2 350 emplois suprimés au Crédit Agricole, dont 850 en France

Les banques françaises réduisent leurs effectifs et licencient. BNP Paribas, Crédit Agricole, mais aussi la Société Générale devraient supprimer des postes
19

Rien ne va plus au Crédit Agricole, qui doit annoncer ce mercredi 14 décembre 2011 près de 2.350 suppressions d'emploi dans le monde, dont 850 en France, essentiellement dans dans la banque d'investissement Cacib, selon le syndicat FO. A la Cacib, 1.750 postes sont touchés dans le monde, dont 550 en France.

Même scénario pour la filiale de crédit à la consommation, la CACF, 300 postes sont supprimés à l'étranger et 300 postes également en France, toujours selon Force Ouvrière. La reporter de RTL Florence Cohen a dévoilé cette information le 14 décembre 2011 à 12h42 , dans Analyse : des suppressions d'effectifs qui reflètent les difficultés actuelles des banques

Les banques françaises sacrifient des milliers d'emplois

A priori, il pourrait ne pas y avoir de licenciements, mais des départs non remplacés. Le Crédit agricole joue sur les mots. De source officieuse, c'est surtout la banque d'investissement qui serait concernée, par opposition au guichet. Le pôle Crédit à la Consommation est aussi dans le viseur, dans une moindre mesure.

Ce qui est sûr, c'est que ces suppressions d'effectifs reflètent les difficultés actuelles des banques. BNP-Paribas et la Société Générale ont déjà annoncé des mesures similaires.

Un cadre du groupe, joint par téléphone et qui souhaite garder l'anonymat, explique : "Parce que l'équation est malheureusement simple : la crise est impitoyable et le Crédit Agricole doit impérativement réduire les risques inclus dans ses comptes.

"C'est pour ça que la filiale Banque d'Investissement, présente dans une cinquantaine de pays, pourrait se retirer de plusieurs implantations...."

BNP et SG très durement touchées

La Société générale, qui emploie 160.000 salariés , devrait ainsi supprimer plus de 1.000 postes à l'international. Cette information pour la France circule depuis quelques semaines, les syndicats du groupe ayant annoncé mi-novembre que la banque allait supprimer des "centaines d'emplois".

La même semaine, BNP Paribas , qui emploie quelque 200.000 personnes à l'international, avait annoncé la suppression de 1.400 postes dans sa banque d'investissement (CIB), dont 373 en France, s'engageant à ne pas recourir à des licenciements économiques.

Ces licenciements constituent une alerte de la mauvaise santé des banques françaises.

Sur le même sujet