La pollution plastique en méditerranée vue par l'Expédition MED

La pollution micro-plastique et ses effets sur l'écologie marine étudiés pour mieux connaitre et informer sur ce problème, en vue de trouver des solutions
13

L' expédition MED mène en ce moment (de 2010 à 2013) une campagne d'investigation sur la pollution par le plastique de la méditerranée. A bord de son voilier le Halifax, l'équipage va effectuer des recherches environnementales et océanographiques en partenariat avec des scientifiques (IFREMER, universités...) et le ministère de l'écologie . Les objectifs de cette expédition sont multiples : collecte de données, étude scientifique sur les micro-déchets de plastique et leur incidence sur le milieu marin, et sensibilisation.

La méditerranée, une zone particulièrement sensible à la pollution

La mer méditerranée est bordée par l'Europe méridionale, l'Afrique du nord, et l'Asie occidentale. Première zone touristique du monde, cette région possède une population côtière relativement importante, ce qui la rend particulièrement sensible aux problèmes d'urbanisation et donc de pollution.

Mer presque entièrement fermée (elle n'est ouverte vers le reste du monde que par le détroit de Gibraltar, et le canal de suez qui la relie à la mer Rouge), la méditerranée est dépendante de cette particularité qui la rend fragile, la pollution s'y concentrant plus facilement.

La méditerranée, dotée d'une biodiversité exceptionnelle, est donc un échantillon d'océan qui reflète ce qui se passe à l'échelle mondiale au niveau de la pollution, mais probablement de façon plus accentuée.

Une mer victime d'une pollution plastique insidieuse

Malheureusement mer poubelle, la méditerranée n'est pas perdue pour autant et mérite que l'on s'y intéresse. Outre de nombreux polluants tels que la pollution aux hydrocarbures ou les rejets de métaux lourds, la méditerranée possède une pollution par le plastique importante avec une concentration de 115 000 microdéchets par km2 dans le nord de celle-ci ( Le Monde, Janvier 2011 ).

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, une grande partie de cette pollution de plastique ne se voit pas (ce qui la rend plus insidieuse, car difficile à repérer et à combattre). En effet, au départ, lorsqu'il est jeté à la mer, le plastique est entier. Il flotte et se "camoufle" par des couleurs (dont le transparent) et des formes très différentes, prenant les poissons au piège (qui les confondent avec des proies). Puis le plastique, qui se dégrade difficilement, fini par se fragmenter en débris microscopiques (de la taille du plancton), usé par l'eau de mer et le vent. Là aussi, mélangé et confondu avec le plancton, celui-ci est avalé par les poissons, entrant ainsi dans la chaine alimentaire dont nous sommes le dernier maillon.

En tentant de mieux connaître les effets de cette pollution sur le milieu marin, l'expédition apporte sa pierre à l'édifice de la préservation de la méditerranée.

Sur le même sujet