à Genève, Semhar, 12 ans, aurait été violée par l'ami de sa mère

A Genève, un homme interpellé par la police nie les faits. Une autopsie et des analyses ADN confirmeront ou écarteront son rôle dans le meurtre de Semhar.

Les inspecteurs de la police Genevoise auraient pratiquement "bouclé" ce 28 août 2012 l'enquête sur le meurtre de Semhar, la jeune disparue de 12 ans retrouvée morte étranglée dans son appartement de Carouge. La jeune fille aurait été violée par l'ami de sa maman, selon une source proche du dossier..

D'après un enquêteur, joint par téléphone, "la jeune fille d'origine éthiopienne avait disparu jeudi dernier. Elle s'est rendue au cycle de Drize avec des amies et est repartie vers 19h à pied pour rentrer chez elle. Elle a été aperçue pour la dernière fois au niveau du passage piéton situé en face du rond-point sur la route de Drize. L'enquête visait à établir ce qui s'est passé entre ce moment et vendredi en début de soirée, lorsque son corps a été découvert par nos services....".

Un ami de la famille interpellé, des analyses ADN en cours

Toujours est-il que la police Genevoise, plus rapide que la gendarmerie française dans la traque du violeur de l'Ardèche, a procédé le 25 août 2012 à l'interpellation d'un suspect. Cette information a été confirmée par un enquêteur ce 28 août 2012. Selon cette source, il s'agirait d'un adulte, d'origine éthiopienne, qui serait également l'ami de la maman de la jeune Semhar... Il aurait violé la petite puis dissimulé son corps sous le lit.

Ne trouvant pas sa fille lorsqu'elle est rentrée, la maman aurait cru à une disparition et alerté les autorités. Un chien policier aurait trouvé le corps une heure plus tard. Comble de l'horreur, selon une source proche du dossier, "les frères et soeurs, âgés de 14 et 2 ans, auraient dormi dans la nuit de jeudi à vendredi sur le lit où gisait le cadavre de Semhar.....".

L'homme, présumé innocent, contesterait pour l'instant les faits. Les analyses ADN sont en cours. Les résultats de l'autopsie viseront à déterminer si la jeune fille a subi des violences, notamment sexuelles.

La police avait privilégié la piste criminelle

Comme Suite 101 l'indiquait dans ses précédentes enquêtes, les circonstances de la mort étant suspectes dès le départ, une enquête avait été ouverte et confiée aux inspecteurs de la police judiciaire. Les inspecteurs de la brigade de police technique et scientifique ont procédé aux différents contrôles et relevés de traces et indices.

Suite aux premières investigations, les enquêteurs ont privilégié la piste criminelle. Au siège de la police Genevoise, le porte parole indiquait : "les circonstances de la mort étant suspectes, une enquête a été ouverte et confiée aux inspecteurs de la police judiciaire. Les inspecteurs de la brigade de police technique et scientifique ont procédé aux différents contrôles et relevés de traces et indices. Suite aux premières investigations, les enquêteurs privilégient la piste criminelle. .....".

Selon des informations fournies ce dimanche par la police Genevoise, "Semhar, 12 ans, a été retrouvée morte vendredi 24 août 2012 en début de soirée, à son domicile....Elle a été étranglée. La piste criminelle est privilégiée". L'adolescente d'origine éthiopienne faisait l'objet d'un avis de disparition depuis à peine une heure quand les policiers ont retrouvé sa trace.

Sur le même sujet