Rumeurs sur les origines corses de Mouammar Kadhafi

Depuis 1977, une rumeur devenue une légende pour la population corse raconte que Mouammar Kadhafi serait le fils d'un capitaine corse. Info ou intox ?
61

Incroyables rouages du destin… La base Capitaine Preziosi à Solenzara, en Haute Corse, est devenue un poste avancé important pour l’armée de l’air française qui vient de lancer les premières frappes contre les troupes de Kadhafi depuis samedi 19 mars. Or, des rumeurs racontent depuis plus de trente ans que ce fameux Capitaine Preziosi, officier corse des Forces aériennes françaises libres, ne serait autre que le père biologique de Mouammar Kadhafi.

Ainsi, si la rumeur s’avèrait vraie, le guide suprême pourrait-il être attaqué, voire tué, par un avion ayant décollé de la base qui porterait le nom de son véritable père ? Joli scénario morbide, mais loin d’être prouvé.

Info ou intox ? Retour sur cette rumeur qui ne finit pas de faire couler de l’encre et qui revient à chaque moment où Kadhafi est au coeur de l’actualité.

La rumeur devenue une légende

Fils d’un gendarme, Albert Preziosi est né le 25 juillet 1915 à Vezzani, petit village de montagne de Haute Corse qu’il quitte dès 1930. Des études militaires le hissent dans la première promotion de l’Ecole de l’Air de Salon-de-Provence en 1935.

Avec son physique de grand séducteur, le 17 janvier 1940, il part à Londres pour suivre une formation de pilote de chasse. Il s’engage alors dans les Forces aériennes françaises libres à Londres. En 1942, le jeune lieutenant sera affecté dans le groupe de chasse numéro 3 Normandie. C’est à ce moment de sa vie que le désert libyen va brutalement l’engloutir quand son avion Hurricane s’y écrase à la fin de l’été 1942.

Survivant à son accident, Albert Preziosi aurait disparu pendant un mois dans le désert, thèse soutenue par les anciens membres de son escadrille Normandie-Niémen. Une absence dont la légende s’emparera pour prétendre que le jeune lieutenant rencontra une jeune princesse bédouine, appartenant à la tribu Senoussi, dont il aurait eu un fils… qui serait Mouammar Kadhafi.

Pierre Lorillon, l’un des rescapés de l’escadrille de Preziosi, confirme cette version : "Albert aurait été recueilli par une tribu libyenne, puis soigné par une jeune femme noble avec laquelle il aurait eu un enfant".

Même si les membres de l’escadrille de Preziosi ont compliqué la légende en l’enjolivant et en remplaçant la princesse libyenne par une infirmière palestinienne, tous sont d’accord pour affirmer que le jeune et beau lieutenant a conçu un enfant au cours de son escapade.

En fait, il semblerait que Preziosi avait parlé de sa paternité à son supérieur, le capitaine Pouliquen, co-fondateur de l’escadrille Normandie-Niémen. "Tu sais que j'ai eu un enfant en Libye. S'il m'arrive quelque chose en manoeuvres, fais-lui parvenir cette lettre", lui aurait-il confié.

Propos entendus et rapportés par Philippe Beaudoin, retraité du Deuxième Bureau, qui rajoute : "Par la suite, personne n'a eu cette lettre entre les mains". Joseph Pouliquen est décédé en 1988. Il n’a jamais rien dévoilé au sujet du courrier remis par Preziosi.

Albert Preziosi est mort le 28 juillet 1943 lors d’un combat aérien sur le front de Stalingrad en Russie. Il fut décoré de l’Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (seconde classe) à titre posthume le 24 août 1943.

Voir la vidéo Bakchich.info -

Source Le Journal du Dimanche (février 2008)

Une filiation que rien ne prouve et que rien ne contredit

Si l’on considère les éléments qui pourraient confirmer une filiation entre Alberto Preziosi et Mouammar Kadhafi, on pourrait d’abord noter la forte ressemblance qui existe entre les deux hommes lorsqu’ils étaient jeunes. (Voir les deux photos : Albert à 27 ans et Mouammar à 33 ans).

La concordance des dates est également significative du fait que Kadhafi est né le 19 juin 1942, soit environ neuf mois après l’escapade d’un mois d’Alberto Preziosi qui avait commencé à la fin de l’été 1941.

Il est également connu que Kadhafi a aidé les nationalistes corses en 1977 et qu’il est même allé jusqu’à les accueillir dans ses camps pour les former militairement. C’est d’ailleurs à partir de cette date, et pour expliquer l’intérêt du guide libyen pour la Corse, que l’extrême droite française avait révélé cette possible filiation. Coïncidence ou volonté de soutien de Kadhafi en souvenir d'un père corse ?

Enfin, chaque année, d’après l’interview de Jean-Pierre Pagni, maire de Vezzani, sur Bakchich.info, un pilote libyen est invité pour une formation à l’école de Salon-de-Provence où le jeune Preziosi avait étudié. Une information qui n'a pas été confirmée.

Plus objectivement, Jean-Pierre Pagni résume l’énigme Preziosi : « Nous n'avons aucune preuve de cette filiation mais aucun élément ne la contredit non plus".

Une hypothèse qui pourrait être qualifiée de plausible, mais qu’aucune preuve n’a jamais confirmée, même à partir de recherches effectuées dans les archives historiques de l’Armée de l’Air.

A part un test ADN, auquel Kadhafi refuserait sans doute de se soumettre, qui prouverait ou infirmerait à jamais la filiation Preziosi, il sera difficile de déterminer si le guide suprême de la révolution libyenne est français ou non.

Sur le même sujet