Kadhafi, l'homme qui adore les femmes

Kadhafi aime s'entourer de femmes. Hormis sa garde rapprochée d'amazones, Aicha, Safiya et Galina sont les trois femmes les plus proches dans sa vie.
210

Le colonel Kadhafi aime les femmes et adore s'afficher à leurs côtés : Safiya, sa seconde épouse, Aisha, sa fille, Galina, son infirmière très rapprochée et sa garde privée composée d’amazones étrangères composent son paysage féminin.

Depuis le début des évènements libyens, Safiya est partie résider à Vienne, Aisha est toujours à Tripoli, Galina a fui vers l’Ukraine… Seules ses amazones semblent ne pas l’avoir abandonné.

Kadhafi et sa vision des femmes

Sa vision des femmes répond à une attitude machiste, mais en même temps, s’inspire d’une vision bédouine où la femme est l’égale de l’homme. Sous la tente, la femme domine. De culture berbère, Kadhafi s’est d’abord appliqué à moderniser le statut de la femme, copiant sans doute sur son voisin Bourguiba. La polygamie, les mariages arrangés par les familles, l’excision et même le port du voile ne sont certes pas appréciés par le dictateur considéré comme un progressiste dans le monde musulman.

Pourtant, dans son Livre vert , prônant le pouvoir des masses, le guide confirme, puis réfute l’égalité des sexes. Il en réfère aux lois biologiques. La femme devient une « femelle ". ( Extraits Livre Vert de Kadhafi)

Toujours dans son Livre vert , il explique que les femmes doivent se montrer indépendantes par rapport aux mariages arrangés et avoir la possibilité d’accéder à l’éducation.

Concernant les femmes, Kadhafi fera toujours deux pas en avant, mais tout de suite après un pas en arrière : l’immobilisme de la tradition ne lui plaît pas, mais il doit pourtant composer avec un entourage conservateur politique qui prône un islam plus contraignant à l’égard des femmes.

Les femmes de Kadhafi : Safiya, son épouse

Safiya, de son vrai nom Sofia Farkash, est la seconde femme du guide libyen. (Il a divorcé de sa première femme, Fatiha Al Nuri en 1970, un an après son accession au pouvoir). Catholique de religion, elle est originaire de Mostar, ville principale de l’Herzégovine. Son grand-père était Ivan Farkash, inspecteur de l'Education nationale en Autriche. Elle a rencontré le futur leader libyen en ex-Yougoslavie où il a résidé plusieurs années.

Elle a beaucoup contribué à l’excellence des relations croato-libyennes, surtout durant le mandat du président Stipe Mesic. (Source Mediaterranée, Djana Mujadzic).

Avant même le début des événements en Libye, Safiya a quitté Tripoli pour aller s’installer en Autriche à Vienne, à l’Hôtel Impérial. Des opposants libyens, ayant eu vent de la nouvelle adresse de la première dame libyenne, organisent quotidiennement des manifestations devant l’hôtel.

Les femmes de Kadhafi : Aisha, sa fille unique

Aisha est la seule fille de Moammar Kadhafi qui n’a eu que des garçons : Mohamed de son premier mariage qui a fait fortune dans les télécommunications, et six de son mariage avec Safiya (Essaâdi, Seif-Al-Islam, Hannibal, Al-Moatassem, Saif-Al-Arab et Khamis).

La fille adoptive de Kadhafi, Hannah, a été tuée à l’âge de deux ans, lors d’un raid américain contre Tripoli et Benghazi.

Aisha Kadhafi, quant à elle, est née en 1976. Celle que la presse italienne a surnommée « la Claudia Schiffer du désert » est en fait avocate internationale. Elle a participé à la défense de Saddam Hussein dont elle était l’une des avocates. En février 2011, à cause des exactions de son père face à la révolte du peuple libyen, l’ONU lui a retiré son mandat d’Ambassadrice de Bonne Volonté qu’elle avait obtenu en 2004.

Le rôle d’Aisha Kadhafi est devenu tellement important à un moment donné que la rumeur libyenne disait qu'elle deviendrait son successeur, devenant ainsi la première femme à diriger un Etat arabe. L’histoire en a décidé autrement.

Aisha, le 24 février dernier, s’est faite interviewer par la télévision suisse devant la résidence en ruines de sa famille pour prouver qu’elle n’avait pas quitté la Libye.

(voir la vidéo )

Les femmes de Kadhafi : Galina, son infirmière privée

Galina Kolotnitska était arrivée en Libye en 2002. Présentée dans un câble diplomatique Wikileaks du Département d'Etat américain comme une « blonde plantureuse qui accompagne Kadhafi dans tous ses voyages, car elle est la seule à connaître tout son agenda », la jeune femme avait quitté la Libye le 27 février dernier, accompagnée de 120 de ses compatriotes.

Un autre câble diplomatique (Département d'Etat US) Wikileaks précise : " Certains contacts de l'ambassade assurent que Kadhafi et Kolotnitska, 38 ans, entretiennent une relation", et que Khadafi est "presque de manière obsessive dépendant d'un petit noyau de personnes de confiance"

Un retour discret au pays pour la voluptueuse infirmière qui a refusé tout contact avec la presse. Seule, Tatiana, la fille de Galina, s’est adressée à un quotidien ukrainien la veille de l’arrivée de sa mère en déclarant que cette dernière était choquée par les violences en Libye.

La mère de Galina, Irina, a également déclaré à la presse ukrainienne que sa fille « n’avait jamais été la maîtresse de Kadhafi et qu’elle ne retournerait pas en Libye ». (Source sitefeminin.com)

A cause de la grave crise qui a frappé le système de santé publique en Ukraine et au vu des conditions privilégiées que la Libye offre au personnel médical, quelque 2500 Ukrainiens, selon des estimations de l’Etat ukrainien, sont venus s’établir en Libye en qualité de médecins ou d’infirmier(e)s.

Les femmes de Kadhafi : sa garde rapprochée d’amazones

Surnommées les « Sœurs Kaki » de la Révolution, au nombre de 30, les amazones de Kadhafi constituent exclusivement sa garde personnelle et représentent une pièce maîtresse du système Kadhafi, toujours très mis en scène.

Elles sont issues de l’Académie Militaire qu’il a lui-même fondée. Toujours habillées d’uniformes kaki, elles accompagnent leur guide dans tous ses déplacements. En fait, peu de détails transpirent sur ces amazones. On sait seulement qu’elles doivent être belles, vierges, très bien entraînées et présenter tous les gages d’une excellente moralité. Elles doivent faire vœu de chasteté durant tout le temps qu’elles appartiennent à la garde du dictateur.

Elles assurent quotidiennement la protection du raïs et n’hésiteraient pas à tuer, ou à se faire tuer en cas de danger. Elles ont prêté serment de protéger la vie du raïs ad vitam eternam , et de rester aux côtés de leur patron « de jour comme de nuit ».

En public, les amazones doivent toujours « être maquillées, manucurées, porter des bijoux et des talons hauts », selon le site Buzzfeed. Kadhafi avait d’ailleurs déclaré : « Les femmes doivent être entraînées au combat, pour ne pas être des proies faciles ».

En 1988, l’une d’elles a perdu la vie et sept autres ont été blessées, lorsque des fondamentalistes avaient attenté à la vie du dictateur. (Source site Buzzfeed)

Sur le même sujet