Séisme, tsunami 2011 au Japon: différences avec Haïti et Sumatra

Qu'est-ce qui distingue ces tremblements de terre? Comment sont-ils appréhendés et gérés par les différents pays? Cela pourrait-il se produire en France?
13

Les tremblements de terre peuvent frapper très fort. On ne sait jamais où et avec quelle intensité ils interviendront, quand, et quelles en seront les conséquences. Ils sont imprévisibles, c'est ce que nous montrent ceux du Japon, d'Haïti et de Sumatra.

Mars 2011: Tremblement de terre et tsunami sans précédent au Japon

Sendai, ville japonaise du nord-est de l'île d'Honshu, vendredi 11 mars 2011, 14h45. Cette date va profondément marquer les Japonais. Ce jour aura connu le séisme le plus violent jamais enregistré au Japon (the big one)! D'une intensité de 9 sur l'échelle de Richter (qui peut aller jusqu'à 10), ce séisme sous-marin s'est produit à 130 kilomètres à l'est au large des côtes de Sendai et a provoqué des secousses qui ont duré plusieurs minutes. Celles-ci ont été ressenties jusque dans la région de Tokyo où les tours ont vacillé. Mais il n'y a pas eu de gros dégâts car l'amplitude ne fut que de 5 (ce qui n'est pas exceptionnel là-bas).

Mais, plus terrible encore, le tsunami qui s'en suivi dévasta tout sur son passage, ne laissant que ruines et désolation.

Les Japonais se sont laissé surprendre par l'ampleur de ce séisme . Ils ont pourtant l'habitude de vivre avec car la terre tremble très souvent: plusieurs milliers de fois par an. Le pays est donc sous surveillance constante. Il se situe en effet sur une zone de subduction, où 2 plaques tectoniques se rencontrent à l'est de l'île: la plaque pacifique et la plaque asiatique, la première glissant de 8 cm par an sous la deuxième.

Quelles différences y a-t-il avec les séismes d'Haïti en 2010 et de Sumatra en 2004?

Le tremblement de terre d'Haïti du 12 janvier 2010, différent de celui du Japon, avait son épicentre situé à 16 km au sud-ouest de Port-au-Prince. Ce fut un séisme continental, de surface, d'une amplitude de 7. Ce type de séisme frappe fort mais sur une étendue peu importante et la partie de l'île touchée fut donc entièrement dévastée. Il n'y a pas eu de raz-de-marée comme au Japon, mais le nombre de victimes fut important: environ 230.000.

Quand au séisme de l'île de Sumatra (en Indonésie) du 26 décembre 2004, il fut également dévastateur. Son épicentre fut localisé dans l'océan Indien, à 250km au sud-ouest de l'île. Situé également sur une zone de subduction, ce séisme est très similaire à celui du Japon: de très forte amplitude, il s'est produit en profondeur et a causé un gigantesque tsunami qui fit 160.000 victimes.

Comment les différents pays appréhendent et gèrent-ils les tremblements de terre?

Ce qui explique le fait que les séismes d'Haïti et de Sumatra furent de véritables catastrophes, souligne l'Express , est que ces pays sont pauvres et n'ont pas les moyens de s'équiper et de se prémunir des tremblements de terre. A l'époque, il n'y avait pas de système d'alerte, les constructions étaient fragiles et la population n'était pas préparée.

Depuis le séisme destructeur de 1923 qui fit plus de 140.000 morts, les Japonais ont eux appris à se prémunir des tremblements de terre. C'est le pays le mieux préparé au monde pour faire face à ce genre de cataclysme. L'accent est mis très tôt sur l'éducation des jeunes par une large diffusion de l'information scientifique. De plus, la population est informée en temps réel sur le déroulement de la situation. Ils ont également un bon système d'alerte et ont acquis un savoir-faire unique dans leurs constructions, dont beaucoup sont aux normes parasismiques (surtout les bâtiments publics et celles des grandes villes).

Toutes ces mesures prisent par les japonais expliquent un nombre de victimes relativement faible (environ 20 000 morts et disparus) malgré un tsunami et un séisme exceptionnels, qui auraient été désastreux s'ils s'étaient produits dans n'importe quel autre pays.

Et si cela se produisait en France?

D'après les spécialistes , la France ne devrait pas connaître un séisme d'une telle ampleur. Cela paraît improbable. Mais le risque d'un tremblement de terre majeur existe. La terre tremble régulièrement et des petites secousses agitent les Alpes, les Pyrénées, et Nice. La région niçoise connaîtra d'ailleurs sûrement un jour un séisme de forte ampleur, mais plutôt d'une magnitude de 6. Compte-tenu de la topographie de cette région, un tsunami paraît inenvisageable.

Sur le même sujet