Paul Auster en plongée dans des Etats Unis crépusculaires

Avec son dernier roman Sunset Park, le grand romancier Paul Auster explore les ruines d'une Amérique dévastée par l'ouragan de la crise économique.

Le dernier roman de Paul Auster, Sunset Park, vient de paraitre en français chez Actes Sud (septembre 2011, traduit par Pierre Forlan). Un voyage obscur dans les entrailles des Etats Unis dévastés par une crise économique qui ne s'achève pas, sous la plume acérée d'un Auster plus lucide que jamais.

Sunset Park de Paul Auster : synopsis, en plongée dans la crise

Miles Heller, protagoniste de Sunset Park, a tout quitté suite à l'accident mortel qui lui a ravi son demi-frère Bobby. Personnage des marges, Miles travaille en Floride dans les maisons que les victimes de la crise des sub-primes ont du quitter, et erre en compagnie de "désaxés" du moment. réfugiée cubaine comme Pilar, thésarde talentueuse mais que la crise condamne à une absence d'avenir comme Alice, artiste peintre ne pouvant trouver d'espace pour exposer ses créations comme Ellen, Miles nous conduit d'échec en échec dans des Etats Unis crépusculaires où le talent n'a plus de futur. La génération d'avant celle de Miles ne vaut guère mieux : son père, éditeur, tente de sauver du naufrage économique sa maison d'édition et son couple.

Miles travaille à nettoyer les maisons que les victimes de la crise de 2008 ont du quitter pour que les banques puissent les revendre de nouveau. Il se fait témoin de la précarité de la condition humaine, en prenant en photo les objets de ces maisons, gardant trace de l'équilibre précaire, de la fragilité de l'humanité aux prises avec un léviathan qu'elle a elle même créé.

Cette traversée mélancolique des Etats Unis post-11 septembre sonne le glas du rêve américain : les personnages de Paul Auster tentent de survivre dans la dévastation d'une société qui ne vit plus que de ses souvenirs cruels.

Sunset Park : une vision polyphonique de l'Amérique post-crise

Cette cavale d'échec en échec, de fantôme en fantôme, d'un personnage hanté par les secrets de sa culpabilité donne un tableau d'ensemble crépusculaire des Etats Unis post-crise. Auster excelle dans sa position de témoin amer d'une Amérique qui a perdu ses rêves, tout en étant plein de compassion devant l'humanité blessée qui compose ces Etats Unis déchus.

L'exil de sept années que Miles s'impose après avoir été le témoin désemparé de la mort de son frère, de l'Arizona à l'Illinois en passant par la Californie et la Floride, fait parcourir au lecteur l'autre facette de la crise des sub-primes : celle d'hommes et de femmes écrasés par la violence d'une Amérique menant des guerres loin de chez elle, mais dont les conséquences se font sentir sur son propre territoire.

Si les ultimes rebondissements du roman laissent malgré tout un peu de place à l'espérance, ce n'est certes pas dans l'avenir des Etats Unis mais bien dans l'humanité fragile que se situe cette veilleuse fragile dans les ténèbres, incarnée par Ellen, l'artiste, si fragile mais qui sait se relever.

Les origines de Sunset Park : la crise de 2008

Le talent d'Auster, grand romancier, se fait entendre dans la construction narrative de l'oeuvre qui épouse tour à tour le point de vue et le parti prix narratif de chacun des personnages marquant la vie de Milles, ces désaxés si attachants qui tentent de s'accrocher à la vie dans le naufrage qui menace de les emporter. Si Miles est le personnage central, Auster s'attache à changer les points de vue narratifs entre les squatteurs de Sunset Park, quartier pauvre de Brooklyn, ou donnant la parole aux parents de Miles encore insérés socialement et économiquement mais au bord du gouffre.

Paul Auster indique que c'est la crise de 2008, bien plus que la chute des Twin Towers en 2001, qui l'a poussé à écrire ce roman. Il s'attache à décrire le désarroi des jeunes de la génération des "indignés", bardés de diplômes et de talents, mais écrasés par les dettes matérielles et la culpabilité héritées des générations antérieures.

A écouter : une interview en français que Paul Auster accorde sur Sunset Park à RTL.

Sur le même sujet