A Béziers, une enseignante de mathématiques s'immole par le feu

Jeudi matin, la professeure, arrivée au lycée avec un bidon d'essence, s'est placée au centre de la cour, a crié avant de s'asperger et de mettre le feu.

"Un geste terrible !" confirmé par un sapeur pompier de Béziers, joint par téléphone et qui souhaite conserver l'anonymat. Selon ce soldat du feu, le 13 octobre au matin, "une femme professeure d'une quarantaine d'années a tenté de s'immoler par le feu, dans la cour du lycée Jean-Moulin de Béziers, l'établissement le plus important de la ville".

Les pompiers étaient toujours sur place pour lui prodiguer des soins ce jeudi 13 octobre, peu avant 11 heures. Très grièvement brûlée, l'enseignante a été évacuée vers le service des grand brûlés du CHU de Montpellier. Son pronostic vital est engagé.

Une enseignante en conflit avec certains élèves

Selon la journaliste de RTL, Aline Thibal, présente sur place en fin de matinée, "les cours ont été interrompus. Une cellule psychologique a été mise en place pour entourer les élèves traumatisés". Dans un reportage diffusé le 13 octobre 2011 à 12h37, Aline Thibal révèle que cette femme, professeure de mathématiques au lycée Jean-Moulin de Béziers, était apparemment en conflit avec certains élèves

Une autre journaliste de RTL, Camille Crosnier, dans un reportage diffusé le 13 octobre 2011 à 13h03 a interrogé Bruno Le Provost, secrétaire académique du syndidat enseignant UNSA : "Des faits surréalistes !"

D"après d'autres témoins questionnés par un correspondant de l'AFP, "cette femme, professeure de mathématiques, était en conflit avec certains élèves. Une tentative d'explication, mercredi, plutôt houleuse, avait été "mal vécue" par l'enseignante", selon les éléments recueillis dans ce lycée.

Pour le procureur de la République de Béziers, Patrick Mathé, joint par téléphone, "l'enseignante elle devrait s'en sortir, son pronostic vital n'étant plus engagé, grâce à l'intervention rapide des élèves et des secours."

L'enseignante aurait été dépressive

Selon le procureur de la République, "c'est l'acte de quelqu'un de désespéré". Le procureur Patrick Mathé évoque une "tentative de suicide en lien avec l'activité professionnelle". L'enseignante aurait fait une dépression, suite au décès de son enfant handicapé l'an dernier, et aurait été convoquée à plusieurs reprises par la direction de l'établissement.

Les services de police ont mis en évidence le fait que l'enseignante "était en conflit avec des élèves. Il y a une dizaine de jours, une réunion houleuse aurait eu lieu avec les lycéens qu’elle aurait très mal vécue. Elle était considérée par ses collègues comme une enseignante rigoureuse à "l'ancienne"."

Plusieurs parents d'élèves interrogés par les journalistes du Midi Libre ont raconté "qu'elle s'occupait peu des élèves en difficulté, préférant les exclure de son cours pour faire travailler les autres. Selon des élèves, certains la trouvaient trop sévère et contestaient ses méthodes."

Le lycée choqué et en émoi

Toujours selon les journalistes du Midi Libre, la scène aurait été "observée par de nombreux élèves et professeurs." Selon France Bleu Hérault, "des témoins disent avoir vu une personne en flamme se débattre dans la cour de récréation. Une cellule psychologique a été mise en place. Tous les élèves ont été renvoyés chez eux dans la matinée".

Le sénateur-maire (UMP) de Béziers, Raymond Couderc, s'est rendu sur place, accompagné par le sous-préfet de l'Hérault et le vice-procureur de la République. Contacté par téléphone, le rectorat de l'Académie de Montpellier n'a pas souhaité communiquer dans l'immédiat sur ce sujet.

Lire aussi sur Suite 101 :

Face à la menace que représente l'insecticide Cruiser sur le colza pour les abeilles en sortie d’hivernage, face aux autorisations répétées du Cruiser sur le maïs, malgré l’annulation des décisions ministérielles par le Conseil d’Etat en février 2011, face à des années d’ignorance du gouvernement devant la destruction de la moitié des ruchers français tués par des insecticides néonicotinoïdes, les apiculteurs descendront dans la rue, avec ruches, combinaisons et enfumoirs, le 15 octobre 2011. 15 octobre 2011 : manifestations pour la défense des abeilles

Cet apiculteur de la Loire administrait des piqûres d'abeilles aux endroits stratégiques du corps humain, prétendant guérir sida, sclérose en plaques, Parkinson, Alzheimer, etc. Il guérissait le sida avec du venin: l'apiculteur a été condamné

Alain Louy, avocat à Strasbourg, fait partie de ces avocats qui ont dérapé. Maître Alain Louy, dans sa phobie des abeilles, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec. Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles

La vente de miel et de pollen contenant des OGM est interdit

Sur le même sujet