Tous les symboles de Ben Ali sont à jamais effacés en Tunisie

Portraits omniprésents, affiches géantes, photos obligatoires... Les images de Ben Ali envahissaient la Tunisie jusqu'au 14 janvier 2011.
15

La Tunisie veut oublier à tout jamais l’ère Ben Ali. Après avoir « dégagé » de l’ancien gouvernement de transition tous les ministres benalistes, les Tunisiens s’attaquent depuis le départ du dictateur déchu à tous les symboles le représentant.

Portraits et appellations du 7 Novembre ont disparu

Déjà, les nombreuses représentations du président déchu, déclinées en portraits, affiches géantes ou visuels de louanges, ont disparu de toutes les villes, villages et hameaux de la Tunisie. Elles avaient été arrachées, mises en lambeaux ou brûlées dès les premiers jours de la révolution du jasmin.

Les municipalités et organismes publics qui avaient l’obligation d’accrocher les portraits officiels de Ben Ali dans chacun de leurs bureaux, les ont enlevés dès le lendemain du 14 janvier. Bien entendu, les entreprises privées proches de Ben Ali, qui affichaient la photo du président dans leurs halls d’entrée ou même dans les bureaux de leurs cadres, les ont décrochés encore plus vite, voulant vite faire oublier leurs anciennes sympathies pour l’ancien régime.

Idem pour le 7 Novembre qui commémorait la prise de pouvoir de Ben Ali en 1987. On ne comptait plus les sociétés, lieux publics ou privés, rues, boulevards, avenues, salles des fêtes ou cafés qui incluaient « 7 Novembre » ou simplement « 7 » dans leurs appellations. Toutes ont disparu. Par exemple, la télévision nationale, « la 7 », a été rebaptisée Nationale; la compagnie aérienne intérieure Seven Air est maintenant dénommée Tunisair Express.

Le 7 est devenue, en l’espace de quelques jours, un chiffre maudit pour les Tunisiens. Ils préfèrent le 2x7 comme le 14 janvier qui est devenu pour eux le symbole de la liberté, jour du départ forcé de Ben Ali vers l'Arabie Saoudite.

Dernière décision du Premier ministre de transition tunisien

Ce jeudi 17 mars, le Premier ministère tunisien annonçait que les jours fériés du 7 Novembre et du 21 mars (Fête de la Jeunesse instaurée par Ben Ali) seraient définitivement supprimés. Ces deux dates seraient remplacées par deux nouveaux jours fériés.

D’abord, le 14 janvier, jour commémoratif de la Révolution tunisienne célébrera en même temps la Fête de la Jeunesse, la révolution du jasmin.

L’Aid El Fitr (célébrant la fin du Ramadhan) qui compte normalement deux jours fériés, comptera à partir de cette année un troisième jour férié, appelé le « Jour du Doute ».

Cette année, exceptionnellement, le 21 mars restera jour férié en Tunisie.

Sur le même sujet