Comment se développe la bio dans les régions de France en 2011?

En tête de l'agriculture bio: la région PACA, selon le rapport de l'Agence Bio du 8 juin 2011. Grâce à une synergie avec l'eau, la bio aide l'environnement.
14

L'agriculture biologique continue sa progression à deux chiffres dans l'Hexagone, selon le bilan présenté par l'Agence Bio aux Rencontres nationales de la bio, le 8 juin 2011. Ces rencontres, qui se sont déroulées dans les locaux du ministère de l'Agriculture à Paris, s'inscrivent dans le cadre du Printemps Bio qui a lieu dans tout la France, jusqu'au 15 juin prochain.

Avec 25% de terrain supplémentaire, converti ou en cours de conversion, l'agriculture biologique occupe désormais 4% des surfaces agricoles françaises. Ce résultat est très encourageant, mais il cache des disparités au niveau régional.

La région PACA, classée au top de l'agriculture bio

Climat méditerranéen, petites exploitations, productions diversifiées... Tout concourt à placer la région PACA en tête de l'agriculture bio. Ses terres agricoles sont bio à plus de 10%. Chef de file de cette tendance, le département de la Drôme se trouve au premier rang, non seulement de la région, mais aussi de l'Hexagone. Il se distingue par la production de plantes aromatiques, qui constitue 90% de l'agriculture bio locale.

Le Languedoc-Roussillon est la seconde région bio de France: 8% de ses terres sont cultivées sans engrais ni pesticides chimiques. La Corse, dont plus de 5% de la surface agricole est bio, arrive en troisième position. En région Midi-Pyrénées, l'Aveyron est le département français qui possède le plus de terrains bio, soit une superficie de 33.447 hectares.

En 2010, les régions de l'Hexagone ont nettement progressé en surfaces bio, mais de manière inégale : de 12% pour l'Alsace à 67% pour la région Champagne-Ardenne. Par ailleurs, il faut signaler une exception : l'Outre-Mer. Un repli global de 26% y est constaté. Or, ce chiffre dissimule de grandes différences de résultats au niveau local. Ce sont la Martinique et la Guadeloupe qui font dégringoler les chiffres, tandis que la Guyane, qui possède 10% de terres bio, est largement au-dessus de la moyenne nationale.

Synergie entre l'eau et la bio, pour aider l'environnement

Même si la France a rattrapé une partie de son retard, son objectif de 6% de terres bio d'ici 2012 n'est pas encore acquis. Plusieurs axes de développement ont été lancés pour atteindre cet objectif. Il s'agit notamment d'inciter les agriculteurs à produire en bio les aliments plébiscités dans ce secteur (légumes, fruits, produits laitiers). Pour faciliter la création ou la transformation des exploitations, une enveloppe annuelle de 6M d'euros est allouée par le ministère de l'Agriculture.

Ces subventions restent insuffisantes, par rapport aux besoins des agriculteurs. L'initiative d'une synergie entre les producteurs et l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse est donc la bienvenue dans ce contexte. Pour cette Agence de l'eau, il s'agit de réduire la pollution en pesticides observée dans 225 points de captage sur 26 départements. Pour les producteurs, l'objectif est de démarrer une activité agricole bio, grâce à des aides financières.

Création d'un moulin bio, conversion d'un vignoble en production bio... Ce sont plus de 50 projets qui ont été retenus par l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse. Ces initiatives recevront 6M d'euros au total, somme qui double l'enveloppe du ministère de l'Agriculture. Les projets sont tous localisés dans des zones où l'eau est polluée par des pesticides. Dans l'espoir que ces nouvelles activités bio donneront un coup de pouce à l'environnement.

Sur le même sujet