Sonia Achour, du Dar Jasmin à Tunis: l'art de vivre au naturel

Sonia Achour, propriétaire de la maison d'hôtes Dar Jasmin, à Tunis, aime rendre les gens heureux et expose sa façon de vivre au naturel.
73

La maison d’hôtes de Sonia Achour, Dar Jasmin , située à l’entrée du quartier de Sidi Abdelaziz, à la Marsa , tout près de Tunis, constitue le décor parfait pour parler des bienfaits du retour aux sources…

Beaucoup de maisons d'hôtes ont vu le jour à Tunis depuis quelques mois, mais le Dar Jasmin reste sans doute la plus atypique: colorée à souhait, décorée d'objets chinés dans les greniers de maisons de villages tunisiens les plus reculés ou ramenés des voyages les plus lointains de sa propriétaire, Dar Jasmin s'impose immédiatement comme un lieu "haut en couleurs"!

Une maison biscornue, pleine de recoins, qui cache ses chambres au gré de couloirs sombres et mystérieux, entourée par un jardin en terrasse où il fait bon siroter un thé à la menthe aux pignons servi dans une théière ancienne qui date des beys... Les salons arabes vous appellent au repos et à la méditation avec leurs banquettes confortables, chamarrés de coussins multicolores. "La cuisine ressemble à une pharmacie", reconnaît Sonia Achour. Ses étagères de couleurs vives exposent leurs jolis bocaux en verre et de magnifiques bouteilles colorées, remplis de thym, de romarin, d'eau de fleur d'oranger, d'huiles pleines d'arômes et de vinaigres.

Les placards sans portes laissent voir leurs collections de verres de toutes sortes, sa vaisselle ancienne et dépareillée, et ses collections de verres à thé dont les motifs dorés brillent sous la lumière des lustres anciens.

En fait, la maison ressemble à sa propriétaire, car Sonia Achour est à la fois une personnalité tunisoise et un personnage... Après une enfance heureuse dans une famille intellectuelle de la haute bourgeoisie de Tunis, elle part à Paris pour y faire des études poussées. Elle travaille quelque temps en Europe et à un moment donné de sa vie, elle décide de revenir au pays.

Elle n'y posa jamais vraiment ses valises, car Sonia aime voyager et ne s'en prive pas. Ses périples qui ne ressemblent en rien à des voyages organisés, l'amènent aux quatre coins du monde, souvent dans des contrées peu fréquentées par les touristes. Elle en ramène une foule d'objets hétéroclites, mais surtout, sa curiosité insatiable la pousse à aller parler aux anciens, à tout savoir d'eux, à apprendre sur leur façon de vivre, de se soigner, de se nourrir... Elle ramène dans ses valises des herbes rares, des épices inconnues et des listes de recettes de grand-mères, qu'elles soient médicales ou culinaires!

"La transmission du savoir est primordiale" reconnaît Sonia. "Nous devons recueillir les souvenirs de nos anciens pour les transmettre à nos enfants."

Après ses voyages et ses visites, Sonia note tout, stocke, range, emmagazine et petit à petit, adopte un nouveau style de vie beaucoup plus naturel... Des épreuves de vie la confortent dans sa volonté de faire confiance à la nature. Elle en acquiert le sens de l'écoute, cultive la sérénité et éduque tout son petit monde, mari et enfants, à vivre mieux en vivant plus "naturellement", c'est à dire en n'utilisant que les produits de la nature.

Depuis sept ans, Sonia se consacre avec succès, à l'étranger et en Tunisie, à l'art culinaire asiatique. Elle est devenue la propriétaire d'une charmante maison d'hôtes, le Dar Jasmin. Son savoir et son expérience, elles les transmet non seulement à sa famille, mais aussi à ses clients qui deviennent rapidement des amis.

Rien n'est définitif pour Sonia Achour: ni la décoration de son Dar Jasmin qui change plusieurs fois par an, ni son parcours de vie qu'elle peut à tout moment faire virer à 180°, ni ses connaissances qu'elle veut continuellement approfondir.

EA: Sonia, d’où vient cette soif de toujours bien vivre et cette volonté de ne pas oublier les coutumes des anciennes générations ?

SA : J’ai été élevée dans un milieu très francisé et très intellectuel, avec un papa banquier et un grand père avocat. Pourtant, par exemple, si nos habitudes de petit-déjeuner - je me rappelle très bien de ces moments de joies quotidiennes partagés par toute la famille - incluaient café au lait, baguette et croissants, nous avions également à disposition un assortiment de fruits secs, de l’huile d’olive, des dattes et des figues, du fromage frais et du thym en poudre. Ainsi, tout en adoptant d’autres habitudes, ma grand-mère veillait à nous inculquer nos propres traditions tunisiennes.

EA: Votre grand-père a beaucoup marqué votre vie ?

SA : Oui, énormément… Grâce à son excellente hygiène de vie, il a vécu très tard et toujours en bonne santé. Peut-être que l’ail en était le secret…

EA: L’ail ?

SA : Oui, mon grand-père mangeait tous les matins, à jeun, de l’ail cru. Il coupait une gousse en deux, en extrayait la racine verte qui cause la mauvaise haleine et les aigreurs d’estomac. Il faut l’avaler d’un coup et non le mâcher pour éviter que ses huiles essentielles ne se dispersent dans l’organisme. Ensuite, pour éviter de garder ce goût d’ail dans la bouche, il croquait un grain de café! Lorsque j’étais enfant, le fait de voir mon grand-père, toujours si chic, avaler cet ail, me choquait beaucoup. Ensuite, j’ai compris tous les bienfaits de l’ail et mon mari et moi, nous en mangeons chaque matin! Un autre jour, je vous parlerai de ses innombrables bienfaits, et de ceux de l’oignon.

EA: Sonia, vous parliez des petits déjeuners de votre enfance… Qu'en est-il des petits déjeuners d'aujourd'hui ?

Sonia ne répondit pas à la question et quitta le salon quelques instants. Elle revint en tenant un petit sac de toile de lin.

SA : D’abord, ce que je peux recommander à toutes les mamans, c’est de se lever plus tôt et de préparer le petit déjeuner pour tout son petit monde: c’est le repas le plus important de la journée. Si vous laissez vos enfants aux commandes, ils ne mangeront pas bien et se contenteront du bol de céréales, très insuffisant.

EA: Je crois que vous attachez une grande importance aux bienfaits de la gelée royale, cette espèce de miel blanc dont seule la reine de la ruche se nourrit.

SA : Oui, ainsi que les ouvrières, mais juste les trois premiers jours de leurs vies… Avec les changements de saison, nous devons soutenir nos enfants en leur donnant des réserves supplémentaires d’énergie. La gelée royale est un produit miraculeux, revitalisant, et un stimulant à l’état pur que nous pouvons trouver facilement en Tunisie. Celle que j’achète à l’Ariana, coûte dix dinars tunisiens, environ cinq euros et le petit pot fait dix jours… Un dinar ou cinquante centimes d'euros pour leur santé, c’est peu cher payé! Attention à deux choses: il faut la prendre à jeun et ne pas ingurgiter de liquide après, au moins pendant vingt minutes. Deuxième détail: il faut laisser fondre la gelée royale sous la langue pour lui permettre de passer rapidement dans le sang.

EA: En cures ?

SA : Oui, un mois, à chaque changement de saison… Le deuxième réflexe, pour bien commencer la journée, est le pollen. Ses vertus sont tellement nombreuses qu’il serait trop long de les citer. Le problème du pollen, c’est qu’il n’est pas agréable à ingurgiter parce qu'il s'agit de grains. En plus, ces grains doivent être mâchés… Alors, j’ai trouvé une astuce: je le mélange à du miel pour en faire une espèce de caramel que les enfants adorent et demandent chaque matin. D’ailleurs, très bizarrement, l’un de mes fils est asthmatique, et principalement au pollen. C’est pourtant le pollen qui l’aide à se soigner!

Le petit sac de tissu de lin n’a pas encore livré tous ses secrets. En effet, Sonia en sort bientôt une drôle de petite boulette noire et un tout petit flacon rempli de poudre également noire…

SA : C’est de la propolis. Les ouvrières de la ruche utilisent cette résine qu’elles récoltent sur les bourgeons de certaines plantes pour embaumer le corps de prédateurs gourmands de miel qui entrent dans la ruche et qui sont tués par les abeilles… Compte tenu de leur poids, ces cadavres ne peuvent être évacués… Les ouvrières, en les momifiant, évitent qu’elles ne putréfient et empêchent ainsi toute source de maladie.

EA: Quelles sont les propriétés de la propolis ?

SA : Un très haut pouvoir cicatrisant… C’est aussi un anti-microbien, anti-fongique, anti-spasmodique… Elle booste l’immunité et est aussi un anti-stress si vous respirez son odeur. Je l’appelle mon trésor… Moulu, je le mets dans cette petite fiole et je la donne en cure à mes enfants. J’en ai toujours sur moi, surtout si je pars en voyage.

Sonia a réponse à tout... Si vous lui parlez "mal de dents", elle vous répond "infusion de quelques feuilles de houx dans de l'eau bien chaude". Si vous lui parlez de "pansement gastrique", elle vous recommande "tranches de coings cuits à la cannelle et au miel dans son jus épais"...

Pas étonnant que son téléphone ne cesse de sonner : ses amis, sa famille, ses collaborateurs ont toujours une question à lui poser pour se sentir mieux. Toujours avec la même gentillesse, son joli sourire et son sens de l'écoute, elle distribue ses conseils avec douceur...

A une journaliste de Mille et Une Tunisie , qui lui demandait, en conclusion de son interview, le secret du succès de Dar Jasmin, elle répondait : " Le secret réside en ma volonté de rendre les gens heureux autour de moi. C'est mon secret et la clé de ma réussite... C'est ma nature et je la vis en parfaite harmonie".

Sur le même sujet