Des entreprises suisses ont conçu les bunkers de Kadhafi

Est-ce que les sociétés suisses spécialisées dans la construction de bunkers vont aider Kadhafi à se terrer pendant la guerre de Libye ?
15

Selon de nombreux observateurs à Tripoli, Kadhafi, tout comme l’avait fait Hitler en son temps, semble s’être réfugié dans sa résidence-bunker du quartier d’El Azizia, à Tripoli. Il y dirige ses troupes et pour s’éviter des attaques de la part de la coalition internationale, il a fait déployer tout autour un bouclier humain composé de ses plus fidèles partisans.

Un autre bunker de Kadhafi, situé à Al Baida, ville reprise par les insurgés à l’est de la Libye, a crée un véritable tollé en Suisse lorsqu’une vidéo de la chaîne qatarie, Aljazeerah, filmant l’intérieur du bunker découvert par les révolutionnaires, montrait clairement à l’écran l’origine suisse des filtres à air du bunker.

La vidéo a été tournée le 26 février 2011.

Un bunker de conception suisse à Al Baida

La vidéo a clairement montré à l’image, sur un panneau de contrôle électrique, le nom de la société suisse, Luwa, spécialiste de l’aération dans la construction de bunkers. En outre, une indication manuscrite prouvait qu’un contrôle de routine avait été effectué par la société suisse le 14 janvier 2011.

Entre les années 1980 et 1990, les bunkers de Mouammar Kadhafi ont été « développés par des bureaux d’ingénieurs helvétiques qui ont également dessiné les bunkers de l’armée suisse », reconnaît Erich Buser, ingénieur retraité de l’ Eidgenössische Technische Hochschule Zürich ( ETHZ ).

Erich Buser, interviewé le 28 février dernier dans le cadre de l’émission 10 vor 10 sur la chaîne suisse alémanique, a exprimé son étonnement, mais formellement reconnu, en regardant la vidéo de la chaîne qatarie, que les installations de Kadhafi ressemblaient exactement aux installations de bunkers suisses.

« La planification du bunker de Kadhafi a été réalisée sans nul doute en Suisse. Cet abri situé sous une résidence de vacances du dictateur aujourd’hui détruite par l’insurrection à Al-Baïda, porte la même griffe que la centaine de bunkers que j’ai construits dans les années 1980 et 1990 », confesse Erich Buser qui possède, à son actif, la construction du bunker réservé au gouvernement suisse en cas de guerre, dans un endroit tenu secret, au coeur des Alpes suisses.

Il rajoute : « Dès que j'ai vu le blindage de cette porte au cours du reportage diffusé par la chaîne Al-Jazeera, j’ai su que ce bunker de Kadhafi avait bénéficié d’un apport suisse considérable. Ce type de porte équipe bon nombre de locaux de la protection civile en Suisse.»

Erich Buser reconnaît que les abris, construits il y a plus de vingt ans, ne pourraient pas résister aux bombes modernes qui peuvent pénétrer plusieurs mètres de béton armé. «Les installations d’aération du bunker de Kadhafi sont les mêmes que celles qui équipent certains abris en Suisse. Elles sont efficaces pour filtrer l’air en cas de guerre chimique ou bactériologique. Mais le bunker ne pourrait pas résister à des bombes qui percent le béton comme celles qui ont été utilisées en Irak.»

Luwa n’est pas à sa première réalisation de bunker pour un dictateur. En 1980, l’entreprise avait déjà participé à la conception, en Irak, de l’un des bunkers de Saddam Hussein, détruit dans les bombardements américains. Luwa était en concurrence avec l’allemand Sheltex, spécialiste de la construction de bunkers qui se comptent par centaines dans le monde entier.

Même si la construction de protections civiles à l’étranger n’est pas considérée comme illégale en Suisse, Erich Buser précise : « Je peux m’imaginer qu’ils (Luwa) ne l’ont pas crié sur les toits ».

Que répond Luwa ?

Chez Luwa Air Engineering , Roman Fah, responsable des activités suisses de l’entreprise, s’empresse de préciser que la division « Abris » a été revendue au début des années 1990 à la société Andair SA. « Depuis la fin de la guerre froide, cette activité n’était plus intéressante », explique Roman Fah. Luwa s’est reconvertie dans les systèmes d’aération pour l’industrie textile.

Dans son édition du 2 mars 2011, le quotidien Le Temps de Suisse rapportait qu’Ulrich Haug, alors secrétaire général de Luwa dans les années 1980, avait déclaré qu’il n’avait aucune connaissance de contrats signés avec la Libye. Le Temps précise aussi que les chiffres d’affaire de cette époque dépassaient le milliard de francs suisses.

Michael Riedo, propriétaire d’ Andair SA , à Andelfingen dans le canton de Zurich, affirme ne rien savoir sur les bunkers du guide libyen, même si la vidéo d’Aljazeerah prouvait le passage d’une visite de contrôle le 14 janvier dernier. Il a même rajouté avoir interrogé des anciens employés qui n’en gardaient aucun souvenir.

La Suisse, terre du bunker

Beaucoup d’autres sociétés suisses participent à la conception d’abris et de bunkers dans le monde entier : à part les bureaux d’ingénieurs tels que Cepas Plan, Ernst Basler & Partner, Heierli, les équipementiers Bakoplan Elektro­ingenieure, Glauser Studer & Stüssi, Stäfa Ventilator ou Elektro-Winkler & Cie jouent un rôle important dans ce secteur par ailleurs dominé par Lunor dont les participations répétées au salon Big5Show de Dubai lui ont permis de développer des relations commerciales étroites avec le monde arabe.

La Suisse peut protéger 95% de sa population grâce aux 300 000 bunkers qu’elle a construits dans les années 1970 et 1980. Ces constructions massives « avaient provoqué un boom dans le secteur », déclarait Michael Riedo.

Sur le même sujet