1.500 euros au maximum (Art R331-4 Code Forestier). La cueillette des plantes protégées est interdite, et celle des fleurs communes ne devrait pas dépasser «ce qu'une main peut contenir», sauf si l'interdiction concerne l'ensemble des végétaux. Inversement, il est tout aussi illégal d'introduire dans les bois et forêts des graines, plants, semis, plantations diverses, ainsi que toute nourriture destinée aux animaux, ou de relâcher un animal, quel qu'il soit, dans la nature.

La cueillette des fruits est admise. Il est cependant vivement conseillé de ne manger que les baies qui sont situées à plus de 20 cm du sol, car les excréments des renards, susceptibles de souiller les fruits, provoquent une maladie très grave, l' échinococcose .

La récolte des champignons et le ramassage du bois mort soumis à autorisation préalable, sous peine d'amendes

La cueillette des champignons , lorsqu'elle n'est pas interdite (notamment en période de chasse), peut être libre, ou requérir l'autorisation du propriétaire de la parcelle. La récolte doit être réalisée avec un couteau, et se limiter à la quantité correspondant à celle d'une consommation personnelle (Art R331-2 Code Forestier: amende entre 150 et 750 euros maximum, selon la quantité récoltée).

Quant au ramassage du bois mort, il requiert généralement l'autorisation préalable du propriétaire des lieux, qu'il s'agisse d'une forêt domaniale ou privée.

Chacun est concerné par le respect du massif forestier français, qu'il soit privé ou public. Les manquements, contraventions ou délits, constatés par tout garde, gendarme, officier de police judiciaire, peuvent faire l'objet d'amendes allant de 38 euros à 3.000 euros pour les contraventions, et bien davantage pour les délits.

Sur le même sujet