Phytothérapie, ce qu'il faut savoir avant d'acheter

Les préparations à base de plantes manquent parfois d'informations. Voici quelques pistes pour y voir plus clair.

La liste des plantes médicinales à travers le monde est infinie, il est difficile de s’y retrouver. Et bien qu’elles soient, pour la plupart, utilisaient depuis des centaines d’années, cela ne veut pas dire qu’elles soient sans dangers ou sans effets secondaires.

Bien que contrôlées et réglementées, certains abus sont parfois notables et les notices d’utilisation ne sont pas toujours très claires pour les consommateurs.

Première étape, se renseigner

Certains confondent parfois «bio» ou «naturelle» avec sans danger. Ce n’est pas le cas.

Les plantes contiennent des agents chimiques qui agissent sur l’organisme. À ce titre, elles ont comme les médicaments chimiques, des avantages et des inconvénients. Et bien certaines plantes ne comportent aucun risque, mieux vaut s’en assurer avant d’en consommer.

La première chose à faire avant de se lancer dans un traitement à base de phytothérapie est de s’informer. Cela peut paraître évident, mais la majorité des effets négatifs des traitements à base de plantes sont liés à un mauvais emploi.

Les pharmacies, parapharmacies, supermarché et les boutiques d’alimentation biologique qui vendent ces produits sont rarement formé à la phytothérapie.

Prenez conseille auprès d’un médecin spécialisé en homéopathie ou phytothérapie, il pourra vous indiquer le traitement qui vous convient. Il vérifiera entre autres, qu’il n’y ait aucun risque d’interaction avec vos traitements habituels ou de contre indications par rapport à votre état de santé.

Certains sites Internet sérieux tels que www.passeportsante.net , www.guide-phytosante.org ou www.phytomania.com , peuvent vous apporter des informations complémentaires très utiles. Vous y trouverez notamment les recherches scientifiques liées à la plante, la posologie générale, les indications et les contre-indications d’utilisations…

Ceci dit, ces sites spécialisés ne remplacent pas une consultation auprès d’un spécialiste et vous donneront simplement des indications supplémentaires.

Contrôler la boite et la notice avant d’acheter

Favorisez les préparations «biologiques», plus chères, mais qui comportent moins d’additif, de liant et de conservateur que les préparations classiques. Plus le taux d’extrait de plante est élevé, plus vous ressentirez des effets bénéfiques rapidement.

Vérifiez que la boite comporte les informations suivantes: nom de la plante ou du produit, nom et adresse du fabricant (ou distributeur), la liste complète des ingrédients, la quantité et le poids.

N’achetez pas un produit dont vous ne comprenez pas les ingrédients. Demandez des explications aux vendeurs ou au fabricant avant d’acheter.

Méfiez-vous des contrefaçons

Il est parfois alléchant d’acheter sur Internet des produits phytothérapeutique à faible coût. Seulement, si certaines boutiques sont sérieuses, ce n’est pas le cas de toute.

Il arrive parfois que des produits soient importés de pays dont les règles de sécurité en matière de médicament sont différentes des normes européennes.

Il a était retrouvé sur le marché des préparations contenant des métaux lourds ou des produits chimiques. Il arrive aussi parfois que la plante achetée soit remplacer par une plante moins chère.

Les produits minceurs sont les plus touchés par ces contrefaçons, les compléments alimentaires arrivent en seconde position.

Encore une fois, vérifiez les points énoncés dans le chapitre précédent et renseignez-vous sur la boutique avant d’acheter. Les forums sont parfois un bon indicateur du sérieux d’un vendeur.

Évitez d’acheter vos préparations sur des sites d’enchères ou de petites annonces si le vendeur n’a pas le statut professionnel, car vous n’aurez aucune garantie en cas de problème.

La réglementation européenne

Bien que chaque pays ait sa propre politique en matière de phytothérapie et de médicament en général, la directive européenne 2001/83/CEE est suivie par la majorité des pays européens. Elle a pour objectif d’harmoniser la politique en manière de phytothérapie et de permettre la libre circulation des médicaments à base de plante reconnue pour leurs effets thérapeutiques.

En France, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) enregistre les plantes en fonction de leurs indications reconnues.

Les préparations phytothérapeutique dépendent de la réglementation générale du médicament (art. L-5111 du CSP - Code de Santé publique) et font l’objet d’une procédure d’autorisation de mise sur le marché avant commercialisation.

Le 1er avril 2011, une nouvelle directive européenne, la directive 2004/24/CE entrera en vigueur. Elle aura pour effet de durcir la loi en matière de phytothérapie et de classer ces préparations au même rang que les médicaments chimiques.

Pour plus d’information, consultez la directive européenne sur les médicaments à base de plantes.

À découvrir :

http://www.suite101.fr/news/lunion-europeenne-part-en-guerre-contre-les-plantes-medicinales-a26571

Sur le même sujet