L'Art Nouveau selon Jules Lavirotte

Fin XIXe, début XXe siècle, Jules Lavirotte est inspiré par un nouveau courant artistique: l'Art Nouveau.
5

Ni ligne droite, ni angle, aucune forme géométrique ne vient casser les compositions végétales qui éclosent à cette époque. L’Art Nouveau sculpte des plantes et des arbres sous le regard des passants. Les rues sont jonchées de bâtiments revêtus de courbes végétales. Les portes et les fenêtres sont drapées de motifs végétaux.

La légèreté insufflée par cette tendance artistique apporte une touche de nature dans le quotidien des citadins en habillant les reliefs des habitations de motifs floraux.

La peinture, les arts graphiques, le mobilier et l’architecture respirent cette bouffée d’oxygène et révèlent le travail minutieux des artisans. Les serruriers, les céramistes, les verriers et les ébénistes servent à merveille ce mouvement.

L’Art Nouveau voit naître l’Ecole de Nancy (avec les Frères Daum entre autres), les plantureuses stations du métro parisien d’Hector Guimard ou encore les façades de Jules Lavirotte. A la même époque en Espagne, Gaudi adopte également l’Art Nouveau en lui apportant une touche personnelle catalane et exubérante.

Jules Lavirotte

L’architecte Jules Joseph Aimé Lavirotte (1864-1928) est reconnu comme un des maîtres de l’Art Nouveau français. Sous son inspiration, les immeubles sont dévêtus de leur classicisme et se revêtissent de grès flammé et de céramique en hommage au monde végétal.

Bien que tout le monde n’approuve pas certains de ses motifs, trouvant leur symbolisme trop suggestif, il remporte trois concours de façades de la ville de Paris, et plusieurs de ses immeubles sont classés monuments historiques:

  • Son immeuble du 29 avenue Rapp à Paris fait appel au talent d’habilleur du céramiste Alexandre Bigot et lui sert de vitrine d'exposition de ses réalisations. Il est classé Monument historique pour sa façade et sa toiture. Son imposante porte est allégée par cinq parties vitrées de différentes formes. Elle fait la part belle au fer forgé qui apporte le parfait équilibre entre le verre et le bois.
  • Le Ceramic Hotel du 34 avenue de Wagram à Paris est lui aussi classé monument historique pour sa façade et toiture. Richement parée de céramique, sa façade attire le regard du passant. Les ouvertures sont soulignées de longues tiges de lierre en pierre. Les fenêtres sont de formes différentes, ainsi que le motif du fer forgé qui les protège, ce qui donne à la façade un aspect asymétrique.

Sur le même sujet