Le professeur et la sirène: un recueil de Lampedusa peu connu

L'auteur du Guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, a également écrit des nouvelles moins connues que le chef d'oeuvre mis à l'écran par Visconti
44

Si l'on connait principalement le Prince de Lampedusa pour son fabuleux roman, le Guépard, incarné à l'écran par les stars Burt Lancaster, Alain Delon ou Claudia Cardinale dans le film de Visconti sorti en 1958, Tomasi di Lampedusa a également écrit des nouvelles dont une sélection est publiée en français sous le titre "Le Professeur et la Sirène".

Giuseppe Tomasi di Lampedusa: oeuvre littéraire posthume

Duc de Palma, Prince de Lampedusa, Giuseppe Tomasi vécut jusqu'à soixante ans en grand Prince sicilien. Peu nombreux étaient ceux qui pouvaient déceler derrière le masque du parfait mondain de l'aristocratie palermitaine le fin lettré désireux d'écrire depuis toujours le roman dont il rêvait : le Guépard .

Né en 1896, c'est en 1955 donc, seulement, que le Prince de Lampedusa se mit à écrire son unique roman, il l'acheva, et il mourut. Paru à titre posthume en 1958, le roman n'était cependant pas l'unique bonne surprise que Lampedusa avait légué à ses lecteurs. En effet, trois ans après la publication du Guépard, une suite de trois nouvelles écrites par Lampedusa fut publiée. Elle contenait trois nouvelles : "Le matinée d'un métayer", "Le bonheur et la loi", et le "Professeur et la sirène". Un récit autobiographique suivait ces nouvelles : "Lieux de ma première enfance".

Les nouvelles de Tomasi di Lampedusa, La matinée d'un métayer et Le Bonheur et la loi

Ces écrits sont probablement entièrement contemporains de l'écriture du Guépard (1955-1957). A la manière de miroirs renvoyant éléments auto-fictionnels et créations romanesques, ce recueil de récits éclaire d'un jour nouveau le roman de Lampedusa, mais aussi la vie de son auteur.

  • La Matinée d'un métayer : ce texte était conçu sans doute comme la suite du Guépard, on y retrouve donc des personnages du Guépard, ou leurs descendants, et de nouveau, Lampedusa y explore les thèmes de la décadence, de la mort, comme si, alors que "tout a changé" dans l'espace littéraire d'une cinquantaine d'années qui sépare le temps de ce récit de celui du début du Guépard , "rien n'avait changé", pour reprendre les termes du Prince Salina.
  • Le Bonheur et la Loi : Cette deuxième courte nouvelle prend les apparences u naturalisme pour explorer des thématiques morales et politiques, suivant l'épopée d'un panettone , remis à un pauvre travailleur sicilien, cette brioche de Noël qui devient l'image des différences sociales, économiques et humaines de la Sicile.

Le professeur et la sirène, et les Lieux de ma première enfance

La plus longue nouvelle du recueil et le récit autobiographique de Lampedusa sont les points forts de cet ensemble.

  • Le Professeur et la sirène : tout le talent de Lampedusa semble concentré dans cette nouvelle où se mêlent élans mythologiques et froideurs d'un café turinois. Le Professeur La Ciura a follement aimé, dans sa jeunesse, une sirène, Lighea. Les thèmes de prédilection de Lampedusa y sont explorés : la mort, le néant, la décadence, la beauté. La Ciura évoque en cela le Prince Salina, qui lui-même nous rappelle Lampedusa : fiction et auto-fiction sont intimement mariés dans les écrits de Lampedusa.
  • Les lieux de la première enfance : ce récit est purement autobiographique cette fois, l'auteur y décrit deux des vastes demeures siciliennes où il a passé son enfance, qui évoqueront au lecteur les immenses palais de Palerme ou de la campagne sicilienne où se déroule l'action du Guépard . Santa Margherita surtout, l'immense villa où Lampedusa passait ses vacances enfant, est l'empreinte réelle du domaine de Donnafugata où Tancrède rencontre Angélique dans le Guépard.
Comme le Guépard, ces récits expriment "essentiellement la nostalgie tacite d'un âge d'or, ce qui n'exclut pas la lucidité d'un regard qui ne cultive pas les regrets mais a quitté ce monde sans croire aux lendemains qui chantent." (Gilbert Bosetti, professeur émérite de l'Université Stendhal, Grenoble).

A lire : l'article "Le Guépard" de l' Encyclopedia Universalis , où intervient Gilbert Bosetti

Sur le même sujet