«On n'demande qu'à en rire» sur France 2 : l'humour en prime time

Ce samedi, Laurent Ruquier et son pétillant jury conviait huit millions d'yeux à une soirée de franche rigolade, dûment suivie à l'écran comme sur la toile.

Terrain de jeu établi depuis plus d’un an et demi, c’est au cœur du Moulin Rouge que Laurent Ruquier invite quotidiennement public et jury à la rencontre des humoristes d’aujourd’hui, promettant de beaux lendemains au rire hexagonal.

Ainsi, France 2 se fend la poire du lundi au vendredi à partir de 18 heures, se proposant de découvrir de nouveaux talents, d’en confirmer d’autres tout en sachant recadrer d’un « buzz » ceux qui sont diagnostiqués trop faibles pour devenir « pensionnaires » d'une émission voyant déjà fleurir sa deuxième saison. Le principe est simple : un animateur, un jury de trois membres (dans lequel nous retrouvons, régulièrement et pour ne citer qu’eux, Isabelle Mergault, Eric Meteyer et Jean Benguigui), quatre artistes par émission, cinq notes finales dont celle du public, un minimum de soixante points pour revenir la semaine suivante, et roulez jeunesse. C’est simple, et ça fonctionne .

Au fil des semaines, les premiers candidats adoptés par le jury et soutenus par un public rapidement fidèle se sont mués en « pensionnaires » d’une émission qui a très vite pris ses marques. Affichant pour la plupart d’une quarantaine jusqu’à plus de soixante passages, Jérémy Ferrari, Constance, Nicole Ferroni ou encore Arnaud Tsamère font partie de cette jolie famille, donnant lieu à une belle complicité exprimée au cours de sketchs collectifs - dont certains déjà cultes .

Un zeste d’appréciation

Parmi les meilleurs humoristes de cette douce école, les (télé)spectateurs ont été conviés à passer la soirée – en direct - avec dix d’entre eux. Des hommes, des femmes, et des duos. Réunis pour cette occasion particulière, le jury de ce grand soir compte un membre de plus que lors des traditionnelles émissions quotidiennes : ainsi Isabelle Mergault, Catherine Barma, Jean Benguigui et Fabrice (connu et reconnu comme Empereur de RTL et ancien animateur de la Classe ) orchestrent le « buzz » de tous les dangers. En effet, prime time ou pas, on ne change pas une équipe qui gagne, et encore moins son mode de fonctionnement. Plus qu’une simple note, elle est ce soir la clé d’un véritable enjeu : les cinq meilleurs éléments de la joyeuse bande verront leurs noms à l’affiche d’un gala au Casino de Paris en juin prochain, tandis que les trois suivants seront placés en « ballotage » la semaine suivante.

L’appréciation du public comptant pour moitié dans le score final, ce dernier a la possibilité de donner le coup d’envoi de sa notation avant même le début du sketch.

Par-delà les prémices d’une évaluation à venir, le portrait de chaque artiste - diffusé en guise d'introduction à sa prestation - est avant tout l’occasion de (re)faire connaissance avec lui, à travers les chiffres clés de son histoire au sein de l’émission.

La Déconne week

Treize humoristes, dix sketchs, et d’innombrables vagues de rire.

Tout commence avec les Lascars Gays , duo de trentenaires campant deux jeunes de banlieue homosexuels. Chaque sketch étant pour eux l'occasion de plonger le public au cœur de leur univers enfantin (mais artistiquement très mûr) teinté de bandes dessinées, le duo au petit banc de bois a proposé une version bien à lui de « La sortie de Spiderman 4 en juillet ». Déguisés en super-héros, et ayant pour l’occasion fait appel, entre autres, à Sandra des Kicékafessa, Nicole Ferroni, un cascadeur et Géant Vert, le premier passage de la soirée reçut un accueil mitigé auprès du jury qui reprocha à Majid (Ryan) et Hugues (Steeve) une prestation surchargée.

« Composer une chanson pour la campagne d’Obama ». Cest la mission humoristique qui a été confiée à Lamine Lezghad , deuxième du lot à se présenter. Avec la complicité d’Ahmed Sylla, Lamine a profité d’un défilé de divers personnages pour leur faire tenir des propos politique d’une finesse délicieuse. Clôturant son passage d’une excellente parodie (incluant costumes du clip et chorégraphie pointue) du titre Sexy and I know it , des LMFAO, détourné pour l’occasion en OBAMAO, l’humoriste a tout simplement séduit.

« Les derniers jours des soldes » ont permis aux Kicékafessa de calquer le sujet et son champ sémantique sur celui de la célébrité, campant une vendeuse recevant un client à la recherche de chanteurs pour une nouvelle émission ; le caractère « soldé » de ces derniers étant une occasion parfaite de glisser quelques critiques à leur encontre, qui parurent d’un goût parfois douteux aux membres du jury. Dotée d’un humour tout terrain, d’une autodérision olympique et d’un argument promotionnel made in Normandie , Stone fut finalement « livrée » sur le plateau ; sa sortie d’une boîte en bois offrant un bien joyeux final au sketch du duo, qui sera qualifié d’ « inégal », bien que globalement apprécié par l’ensemble de l’audience.

Consécrations, péripéties et crêpes au sucre

Ou quand France 2 propose sa propre version des Montagnes Russes de l’Humour.

Alors que la talentueuse Nicole Ferroni s’est hissée sans peine en tête du classement provisoire avec son interprétation fabuleuse d’efficacité, de drôlerie et de tendresse de « La doyenne des Français (a 113 ans) », Florent Peyre, son successeur, aura opéré malgré lui le plus flagrant des contrastes. Attendu sur le plateau avec comme sujet « L e quatrième opus de Pirate des Caraïbes sort en Blu-ray », c’est un Jack Sparrow tout décontenancé qui a tenté jusqu’au bout de sauver tous les passagers d'un Concordia fuyant - pardonnez l’analogie douteuse, bien que la situation s’y réfère sans grand mal. De jeux de mots d’une triste facilité en moments de douloureux flottements, déception et incompréhension se marièrent chez les membres du jury comme dans les impressions partagées en temps réel par les internautes.

Scepticisme étendu jusqu’au passage suivant. Défendant la cause de « La comédie musicale Sister Act bientôt à Paris », c’est métamorphosée en bonne sœur que Shirley Souagnon nous est apparue. Et là encore, malgré la présence d’une troupe de Gospel et la complicité de Maïk Darah, doublure française de Woopi Golberg, la prestation de la jeune humoriste a eu du mal à déchaîner les foules.

De désillusions en retrouvailles et le tour de Babass venu, tout le monde retint sa respiration. Si l’humoriste a rapidement introduit - non sans talent - le personnage de Chreustian dans le cercle des valeurs sûres de l’émission, ce dernier traversait depuis quelques semaines une période creuse, ponctuée de notes sur le fil du rasoir et de reproches (constructives, certes) de la part d’un jury bien décidé à le faire réagir. Riche du soutien de ses camarades, c’est sans décor aucun (le premier depuis le début de la soirée) que Babass répondit au sujet imposé « Dans dix jours c’est la Saint Valentin ». Malgré un trac palpable et un début de prestation décollant difficilement, le vrai, le drôle, l’attachant Babass a rapidement pris les rênes d’un joli moment fort de belles trouvailles textuelles. Chreustian est de retour, pour le plus grand plaisir partagé de l’écran à la toile.

« Un proxénète et sa compagne parlent de leur business ». Voyant certains humoristes de l’émission y évoluer depuis deux saisons et connaissant par là même leurs sujets de prédilections découlant d’un style d’humour dont ils ont fait leur signature artistique, à qui d’autre que la belle Constance aurait pu être imposé un tel sujet ? Personne, si ce n’est Jérémy Ferrari. Hypothèse tombant à pique, puisque c’est justement avec ce dernier que la jeune femme a choisi de se frotter au jury. Du grand art . Ces deux très bons éléments de la bande n’ont à aucun moment dérogé à la règle de leur humour tranchant, radical et un brin provocateur. Et que l’on aime ou pas, le résultat a le mérite d’être efficace, et de ne pas laisser indifférents. Ainsi, la toile fut instantanément partagée entre le talent inconditionnel de la jolie blonde qui peut tout se permettre et sa provocation vulgaire avec un texte tournant trop autour du sexe.

Dernière remarque à relier d’ailleurs étroitement avec le passage de Garnier et Sentou, d uo qui après avoir proposé un sketch plutôt original sur le thème de « Février, le mois des crêpes », s’est vu reprocher de toute part son jeu avec la nourriture (et ce malgré sa subtile création de la « crêpe au grand Garnier »). Les thèmes étant imposés et assignés à des humoristes dont on connait les tendances et aspirations, est-on réellement en mesure de reprocher à ces derniers d’avoir trop « collé au sujet » ? A méditer, vous avez quatre heures.

«C’est pas grave, si on joue pas au Casino d’Paris, on ira jouer au Casino en bas d’chez moi !»

C’est sous ce trait d’humour estampillé Lascars Gays que s’est ouverte la dernière partie de soirée : la découverte des notes finales, desquelles découlera l’affiche du gala au Casino de Paris.

La note du public comptant pour moitié dans le score final, tout restait encore à jouer. Quoiqu’il en soit, F lorent Peyre et Shirley Souagnon, dont les prestations ont conduit aux résultats les plus faibles, n’ont pas eu l’air surpris – et plutôt bons perdants – en voyant leurs camarades s’envoler vers le haut du classement.

Ainsi, l’excellent Jérémy Ferrari foule la première marche du podium avec 191 points sur 200, suivi à dix points près par Nicole Ferroni. Se produiront avec eux au Casino de Paris Lamine Lezghad, comptabilisant 177 points, Constance avec un score de 175 points, et enfin Garnier et Sentou, réunissant 165 points sur 200. Babass, les Kicékafessa et les Lascars Gays atterrissant directement en case « ballotage » .

Affaire à suivre.

A en juger par les 4 millions de téléspectateurs visiblement très réceptifs à cette déclinaison d’une émission qu’il n’a déjà plus à faire ses preuves , la soirée fut placée sous le signe de la banane à travers tout l’Hexagone.

Ce qui tombe bien, puisque nous, on n’demande pas mieux !

__________________________________

On n'demande qu'à en rire , du Lundi au vendredi à 18 heures sur France 2

On n'demande qu'à en rire - Le best of , disponible en DVD depuis le 1er décembre 2011

Sur le même sujet