Un neveu de Ben Ali menacé à Paris par un groupe maghrébin

A Paris, Mohamed Ben Moncef Trabelsi se plaint de la chasse aux sorcières dont il est victime et porte plainte pour menaces de mort.
14

Un petit appartement de 30m² partagé par une famille tunisienne composée des parents et de trois enfants, dans un quartier populaire de Paris… Rien de très original, sauf si la famille en question porte le nom de Trabelsi en provenance direct de Tunis depuis le 10 janvier dernier, quatre jours avant que l’oncle Zine El Abidine Ben Ali ne fuit vers l’Arabie Saoudite.

Car, le chef de cette petite famille est bien Mohamed Ben Moncef Trabelsi, l’un des neveux préférés de Leila Ben Ali.

Mohamed Ben Moncef Trabelsi recherché en Europe et en Tunisie

Son père est emprisonné à Tunis, comme beaucoup de membres de sa famille. Dès son arrivée à Paris, Mohamed Trabelsi avait demandé le statut de réfugié politique via son avocat, Maître Axel Metzker. Il en profite maintenant pour préparer sa défense avant de pouvoir retourner en Tunisie.

Mohamed Trabelsi dirigeait à Tunis le Groupe Saphir composé de diverses sociétés. Avant les évènements, son groupe avait lancé au courant du deuxième semestre 2010 une société d’affichage dynamique, Digicom, présentée comme la plus importante régie d’affichage sur écran du monde arabe. Il avait annoncé vouloir investir 3 millions d’euros dans cette nouvelle société. ( Source Tunisie Médias ). Il habitait dans une luxueuse villa de La Marsa, banlieue résidentielle près de Tunis, qui fut pillée lors du départ du président déchu.

Dans la liste des 110 personnes du clan Ben Ali/Trabelsi, dont les avoirs, biens mobiliers et immobiliers ont été saisis par le gouvernement de transition tunisien, Mohamed Ben Moncef Trabelsi apparaît en 66e position.

Son nom revient également en 4e position sur la liste établie par la Suisse et l’Union Européenne qui vise « les personnes faisant l’objet d’une enquête judiciaire des autorités tunisiennes pour acquisition de biens immobiliers, ouverture de comptes bancaires et détention d’avoirs financiers dans plusieurs pays, dans le cadre d’opérations de blanchiment d’argent ».

Mohamed Ben Moncef Trabelsi ne fait cependant pas l’objet d’un mandat d’arrêt international et semble moins exposé à la vindicte du peuple tunisien que d’autres Trabelsi, tels que Belhassen, réfugié au Canada, ou Imed, emprisonné à Tunis, accusé de corruption, racket et escroquerie.

Il accorde une interview exclusive au quotiden Le Parisien

Ce vendredi 25 février, Mohamed Ben Moncef Trabelsi a été l’un des premiers Trabelsi à accorder une interview à un quotidien français. Il reconnaissait rapidement que sa tante, Leila Ben Ali Trabelsi, s’était toujours montrée généreuse à son égard.

Il se plaint toutefois de la chasse aux sorcières dont il est la victime : « Aujourd’hui, ma faute c’est de porter le nom de Trabelsi. Toute la famille fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières. On nous traque, nos biens sont pillés, nos maisons sont pillées sous les yeux de la police qui laisse faire. Les membres de notre famille sont arrêtés et torturés, les avocats du barreau de Tunis ont interdiction de nous défendre. La justice est rendue sur Internet, Facebook. Pour certains, en Tunisie, Trabelsi veut dire corruption. Mais la corruption gangrène ce pays depuis toujours! (...) Elle n’est pas le fait des Ben Ali ou des Trabelsi, elle fait partie intégrante de la Tunisie ».

Le seul acte de corruption dont Mohamed Ben Moncef Trabelsi s’accuse est celui d’avoir distribué des bakchichs aux petits fonctionnaires et à quelques policiers pour faire avancer les dossiers, comme le faisaient d’ailleurs des milliers de Tunisiens du temps de l’ère Ben Ali.

Fils d’un photographe ambulant sans fortune, n’ayant pas fait de longues études et ne parlant pas français, son enrichissement paraîtra sans doute suspect à la commission chargée d’étudier les dossiers de corruption, à Tunis.

Maître Metzker affirme de son côté : "C'est une famille innocente qui n'a rien fait, victime de la vindicte d'une propagande (…) Ils sont révoltés que, du plus haut sommet de l'Etat, on puisse oublier toute cette amitié et tout ce respect qui existait. Il n'est pas possible que cette famille soit synonyme de diable depuis le 14 janvier », date du départ de Ben Ali en Arabie Saoudite.

Voir l’interview video .

Mohamed Ben Moncef Trabelsi porte plainte pour menaces de mort

Selon un dépêche de l’AFP, Maître Axel Metzker a déposé plainte auprès du procureur de la République, ce samedi 26 février, pour menaces de mort à l’encontre de son client qui avait reçu, dans sa boîte aux lettres, un courrier écrit en lettres majuscules, d’un ton menaçant, signé par le Collectif pour une Justice Maghrébine.

Une protection policière a été demandée par l’avocat pour son client, mais également pour son cabinet.

Sur le même sujet